Le cours du pétrole passe sous la barre des 50 dollars en Asie

Le spectre d'un choc pétrolier plane sur les marchés
Le spectre d'un choc pétrolier plane sur les marchés

Les cours du pétrole continuaient de dégringoler lundi en Asie, à des plus bas de plusieurs mois, les investisseurs s'inquiétant de niveaux de production aux Etats-Unis qui alimentent une offre toujours élevée.

Le spectre d'un choc pétrolier plane sur les marchés du pétrole. Le regain de la production américaine fait craindre le pire et les efforts des producteurs de l'Opep de réduire leur production s'avèrent vains.

Vers 03h00 GMT, le baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en avril, cédait 41 cents, à 48,08 dollars dans les échanges électroniques en Asie. Le baril de Brent, référence européenne, pour le mois de mai, reculait de 34 cents, à 51,03 dollars.

Les marchés pétroliers ont pris conscience la semaine dernière des niveaux élevés de l'offre, perdant 9% sur la semaine.

Comme élément déclencheur, les analystes pétroliers citent l'annonce d'un bond hebdomadaire des stocks américains de brut à des records, mais ce développement s'inscrit dans une plus large prise de conscience: la production des Etats-Unis ne cesse d'accélérer alors même que d'autres pays, dont les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), se sont accordés pour réduire la leur depuis le début 2017.

Le groupe privé Baker Hugues a ainsi fait état d'une hausse du nombre de puits en activité, à 617, soit une augmentation de près de 60% en un an. Les effets des accords de réduction Opep, qui visaient un prix supérieur à 60 dollars le baril, semblent réduits à néant.

"Alors que les plateformes pétrolières reprennent du service en Amérique du Nord, les inquiétudes sur la surabondance de l'offre assombrissent les perspectives d'un rééquilibrage entre l'offre et la demande", déclare Margaret Yang, analyste chez CMC Markets.

"Une accumulation de nouvelles sur l'augmentation continue des stocks et de la production américains, des commentaires peu optimistes d'acteurs majeurs - Opep et non Opep- sur le maintien de la réduction de la production au-delà du premier semestre 2017 a conduit à un effondrement des seuils", a dit Sanjeev Gupta, analyste chez EY. "Il faut s'attendre à de la volatilité à court terme".

Vendredi à la clôture, le WTI a cédé 79 cents à 48,49 dollars New York Mercantile Exchange (Nymex), au plus bas depuis fin novembre.

A Londres, le Brent a reculé de 82 cents à 51,37 dollars à l'Intercontinental Exchange (ICE), là aussi au plus bas depuis plus de trois mois.

Avec AFP

Plus d'articles de : Economie-Finance

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
Faro Laz

Désole d’annoncer cette mauvaise / bonne nouvelle d’après CNN ce matin: découverte de pétrole massive en Alaska pouvant être la plus grande découverte depuis plus de 30 ans avec une estimation de quelques 1, 2 milliards de barils de pétrole de réserves.

La découverte massive de pétrole conventionnel sur des terres domaniales pourrait apporter un soulagement aux douleurs dues à l’effondrement de la production et l’augmentation des prix du pétrole grâce au gel de production des OPEP+nonOPEP.

La nouvelle découverte a été faite juste ces derniers jours dans le versant nord de l’Alaska, qui était auparavant considéré comme un bassin pétrolifère en vieillissement. C’est la compagnie espagnole Repsol (REPYY) et son partenaire américain Armstrong Energy qui avaient annoncé cette découverte jeudi passé en prédisant que la production pourrait commencer au plus tard en 2021. Les cours vont certainement être affectés des aujourd’hui lundi 13 mars 2017.

En plus, qui dit Espagne, dit l’Algérie qui n’en est pas très loin dans tous les sens du mot.

avatar
Faro Laz

Etant désolé pour cette bonne/mauvaise nouvelle.

Découverte de pétrole massive en Alaska pouvant être la plus grande découverte depuis plus de 30 ans avec une estimation de quelques 1, 2 milliards de barils de pétrole de réserves.

La découverte massive de pétrole conventionnel sur des terres domaniales pourrait apporter un soulagement aux douleurs dues à l’effondrement de la production et l’augmentation des prix du pétrole grâce au gel de production des OPEP+nonOPEP.

La nouvelle découverte a été faite juste ces derniers jours dans le versant nord de l’Alaska, qui était auparavant considéré comme un bassin pétrolifère en vieillissement. C’est la compagnie espagnole Repsol (REPYY) et son partenaire américain Armstrong Energy qui avaient annoncé cette découverte jeudi passé en prédisant que la production pourrait commencer au plus tard en 2021.

Qui dit Espagne, dit l’Algérie qui n’en est pas très loin dans tous les sens du mot.