Talaie El Hourriyet dénonce "les dérives répressives du régime politique"

Ali Benflis.
Ali Benflis.

Le Bureau politique de Talaie El Hourriyet a rendu public samedi le communiqué suivant.

(...) Le Bureau politique s’est également félicité des excellentes conditions dans lesquelles s’est tenue la rencontre organisée par le Bureau Territorial du Parti à Sétif le 25 Février 2017. Le Bureau Politique a salué l’intervention du Président du Parti à cette occasion dans laquelle il s’est attaché à appeler l’attention des militantes et des militants ainsi que celle des citoyennes et des citoyens sur la gravité de l’impasse politique à laquelle le pays est confrontée, sur la dangereuse dégradation de sa situation économique et sur la montée des tensions sociales comme conséquence directe de cette impasse politique qui demeure sans prise en charge et sans traitement et de cette situation économique dangereusement dégradée qui demeure elle aussi sans riposte fondée sur une vision, des stratégies et des projets à la mesure de sa gravité.

Après avoir examiné le rapport du Secrétariat National portant sur la situation politique, économique et sociale prévalant dans le pays, le Bureau Politique a concentré son attention sur la dimension sécuritaire de cette situation.

Le Bureau politique a relevé, à la lumière des récents communiqués du Ministère de la Défense Nationale, la recrudescence des activités terroristes lâches et criminelles qui révèle la persistance de la menace que, ce fléau fait peser sur la sécurité de la Nation. Le Bureau Politique s’est incliné à la mémoire des valeureux enfants de la patrie servant dans les rangs de l’Armée Nationale Populaire et dans tous les autres corps de sécurité de l’Etat tombés récemment dans le combat contre le terrorisme.

Le Bureau Politique a rendu hommage aux sacrifices consentis par les forces armées de la Nation et par toutes ses forces de sécurité et appelé l’ensemble des citoyennes et des citoyens à la vigilance et au renforcement du consensus national autour des missions de ces forces accomplies au service de la Nation toute entière.

Par ailleurs, le Bureau Politique a porté son attention sur les dérives répressives du régime politique en place dont sont victimes toutes les forces vives de la Nation dénonçant l’inertie, l’immobilisme et revendiquant légitimement le renouveau et le changement.

Dans ce contexte, le Bureau Politique a exprimé sa solidarité pleine et entière aux mouvements syndicaux nationaux dans leur juste cause visant à exercer leurs droits constitutionnels, à promouvoir les droits légitimes de leurs membres et à obtenir la reconnaissance de leur représentativité avérée de larges couches du monde du travail.

Le Bureau politique a estimé que le pluralisme politique protégé contre l’arbitraire et les abus, le pluralisme médiatique préservé des pressions et des intimidations, le pluralisme dans la société civile prémuni contre toutes les formes d’instrumentalisation par le pouvoir en place sont les marques distinctives de l’Etat de droit et en tant que tels, ils constituent les composantes indispensables de la modernisation du système politique national.

Le Bureau Politique a, également, constaté avec une profonde préoccupation l’irruption de la violence dans nos universités qui est parvenu aux limites inadmissibles de l’atteinte à l’intégrité physique des professeurs et des étudiants.

Le Bureau Politique a dénoncé avec une extrême vigueur l’apathie et l’indifférence des pouvoirs publics face aux développements de cette situation particulièrement grave dont sont victimes les élites nationale d’aujourd’hui et de demain. Le Bureau Politique a assuré de son soutien et de sa solidarité toutes celles et tous ceux qui œuvrent à la réconciliation de l’université algérienne avec sa vocation naturelle, celle de la formation de ces élites nationales dont le pays attend qu’elles guident sa marche vers le progrès et le développement.

Le Bureau Politique a, enfin, relevé avec beaucoup de regrets, l’intransigeance grandissante du pouvoir politique quant à l’exercice du droit de manifestation pacifique.

Il a rappelé que ce droit est constitutionnellement garanti et que sa violation relève de l’arbitraire et de l’abus de pouvoir de même qu’elle confirme la volonté du pouvoir en place d’agir en dehors des limites de la Constitution dont il est pourtant le protecteur et le garant.

Le Bureau Politique a conclu que les dérives répressives ne sont que les manifestations dictées de l’état de désarroi et de panique dans lequel se trouve le régime politique en place du fait de l’impasse politique qui dure, de la crise économique qui s’aggrave et de la montée des tensions sociales qui s’accélère et s’amplifie.

Le Bureau Politique à, également, conclu que ces mêmes dérives répressives renvoient l’image d’un régime politique luttant désespérément pour sa survie et qui ne dispose plus, pour ce faire, que de l’ultime recours à l’arbitraire et à la répression.

Le Bureau Politique a conclu, enfin, en mettant en garde contre la gravité de ces dérives répressives et contre leurs conséquences potentiellement dangereuses dans un contexte de faiblesse et de vulnérabilité de l’Etat, d’un régime politique en perte de crédibilité et de confiance et d’une société gagnée par l’angoisse et le désespoir face à des horizons bouchés politiquement, économiquement et socialement.

Enfin, le Bureau Politique a entendu une communication, au sujet de l’évolution de la situation organique du Parti. Il a exprimé sa satisfaction quant au rythme soutenu de tenue des assemblées électives des structures locales du Parti conformément à l’échéancier convenu.

Plus d'articles de : Communiqués

Commentaires (0) | Réagir ?