Le sommet d'Alger sur la Libye compromis par la santé de Bouteflika

LA dégradation de l'état de santé du président serait la cause de cette annulation.
LA dégradation de l'état de santé du président serait la cause de cette annulation.

Le mini-sommet qui devait réunir le président Bouteflika le président tunisien Essebci et le maréchal Sissi à Alger pour discuter de la question libyenne aurait été annulé.

Ce rendez-vous que devait patronner Abdelaziz Bouteflika à Alger a été annoncé il y a plusieurs semaines de cela. Mais il semble de plus en plus compromis, si l'on en croit algerie-focus qui en a donné l'information. La dégradation de l'état de santé du président Bouteflika serait la cause de cette annulation.

Même s'il y a lieu de préciser qu'aucune date de cette rencontre n'a été rendue publique par Alger ou les deux pays participants, l'absence de toute activité du chef de l'Etat depuis plus d'un mois pose de sérieuses interrogation sur la continuite des affaires de l'Etat. En l'espèce, ce sont pas les dénégations excitées d'Ould Abbès, les assurances mi-sérieuses et mi-solennelles de Sellal ou alors les arguments alambiqués de Ramtane Lamamra qui peuvent convaincre l'opinion de la bonne santé de Bouteflika.

Il y a eu trop de rendez-vous importants zappés par le président pour faire passer son absence pour un simple "bronchite aiguê" comme avancé par un bref communiqué de la présidence lors de la visite le 20 février de la visite de la chancelière allemande Angela Merkel à Alger. D'autres ratés sont malheureusement venus conforter ce qu'appréhende tout un chacun à Alger : la détérioration de la santé du président Bouteflika. Comme cette visite du président iranien annulée ou encore cette audience que devait donner le président au ministre espagnol des Affaires étrangères, également sabrée du programme.

Faut-il rappeler que la dernière audience répertoriée par le site de la présidente remonte au ...23 janvier dernier. Abdelaziz Bouteflika recevait alors l'émir Soltane Ben Mohamed Ben Saoud Kebir Al Saoud, venu à Alger dans le cadre d'une simple visite d'amitié. C'est dire que le chef de l'Etat est enclin à recevoir certaines personnes même non chargée d'une mission importante comme celle du ministre espagnol des Affaires étrangères qui avait dans ses dossiers l'invitation du roi d'Espagne au président Bouteflika.

Bref, ce rendez-vous régional a Alger se voulait une reprise en main du dossier libyen mais surtout une belle tribune pour le chef de l'Etat qui n'a plus participé à aucune conférence internationale depuis bien avant son AVC d'avril 2013. Peine perdue ! Pourtant la diplomatie nationale a tout fait pour ce retour. Abdelmalek Sellal a donné de sa personne et avait déjà invité fin janvier le maréchal Khalifa Haftar à venir à Alger. En vain. Le maréchal boudeur, sûr de ses appuis russes, émiratis et cairote, n'a pas répondu favorablement à Sellal.

Mais il semble que la dégradation de l'état de santé du président a fait le reste. Ce mini-sommet à trois chefs d'Etats à Alger est mort avant sa naissance.

Yacine K.

Plus d'articles de : Politique

Commentaires (3) | Réagir ?

avatar
rabah Benali

Bonjour Mr Yacine, Helas, se n'est pas juste un sommet (présentement la Libye) qui est compromis par "Boutcheftchifa", sa santé et sa "ndrangheta" gravitant autour. C'est toute l'"Algérie" qui est "compromise". C'est 40 millions de bouches grandes ouvertes et 80 mains incapables de les nourrir qui prochainement, s'entretueront pour une soupe genre Somalie/Ethiopie réunie. Les choses sont gravement gravissimes. Rabah Benali

avatar
Rabah IBN ABDELAZIZ

Monsieur YACINE, je pense que tout ses prétextes de la santé du président algérien, sont pour amuser la galerie, et les algériens pensent qu'ils s'agit simplement de garder le pouvoir confisqué de le départ du Président Zéroual, 1999 - 2017, le pouvoir use les hommes, Monsieur Raymond BARRE, disait le pouvoir use l'Homme. Mais dans le pays de mickey, c'est le mafieux qui use le pouvoir ?. L'Algérie n'est plus gouverné depuis le premier AVC de bouteflika à ce jour. Un pouvoir mafieux c'est installé en algérie sous la régence du mafieux said bouterma le roi des corrompus et voleurs ?. Le premier ministre en titre, n'à ni pouvoir, ni personnalité, simplement il obéit au doigt et à l'oeil du prince ?. Il ne peut même voir le président usurpateur, il parle pour ne dire, et raconte des salades comme ould abbas, qu'il à dit que bouteflika sous peux vas marcher ?. C'est des rapaces pour finir de démolir le pays, du moins ce qui reste ?. Le pouvoir en algérie est vacant depuis belle lurettes ?. Bonne journée à vous.

avatar
moh arwal

4a se passe exactement comme tu dis