Marché spot gazier : Sonatrach ne se serait-elle pas réveillée un peu tard ?

Le siège de la Sonatrach
Le siège de la Sonatrach

Enfin Sonatrach vient de se rendre compte que le "le long terme d’hier n’est pas le long terme aujourd’hui" c’est du moins ce qu’a déclaré son PDG à Hassi Messaoud lors de la double commémoration du 24 février.

Il précise aussi que cette réorientation de la politique gazière de l’Algérie est dictée par une vive préoccupation des clients qui reconsidèrent ce type de relation commerciale. La filiale de l’entreprise vient d’acquérir un neuvième méthanier qui est déjà en service depuis le mois dernier. Toute la question reste à savoir si les barrières pour atteindre ce marché seront faciles à franchir ou pas. En tout cas ses concurrents se préparaient depuis longtemps à cette éventualité. En effet, l’arrivée du Gaz naturel liquéfié (GNL) américain suivi du nouveau venu australien est en train de changer les donnes du marché mondial du gaz.

En ambitionnant de devenir exportateur, les Etats-Unis, pays du tout privatisable, contribuera à l'unification d'un marché déjà fortement perturbé par la baisse du prix du baril sur lequel il est indexé. Les nouveaux acteurs et directeurs du marché gazier œuvreront pour libéraliser les prix auquel cas s’est posé depuis longtemps la question de l'avenir des contrats longs termes et les investissements consentis dans les infrastructures non encore amortis et celles en perspective. Pourquoi les pays comme l'Algérie ont tardé dans la défense des liens de longues échéances avec ses clients ? Que risqueront-ils dans le cas d'une libéralisation effective ? Doit-on craindre une bulle de GNL ? Les prix du gaz en Europe vont-ils baisser ?

1-Les Etats-Unis vont rentrer au marché avec de nouvelles intentions

D'abord, parce que les volumes à venir sont colossaux : les cinq usines de liquéfaction actuellement en construction outre-Atlantique vont représenter une production de 65 millions de tonnes par an d'ici à la fin 2018. C'est presque l'équivalent d'un des plus gros producteur du gaz des pays de l'OPEP. Par ailleurs, les exportations américaines sont basées sur un modèle totalement différent de ce qui se faisait jusqu'à présent. Alors que les opérateurs des usines de liquéfaction en Algérie et ailleurs ont pré-vendu la quasi-totalité de leur production sur le long terme (20 ans par exemple), à des utilisateurs finaux et à des prix indexés sur le cours du pétrole (01), les exploitants américains comme Chainière n'ont pré -cédé qu'une partie de leur production, sans que l'acheteur soit engagé sur la destination finale, et à des prix indexés, eux, sur le prix du gaz aux Etats-Unis. Plus "flexibles", les contrats permettent de diriger le GNL américain vers les marchés les plus rémunérateurs. Un changement majeur, alors que les marchés du gaz sont aujourd'hui très cloisonnés dans trois zones, les Etats-Unis, l'Europe, et l'Asie -avec des prix très différents. Compte tenu des nouvelles productions de GNL à venir, les différences de prix entre les trois grands marchés auront tendance à s'estomper à l'horizon 2019, notent certains analystes. Aujourd'hui, ces prix sont encore éloignés : le gaz vaut 2,4 dollars par million de BTU (british thermal unit, l'unité de référence) (02) aux Etats-Unis, 4,7 dollars en Europe, et 6,5 dollars en Asie. Or les marchés vont voir arriver non seulement le GNL américain, mais aussi la production de grands projets en Australie (Gorgon, Gladstone, Wheatstone, Ichtys, etc.), qui représenteront eux aussi 60 millions de tonnes supplémentaires d'ici 2020. Des volumes qui contribueront à fluidifier et unifier le marché mondial du gaz. Logiquement, les volumes exportés par les Etats-Unis fin 2018 qui permettront de produire 80 milliards de m3 pourraient couvrir 20 % de la consommation européenne, et permettront à l'Union Européenne d'atteindre son grand objectif, réduire sa dépendance au gaz russe. Mais et c'est une opportunité pour Sonatrach au prix actuel, le GNL américain n'est pas vraiment compétitif en Europe parce que certains acteurs devront supporter des pertes. Compte tenu de ces éléments, les parts de marché des fournisseurs actuels de gaz à l'Europe ne sont pas menacées. Notamment la Russie, d'autant moins que le pays dispose de capacités de production inutilisées. Une partie du gaz américain pourrait néanmoins compenser la baisse de production du gisement de Groningue, aux Pays-Bas avec -15 milliards de m3 ou la hausse de consommation liée à un retour du gaz dans la production d'électricité, s'il redevient plus compétitif que le charbon, comme c'est déjà le cas au Royaume-Uni.

Le gaz naturel liquéfié (GNL) revient en Europe. Depuis deux ans, la forte hausse des prix du GNL en Asie avait détourné les livraisons initialement prévues sur le Vieux Continent : entre 20 % et 30 % des volumes étaient réexportés, principalement vers la Chine, la Corée ou le Japon. Or, depuis le mois de novembre, ces réexportations ont fortement baissé. Cette situation les ont fait tomber à 12 % en novembre, 17 % en décembre, 10 % en janvier, 4 % en février. Cette tendance devrait se poursuivre pour que les livraisons finales de GNL en Europe augmentent au total de plus de 20 % sur l'année 2016. Il faut peut être souligner que depuis environ deux ans, les prix du GNL en Asie ont littéralement dégringolé. D'abord, parce que de nombreux contrats à long terme sont indexés sur les prix du pétrole, qui ont perdu plus de 50 % en six mois. Or ces contrats représentent 72 % des volumes. Par ailleurs, les prix du GNL sur les marchés "spot" en Asie ont eux aussi plongé. De 20 dollars environ par million de BTU, ils sont tombés autour de 7 dollars, leur niveau le plus bas depuis plusieurs années, en raison du fléchissement de la demande. L'arrêt des centrales nucléaires japonaises après la catastrophe de Fukushima avait provoqué une forte hausse de la demande dans le pays, qui avait absorbé 7 % de la production mondiale de GNL. Or aujourd'hui cette croissance n'existe plus. Le ralentissement économique et la douceur de l'hiver 2016 ont aussi pesé sur la consommation de gaz en Asie. Les vendeurs, qui avaient alors délaissé le Vieux Continent, y reviennent donc aujourd'hui car les prix y ont beaucoup moins baissé. Les Pays-Bas ont réduit leur production sur leur champ de Groningue.

2- Les prix du spot se sont effondrés ces dernières années

Le prix spot du gaz naturel liquéfié baisse de jour en jour. Cette baisse est en partie saisonnière, mais des experts craignent une bulle. Les compagnies pétrolières suivent avec attention l'évolution des prix du gaz naturel liquéfié (GNL). Car s'ils ne remontent pas sensiblement malgré un hiver 2017 rude, de nombreux grands projets pourraient devoir être abandonnés dans le monde. Le GNL a en effet vu son prix spot s'effondrer depuis prés d'une année : de 20 dollars environ par million de BTU en mars 2015, il est tombé à moins de 11 dollars ces derniers mois. Soit une chute de plus de 40 %.Une partie de cette baisse est liée à la saisonnalité habituelle du gaz naturel. La consommation étant plus faible, les prix sont naturellement détendus en été. Mais le creux est particulièrement prononcé cette année : le prix du GNL est inférieur de 26 % à son niveau de juillet 2014 par exemple. Très volatils, les cours avaient flambé après la catastrophe de Fukushima en 2011, lorsque l'arrêt des centrales nucléaires au Japon avait dopé la demande.

3-L'OPEP gaz a été une perte de temps pour l’Algérie

Ce Forum fabriqué de toutes pièces à l'initiative du Qatar est une organisation dissidente dans laquelle chacun des membres surveille l'autre. Les 14 membres permanents et les deux observateurs du forum ont tous privilégié leurs intérêts économiques et aucun compromis n'apparaît clairement sinon les fondamentaux de la commercialisation du gaz à savoir : le contrat à long terme et l'indexation du prix du gaz à celui des autres produits pétroliers concurrents. Or ces deux paramètres commerciaux sont plus en faveur des gros producteurs que le reste des membres. Le Qatar, la Russie et l'Iran représentent à eux seuls plus 78,42% des réserves de l'ensemble des pays du forum les restants y compris les observateurs ne pèsent à peine qu'un peu moins de 22%. Ce chiffre peut être porté à 53,2% comparé aux réserves prouvées dans le monde. Les réserves de tous ces pays réunis pèsent plus de 70% des réserves mondiales, ils assurent 40% de la production et prés de 60% des exportations. L'objectif donc de ces gros producteurs est la recherche des débouchés garantis pour placer leur gaz quitte à casser le prix comme l'a déjà fait la Russie. Les Russes ont des difficultés de s'imposer face au scepticisme de nombreux pays Européens et commencent donc à perdre du terrain et à travers ce forum, ils cherchent un moyen de pression.

Ainsi, le gaz russe qui arrive en Europe a perdu près de 6% en 2016 pour se stabiliser autour de 701,5 milliards de m3, à cause du ralentissement des activités dans les principales zones de consommation européennes et dans la Communauté des Etats indépendants (CEI) qui concentrent ensemble la plus grande partie des flux gaziers internationaux. L'Iran qui vient de normaliser ses relations avec l'Occident se fixe comme objectif de récupérer ce qu'il a perdu durant la période des sanctions auxquelles il a fait face. Comment peut-il donc adopter une position conciliante dans de telles assises? Le Qatar quant à lui entretient des relations au contour trouble avec presque tous les pays qu'il fréquente. Sa crédibilité est remise en cause et les derniers événements dans son palais (abdication) ont confirmé l'influence des Etats-Unis dans la démarche politique qu'il mène. Or les Etats-Unis n'ont aucun intérêt pour le moment de voir les prix du gaz augmenter pour poursuivre leur offensive de compétitivité à l'exportation. En ce qui concerne l'Algérie dont le gaz représente en volume des parts importantes de ses exportations, la situation semble s'empirer de plus en plus. En effet, la dernière brouille fortement médiatisée avec CRT GAZ filiale d’ENGIE pour une histoire d’appoint lié à cet hiver montre que ses concurrents ne rateront aucune occasion pour l’éloigner de son marché traditionnel. (03)

4- La vraie orientation de l'Algérie est ailleurs

Le marché européen qui intéresse plus particulièrement l'Algérie se trouve dans une situation duale. Avec d'un côté les prix spot sur le marché Britannique et de l'autre côté les prix influencés par les produits pétroliers dans le continent. Le gazoduc reliant la Belgique à l'Angleterre joue désormais d'arbitre entre les deux prix. La tendance est donc vers des nouveaux délais contractuels sur le marché du gaz ne dépassant pas les dix ans et la clause "take or pay" laissera la place au "take or release" avec la possibilité justement de vendre les excédents sur le marché spot dont le prix de référence dépend de l'équilibre de l'offre et de la demande.

Rabah Reghis, Consultant, Economiste Pétrolier

Renvois

(01) formule de prix de vente du gaz pour l’Europe : P= P0 + A*(G-G0) + B*(F-F0)

P et P0 – Prix d’achat et celui à la date de la mise en œuvre du contrat. G, F, B prix moyen de 3,6 et 9 mois du FOD, fuel lourd et pétrole. A, B coefficients d’équivalence énergétique

(02) MMBTU : 1 million de BTU= 1,054615 Giga joules et 1 G Joule = 26,8 m3

(03) les deux contrats longs termes qui restent avec ENGIE arrivent à échéance en 2019 et le plus long contrat de vente de gaz entre Sonatrach et BÔTAS Turquie arrive à échéance en 2025

Plus d'articles de : Analyse

Commentaires (1) | Réagir ?

avatar
mourad fakou

Et si Sonatrach n'avait plus de gaz à vendre à long terme? Je vous recommande de vous pencher sur la nouvelle façon de valoriser (à perte) les exportations de gaz à travers la filière ammoniac en "partenariat" (4 nouvelles usines et transfert des 2 usines de SH à Fertiberia et Hadad). Je vous conseille aussi de vous documenter sur l'histoire relativement courte du cas egyptien (qui était exportateur il y a peu de temps et qui va importer du GNL) pour comprendre les erreurs à ne pas faire. Imaginez un instant Sonatrach importatrice de GNL (comme de carburants depuis ces 5 dernières années) Va-t-elle l'acheter en spot? Ayez en tête une seule chose: on ne peut pas concilier un engagement de livraison à long terme avec un prix de court terme. Personne ne s'engage à acheter du pétrole à long terme auprès d'un fournisseur.