Lancement d'un emprunt obligataire islamique d'ici à mai !

Le ministre des Finances, Hadji Baba Ammi.
Le ministre des Finances, Hadji Baba Ammi.

Un emprunt obligataire sans intérêt devrait être lancé entre fin avril et mai 2017, a indiqué lundi à Alger le ministre des Finances, Hadji Baba Ammi.

"Nous sommes en train d’étudier un projet de lancement d’un nouvel emprunt obligataire pour cette année, mais sans intérêts", a déclaré le ministre à la presse en marge d’une séance plénière du Conseil de la Nation consacré au texte de loi de règlement budgétaire 2014.

La durée de cet emprunt obligataire s’étalera de trois à cinq ans et dont les titres ne seront pas éligibles à la Bourse puisque actuellement, les titres éligibles à cette institution boursière sont ceux de 7, 10 et 15 ans, appelés OAT (obligation assimilés du Trésor).

Se gardant de donner plus de détails sur cette opération financière, le ministre a affirmé qu'elle était en cours d'étude et que le projet devrait être d’abord présenté au gouvernement: "Si le gouvernement adopte cette démarche, on lancera cet emprunt".

A une question sur les banques qui envisagent le lancement de produits bancaires sans intérêt conformément à la Charia, M. Baba Ammi a répondu: "Moi, je n’utiliserai pas le mot ‘islamique’, mais plutôt ‘participatif’. Ce sont des produits qui ne sont pas rémunérés par des intérêts, mais par les rendements des projets qui seront financés". Selon lui, un travail est en cours au niveau de banques pour lancer ce type de produits vers la fin de l’année 2017.

Interrogé sur la situation économique du pays, le ministre a relevé qu’elle était "difficile" sur le plan financier mais que la situation est "maîtrisée". "Au vu des résultats économiques de l’année 2016, nous sommes très confiants sur la possibilité de surpasser cette situation, mais il faut qu’il y ait une discipline budgétaire dans l’application de la loi''.

Il a rappelé, dans ce sens, la vision à moyen terme adoptée dans le cadre de la loi de finances 2017, qui est une stratégie en matière de gestion des finances publiques, qui va être aussi appliquée pour les prochaines lois de finances.

A une question sur l’augmentation du taux d’inflation, le ministre a imputé cette hausse à certains commerçants "qui ne respectent pas la loi".

Selon lui, "la hausse des prix produits alimentaires n’est pas la faute au gouvernement, c’est la faute de certains commerçants qui doivent rentrer dans l’ordre. Nous allons renforcer le contrôle des prix des produits de base. C’est une mission du ministère des Finances".

APS

Plus d'articles de : Economie-Finance

Commentaires (6) | Réagir ?

avatar
rabah Benali

@ Atala Atlale Bonjour, Hélas, l'objectif de la diabolique manœuvre de ces diaboliques gangsters employeurs de ce diabolique "Ouazir" gestionnaire de la diabolique "ch'kara" n'est pas de récupérer l'argent volé depuis des décénnies. Croire à cette thèse est est une utopie. L'argent volé a été irrévocablement "placé et consommé". La démarche de ces diables s' adresse plutôt et exclusivement aux pervers monarques arabes dits "less frères arabes du Golf". Comme les intérêts, selon le schema classique universel, sont, selon le codex Moumouh, "h'ram" absolu et qu'il n'y a point de savoir ou de technologies à attendre de ces pervers en gandoura/culottes, les formes de ces fameux projets "participatifs" développables sont deux: Les bordels/ boxons livrés sous formes de complexes touristiques, ou les mosquées/écoles de dressage islamique aux forme et normes "moyen âge". Je partage totalement votre avis sur la dernière phrase de votre post. Au train où vont les choses, la Syrie 2017 n'est pas très loin. Un prix de ce pétrole du diable à moins de 100, - USD le bermil durant 2017 est le compte est bon. Ce sera terriblement terrible. Cordialement. Rabah Benali

avatar
Rabah IBN ABDELAZIZ

L'argents HALAL, n'existent pas dans le pays du clan mafieux qui nous gouvernent ?. Plutôt l'argents sales OUI, mais pas halal ?. Quelles bandes de voleurs.

visualisation: 2 / 5