Attaque terroriste au centre de Londres : au moins 4 morts

Le centre de Londres bouclé après l'attaque.
Le centre de Londres bouclé après l'attaque.

Une attaque a eu lieu mercredi après-midi dans le centre de Londres, sur le pont de Westminster mais aussi dans l'enceinte du parlement britannique. Scotland Yard évoque quatre morts au moins (dont le policier et l'assaillant) et une vingtaine de blessés.

Un homme avait réussi à s’introduire à Old Palace Yard, l’entrée principale, utilisée notamment par les premiers ministres britanniques. Selon la BBC, deux policiers auraient alors tenté de l’arrêter et l’assaillant aurait poignardé l’un des deux. David Lidington, le leader de la Chambre des communes, a confirmé peu après que l’homme avait été abattu. Une deuxième attaque a eu lieu sur le pont de Westminster situé à seulement quelques dizaines de mètres du Parlement quand une voiture a foncé sur les passants. Selon Radoslaw Sikorski, un ancien ministre des affaires étrangères polonais, présent sur place, au moins cinq personnes ont été fauchées. Une femme est décédée, selon les premiers éléments d'informations. La BBC fait état de plusieurs blessés. Le port de Londres a annoncé qu’une femme grièvement blessée a été repêchée de la Tamise.

La police a indiqué qu'au vu des premiers éléments, elle traitait l'affaire comme une attaque à caractère terroriste. Elle s'est déroulée un an jour pour jour après les attentats de Bruxelles, qui avaient ensanglanté l'aéroport Zaventem ainsi qu'une station de métro proche des institutions européennes.

La Chambre des Communes, qui était en séance au moment des faits, a aussitôt interrompu ses travaux et les députés ont été confinés. La Première ministre Theresa May est saine et sauve, a déclaré un porte-parole du 10, Downing Street, sans dire si elle se trouvait au parlement de Westminster lors de l'attaque.

Selon le dirigeant de la Chambre des communes David Lidington, un assaillant qui avait agressé un policier à l'arme blanche a été atteint par des tirs de police.

Des journalistes de Reuters présents au parlement ont parlé de l'arrivée d'un grand nombre de policiers armés, certains équipés de boucliers, à l'intérieur du bâtiment. La station de métro Westminster, toute proche, a été bouclée à la demande de la police.

A Edimbourg, le parlement écossais, qui était réuni en vue d'autoriser le gouvernement de Nicola Sturgeon à réclamer un nouveau référendum sur l'indépendance, a suspendu ses débats.

La Grande-Bretagne est actuellement placée au deuxième niveau le plus élevé pour ce qui est de l'alerte à la sécurité, "sévère", qui signifie que les probabilités d'attentats sont jugées fortes.

En mai 2013, deux islamistes britanniques avaient tué à l'arme blanche un soldat dans une rue du sud-est de Londres. En juillet 2005, quatre islamistes britanniques avaient tué 52 personnes en menant des attaques suicide dans le réseau des transports londoniens -- dans des stations de métro et un autobus.

La rédaction avec Reuters

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (0) | Réagir ?