De quoi Poutine est-il le nom ?

Vladimir Poutine.
Vladimir Poutine.

Depuis pratiquement 2014, l'année de l'annexion de la presqu'île de Crimée par la Russie, Vladimir Poutine a concentré tous ses efforts diplomatiques et militaires pour mettre au premier plan la grandeur de son pays.

Ainsi a-t-il opposé dans un discours aux sonorités lyriques, tenu au cours de la même année dans la station balnéaire de Sotchi, l'homme occidental pragmatique à l'homme russe prêt à se sacrifier pour une juste cause ! De nombreux experts se sont interrogés plus tard si l'intervention russe en Syrie en automne 2015 ne s'inscrivait pas dans la droite ligne de cette optique-là. Bien entendu, si l'on suivait l'argumentation du patron de Moscou, la réponse ne saurait être qu'affirmative. Or, la réalité en dit autre chose.

D'autant que sa démonstration de force à l'extérieur, conjuguée à une critique acerbe de l'Occident n'est, paraît-il, que le reflet de sa volonté de "réactualiser" l'épopée de l'Empire russe impérial, fondé sur l'expansionnisme, l'autocratie et l'orthodoxie. Et puis, les Russes voyaient mal depuis longtemps déjà l'Europe et l'Occident en général qu'ils considèrent comme hostiles à leurs intérêts stratégiques, gouvernés par des règles formelles et froidement rationnelles. Ils leur préfèrent "la vulgate orthodoxe", inspirée dans son aspect politique des principes de la philosophie marxiste ou de Ivan Iline (1883-1954) dont Poutine, lui-même, a fait une de ses meilleures références. Celui-ci sacralise le mythe du guide suprême, capable d'échapper aux pièges de la démocratie formelle (droits de l'hommiste dans son essence), en privilégiant la thèse romantique du chef en contact direct avec son peuple.

Toujours est-il vrai que, loin de fragiliser le président russe, cette suspicion-là entretenue vis-à-vis de l'Occident, la mondialisation, le libéralisme, etc., lui a attiré, en revanche, un soutien populaire constant et surtout la sympathie de beaucoup de partis d'extrême droite, un peu partout en Europe. En avril 2016, par exemple, ceux-ci l'ont sollicité pour intervenir, grâce à une pétition ayant recueilli plus de 300.000 signatures, dans le référendum organisé aux Pays-Bas sur le partenariat économique entre l'Union européenne et l'Ukraine.

De plus, Poutine qui garde à l'esprit, comme la plupart des Russes d'ailleurs, les séquelles des deux terribles chocs provoqués par le retrait des troupes soviétiques de l'Afghanistan en 1989 (une défaite encore ressentie jusqu'à nos jours comme une humiliation dans toute la Russie) et de la désintégration du bloc soviétique au tout début des années 1990, s'élance davantage dans sa démarche concurrentielle avec les puissances occidentales. Les réformes de la Glasnost et de la Perestroïka menées au milieu des années 1980 sous la direction de Mikhaïl Gorbatchev n'étant, à ses yeux, que synonyme d'un désordre qui a permis au libéralisme d'affaiblir l'économie russe.

Enfin, si certains analystes ont cru, quelque temps après la fin de la guerre froide, que le monde était entré dans une logique de collaboration, prélude à l'avènement du règne libéral américain (la thèse controversée de la fin de l'histoire soutenue par Francis Fukuyama), Poutine nous apporte aujourd'hui la preuve que le monde évolue plutôt vers un monde polycentrique.

Kamal Guerroua

Plus d'articles de : Chroniques

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
haroun hamel

Vous auriez peut être aimé une Russie à la Eltsine, ce qui d'après la vulgate occidentale était un parangon de démocratie. Il y'a juste une comparaison à faire, M Poutine et M Bouteflika sont arrivés au pouvoir en 1999. La Russie était à l'agonie complètement détruite par les oligarques sous la férule occidentale. Le niveau de vie des Russes sous la "démocratie" de Eltsine était au plus bas et le taux de mortalité avait explosé. Comparez la Russie d'aujourd'hui, sous embargo occidental, à la Russie d'hier et à l'Algérie de Bouteflika, je pense qu'il n'y a pas photo comme on dit.

avatar
moh arwal

Comme quoi nous avançons a reculant avec une momie au pouvoir.