Des milliers d'étudiants dans la rue contre l'insécurité à Tizi-Ouzou

Une marche imposante a été organisée à Tizi-Ouzou contre l'insécurité. Photo Siwel Info.
Une marche imposante a été organisée à Tizi-Ouzou contre l'insécurité. Photo Siwel Info.

Le lâche assassinat dont est victime l'étudiant Djamal Souak près de sa cité universitaire de Hasnaoua le 03 de ce mois était la goutte qui a fait déborder le vase. Et les étudiants ne peuvent plus se taire devant ce crime de trop ni sur l'inscrite dans laquelle ils vivent au quotidien et c'est aujourd'hui que des milliers d'étudiantes et d'étudiants et de professeurs ont envahi les rues de Tizi Ouzou pour exprimer leur colère et leur ras-le-bol de cette situation qui n'a que trop duré.

Cette foule impressionnante des futurs cadres de la nation a selon El Khabar sillonné les rues de la ville des genets avec un ordre remarquable. Les participants silencieux brandissaient le portrait de l'étudiant assassiné et déployaient des banderoles sur lesquelles on peut lire : "Jusqu'à quand cette violence ?", "Je veux évoluer et vivre en paix". "La sécurité et le premier droit du citoyen et l'insécurité et la première injustice".

Cette marche de protestation a pris forme ce lundi matin au sein de l'université de Hasnaoua et a franchi son enceinte à 11 h. À sa tête la mère de Djamal (l'étudiant assassiné), son oncle et les familles des victimes de la violence.

À l'arrivée devant le palais de justice, une minute de silence a été observée à la mémoire de Djamal Souak, la dernière victime de cette violence et à celles de toutes les victimes qui l'ont précédées.

Pour clore ce rassemblement majestueux, un étudiant a pris parole pour lire une déclaration qui condamne cet ignoble assassinat et la violence qui règne sur les lieux comme elle critique aussi la politique des autorités vis-à-vis des citoyens que les étudiants qualifient d'échec. Après cette déclaration, la foule s'est dispersée dans le calme sans aucun incident.

À rappeler que l'assassin de Djamal Souak, cet étudiant de 22 ans au département d'anglais s'est livré à la police trois jours après son crime accompagné de sa famille.

Ce qui frappe dans cette marche, c'est la discipline et l'ordre dans lesquels elle s'est déroulée. Finalement, lorsqu'on laisse nos jeunes exprimer leurs sentiments, leurs idées, leurs avis … en toute liberté, ils ne sont ni des pilleurs ni des casseurs ni de traître de la nation … comme on veut nous le fait croire. Une belle leçon de civisme vient donc d'être administrée par cette jeunesse éprise de vie, de paix et de stabilité.

Rachid Mouaci

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (1) | Réagir ?

avatar
Caton L'ancien

200. 000 policiers pour 40 millions d'habitants, et où les rencontre-t-on ? En train de faire la circulation aux barrages éternels, agglutinés par paquets de cinq à dix ou aux carrefours, munis de véhicules flambant neuf et dernier cri mais nullement là où il y a des problèmes dans les villes, aux marchés, sur les voies publiques entrain de faire des rondes là où il y a des risques de vol et de racket, à la sortie des écoles, la nuit dans les ruelles mal éclairées...

La France, elle, avec ses 65 millions d'habitants n'a pas 150. 000 policiers, et vous les voyez partout où il y a risque de problème; ils vous font vous sentir en sécurité.

C'est la différence qu'il y a entre mon pays Sous-Développé, l'Algérie, et la France notre ancien colonisateur, pays moderne, développé et démocratique !

Les dirigeants de mon pays me font honte !