Le cours du pétrole recule à 51,83 dollars à Londres

Le cours du pétrole recule à 51,83 dollars à Londres

Les cours du pétrole reculaient vendredi en fin d'échanges européens, effaçant leurs gains du début de la journée alors que les investisseurs continuaient de se focaliser sur les réserves américaines.

Vers 16H45 GMT (17H45 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 51,83 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 36 cents par rapport à la clôture de jeudi. Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat d'avril cédait 31 cents à 48,97 dollars.

Les cours de l'or noir reculaient et approchaient de leurs cours les plus faibles de jeudi, quand ils avaient atteint leur plus bas niveau depuis le 30 novembre à 51,50 dollars pour le Brent et à 48,59 dollars pour le WTI.

"Des informations de presse sur une baisse des exportations irakiennes et une réduction de l'offre des Emirats arabes unis n'ont pas suffi à remonter le moral des investisseurs", ont commenté les analystes de PVM.

"Le marché du pétrole est actuellement victime d'un changement radical de positionnement des investisseurs spéculatifs, qui pariaient jusqu'à présent tous sur une hausse des cours", ont-ils expliqué.

"Les données publiées cette semaine par l'EIA (Energy Information Administration, agence du département américain de l'Énergie ou DoE) ont enfin déclenché un mouvement brusque, alors que les cours étaient bloqués dans une fourchette très étroite depuis le début de l'année", a rappelé Enrico Chiorando, analyste chez Love Energy.

"Après neuf semaines de hausse des réserves américaines, la confiance des investisseurs dans l'effort de l'Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole) pour limiter sa production et augmenter ses prix a pris un coup, et les cours ont reculé de 8% sur les derniers jours de la semaine", a-t-il ajouté.

Les réserves américaines augmentent notamment car la production des Etats-Unis, non tenus par l'accord de l'Opep, a été relancée car les extractions de pétrole non conventionnel sont redevenues rentables avec la hausse des cours qui avait eu lieu fin novembre.

AFP

Plus d'articles de : Economie-Finance

Commentaires (0) | Réagir ?