Une association de pieds-noirs porte plainte contre Macron!

Une association de pieds-noirs porte plainte contre Macron!

Une association de pieds-noirs nommée Cercle algérianiste national, a déposé plainte pour «injure» contre Emmanuel Macron, fondateur du mouvement d'En Marche et candidat à la présidentielle Française.

«Le Cercle algérianiste a demandé à Maître Gilles-William GOLDNADEL de déposer plainte à l’encontre d’Emmanuel MACRON, pour diffamation, à la suite de ses déclarations à Alger, assimilant la colonisation à un «crime contre l’Humanité».» pouvait-on lire sur le communiqué diffusé sur le site internet de l’association qui compterait 10 000 adhérents.

Le Cercle algérianiste estime par ailleurs, qu’Emmanuel MACRON «a non seulement travesti la réalité historique, mais qu’il a porté atteinte à la mémoire et à l’honneur des Français d’Algérie, qui n’ont pas à rougir de ce qu’ils ont été, ni de l’œuvre qu’ils ont accomplie sur la terre à laquelle ils étaient viscéralement attachés et qu’ils ont contribué à développer.»Se justifiait-elle

L’association qui n’est pas très représentative de la communauté des pieds noirs, parle pourtant en leurs noms et mêle les Pieds noirs au Harkis, pour sans doute, les ralier à sa cause «À Alger, Emmanuel MACRON a non seulement méprisé la douleur des Français d’Algérie,Pieds-Noirs et Harkis confondus, mais blessé profondément une grande partie de la communauté nationale.» et de poursuivre «En affirmant que la France avait commis un «crime contre l’Humanité», sans exiger que soient reconnus dans le même temps par l’Algérie, le massacre indicible des Harkis et le drame de milliers de Pieds-Noirs enlevés et assassinés par le FLN, notamment le 5 juillet 1962 à Oran, il a, en outre, franchi un pas supplémentaire dans une repentance mortifère.» concluait le communiqué signé Thierry Rolando, président national de l’association.

Pour rappel, Emanuel Marcron, et sans revenir sur ses propos, avait essayer d’arrondir les angles en se disant «désolé» d’avoir pu choqué quelques personnes. «Je le dis aujourd'hui, à chacun et chacune dans vos conditions, dans vos histoires, dans vos traumatismes, parce que je veux être président, je vous ai compris et je vous aime», avait-il reprenant la célèbre phrase du Gaulle à Alger en 1958.

La rédaction

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (0) | Réagir ?