Attentat de Constantine : première réaction des autorités algériennes

Attentat de Constantine : première réaction des autorités algériennes

Dans une première intervention diffusée sur la télévision étatique algérienne, le ministre de l'Intérieur Noreddine Bedoui, a confirmé qu’une attaque terroriste a bien visé un commissariat de police au centre-ville de Constantine, dans la soirée du dimanche 26 février 2017.

Le ministre de l'Intérieur considère que l’attentat, qu’il a qualifié d’ors et déjà de terroriste, est pour lui "une tentative vouée à l’échec" dont le but n’est autre que "la déstabilisation du pays". Noredine Bedoui a également affirmé que ces attaques prouvent que le terrorisme est encore embusqué, et son désir "est de ramener l’Algérie en arrière", mais que cela était sans compter sur la vigilance des services de l’ordre dans la lutte contre la terreur en Algérie.

Le premier policier du pays a également appelé la population à la plus grande vigilance, surtout, soutenait-il "pendant cette période cruciale qu’est l’élection législative de mai prochain".

Tard dans la nuit du dimanche, la DGSN a rendu public un avis, dans lequel elle louait les mérites du policier ayant déjoué l’attentat d’un kamikaze qui voulait se faire exploser à l’intérieur du commissariat de la 13ème Sûreté urbaine de la ville de Constantine.

La rédaction

Communiqué de la police de Constantine du 26/02/2017

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (0) | Réagir ?