Colonisation : Emmanuel Macron persiste et répond aux pieds-noirs (Vidéo)

Emmanuel Macron.
Emmanuel Macron.

Le candidat à la présidentielle française, Emmanuel Macron, demeure droit dans ses bottes et ne se laisse pas intimider par le tombereau de critiques qu'il essuie suite à ses déclarations comminatoires sur la colonisation.

En réponse à despieds-noirs qui l'interpellait, il déclare : "Je n'ai pas dit que vous aviez fait un crime contre l'humanité ni que tous les Français qui y étaient avaient commis un crime contre l'humanité". Et disant "respecter éminemment ce que vous avez vécu". "On prend un bout de phrase, on le sort de son contexte et on l'envoie à la figure de tout le monde. Ne me réduisez pas à un mot", a répliqué Emmanuel Macron. "Mon but premier c'est de construire notre histoire.Je pense qu'on peut réconcilier les mémoires", a-t-il ajouté.

Alors qu'ils sont enfoncés dans des affaires d'emplois fictifs, les candidats de la droite et d'extrême droite se lâchent dans un concert de haine et de déclaration nauséeuses.

A gauche Benoît Hamon déçoit sur le sujet de la colonisation en soutenant : " Je considère que sur cette question, avant de dire que c’est un crime contre l’humanité, il faut dire que l’on en assume les conséquences. Je ne sais pas si Emmanuel Macron les assume mais moi je me refuse à m’aventurer sur ce terrain-là". Puis de souligner : "C’est devant un tribunal international que l’on devrait traduire les personnes responsables de crime contre l’humanité (...) Il faudrait qu’Emmanuel Macron dise à qui il pense et s’il envisage que demain des personnes pourraient être poursuivies devant un tribunal international pour crime contre l’humanité", a averti le candidat Hamon. Et finit d'appeler à "faire attention à ne pas jeter de sel" sur ces "blessures". Par une batterie de pirouette le candidat du parti socialiste a évacué le sujet et renvoyant la balle à Macron et surtout en évitant de répondre sur la question de fond.

Dans une vidéo au ton solennel, le candidat réaffirme ses positions.

Yacine K.

Plus d'articles de : Algérie-France

Commentaires (1) | Réagir ?

avatar
oziris dzeus

il a été recadrer, ce macro ne dit plus " la colonisation est un crime contre l'humanité" c'est un vrai trader, il acheté et revend, ce qu'il vient d’acheter à alger il tente de le revendre en france, ce qui l’intéresse c'est le bénéfice,

l'algérie et les algériens n' ont pas besoin de la france, c'est plutôt le contraire,

l'algérie n' a qu'une seule solution pour s'en sortir définitivement de ce bourbier, c'est de se séparer de la france une fois pour toute, c'est aux algériens de décider de ne plus avoir de relations avec l'état français,

les problèmes de l'algérie ont pour origine la france,

la france voyant ses colabos algériens en fin de vie et perdant leur influence sur le peuple tente de refaire, pour le cas algériens (y 'en a d'autres le viétnam, et l'afrique noire) la france n'est qu'un état criminel au même titre que le nazisme ou le stalinisme, macron se rend compte que son propos est un danger pour la france et les autres colonisateurs alors il se recentre, macron n' aucun sens de la mesure, il est impulsif donc dangereux directement pour l'état français,