Le café littéraire et philosophique de Tizi-Ouzou et Larbaa Nath Irathen interdit !

Ironie de l'histoire, la Maison de la culture Mouloud Mammeri interdit le débat et la culture en son sein.
Ironie de l'histoire, la Maison de la culture Mouloud Mammeri interdit le débat et la culture en son sein.

Amirouche Malek, initiateur et organisateur du café littéraire et philosophique a rendu public une déclaration dans laquelle il ne s'explique pas pourquoi les autorités locales interdisent un café littéraire.

Depuis sa création en 2011, l'EMEV (entreprise d'organisation d’événements culturels, économiques et scientifiques), a œuvré pour la création d'une dynamique culturelle à travers l'organisation de nombreuses activités, dont le café littéraire et philosophique de Tizi-Ouzou et celui de Larbaa-Nath-Irathen, et ce, malgré le manque d’un soutien effectif.

Aussitôt lancée, cette activité phare, a connu un franc succès. Une réussite qu’elle doit notamment à des dizaines d'auteurs et chercheurs qui se sont produits, en l’occurrence, les moudjahidates Zohra Drif,Eveline Safi-Lavalette et la grande l’écrivaine Djoher Amhis et d’autres noms connus du grand public à l’instar de Daho Djerbal, Ahmed Bedjaoui,Belaid Abane, Hamid Grine, Belkacem Mostefaoui, Larab Ramdane, Rachid Ali Yahia, Fatima Bakhai, Akli Amrouche, Djamel Mati, Ali Haroun, Hamid Mokadem, Nacer Djabi, Hend Saadi, Youcef Merahi, Rabah Ou Ferhat, Abdennour Abdesselam, Rachid Oulebsir, Leila Hamouten, Kamel Bouchama, Amel El Mahdi, Inaam Bioud, Abderrahmane Djelfaoui, Djaoudet Guessouma, Abderrahmane Khalifa, Belaid Tagrawla, Omar Kerdja, Idir Bellali, Hamid Bilek, Achab Ramadan, Mustapha Mekideche, Mohand Arezki Chouitem, Mohamed Lakhdar Moagal, Youcef Merahi, Mohamed Attaf, Boussad Saim, Baya Hachi, Rachid Hamoudi, Mahmoud Boudarene, Lazhari Labter, Ameziane Ferhani, Fatma Oussedik, Adriana Lassel, Louiza Gallez Nourdine Saoudi, Djamel Mati, Ameziane Ferhani, Nadia Sebkhi, Yamilé Ghebalou, Fatma Zohra Zamoum, Mohamed Attaf, Bahia Amellal, Selma Hellal, Samir Toumi, Belaid Tagrawla, Tarik Djerroud, Ahmed Tessa, Younes Adli, Fatma Zohra Zammoum, Hadjar Bali, Djoher Walis, Anya Merimeche pour ne citer que ceux-là.

L'EMEV a organisé aussi des journées évocation des grandes figures de la culture Algérienne, Slimane Azem, cheikh Nourdine et si Mohand Oulhoucine Sahnouni ainsi qu'un hommage à l’écrivaine Djoher Amis – Ouksel. L’EMEV a tenu aussi des colloques autour des œuvres de Mouloud Mammeri et Si Amar Ou Said Boulifa, et l'histoire de Larbaa Ath Irathen, une journée sur le patrimoine historique et architectural de la même ville. Le Lancement du printemps du livre NATH IRATEN et le festival Montagne Art, deux événements d’une grande importance, est venu confirmer la pérennité de nos projets et prouver que notre démarche s’inscrit dans la durée.

Notre espace littéraire philosophique de Tizi-Ouzou qui se veut purement culturel et scientifique, a fait l’objet d’une suspension inexpliquée de la part de la direction de la culture de la wilaya et pas seulement. Les autorités locales de Larbaa-Nath-Irathen iront jusqu’à interdire la tenue d’une rencontre avec Hacène Hirèche qui tourne autour d’un sujet scientifique, à savoir la programmation neuro linguistique (PNL), un thème très intéressant pour le développement personnel.

Après ce brutal procédé qui remonte à presque une année, l'Apc de Larbaa-Nath-Irathen semble continuer dans sa lancée, en se joignant à l’action des responsables de la Maison de la Culture de la wilaya de Tizi-Ouzou qui a suspendu l’activité depuis un peu plus d’une année.

En effet, la Maison de la culture Mouloud-Mammeri a décidé, sans donner d’explication, de fermer un des espaces qui réunit depuis 2011, les férus du débat, de la réflexion et d’échanges dans la wilaya de Tizi-Ouzou. Bien qu’il soit, comme en témoignent les habitués, un cadre idoine pour développer les belles idées, sinon une bouffée d’d’oxygène. Nous nous sommes en droit de s’interroger sur les raisons de ce blocage qui entretient le flou, quand on sait que les institutions d’Etat en charge de la culture (ministres et représentants) ne tarissent pas d'éloges au sujet des manifestations de même nature.

Il est vrai que les activités sont maintenues malgré tous ces obstacles. Pour ce faire, nous avons décidé de délocaliser toutes nos activités et les programmer dans les locaux du comité de village de Taourirt Mokrane ainsi que ceux de l’association scouts et amis des scouts de Tizi-Ouzou, que nous remercions au passage histoire de continuer d’exister et ne pas priver ceux et celles qui ont soif de la culture.

Notre souci est de trouver des explications à donner aux nombreuses personnes qui nous interpellent quant aux raisons qui motivent cet arrêt d’activité brutal et que dire aux nombreux auteurs qui attendent leur tour pour participer à l’animation de ces rencontres qui ont pris un ancrage populaire.

On s’est longtemps résolu au silence, dans l’espoir de parvenir à un dénouement , par ce que nous jugeons que notre mission est d’ouvrir les portes du savoir et non pas verser dans la confrontation, mais force est de constater que la situation perdure malgré notre volonté affichée de reprendre l’activité comme l’atteste nos différentes demandes soumises à l’APC der L. N. Iraten et à la maison de la culture de Tizi-Ouzou.

Aussi, nous tenons à prendre à témoin, via la presse, l’opinion publique, les éditeurs, les chercheurs et les auteurs sur ces entraves que nous subissons. Nous venons par la même occasion, attirer l'attention du premier responsable du secteur (ministre de la tutelle) et celle des responsables locaux et les interpeller pour que cesse cet imbroglio qui perdure et qui pénalisent les férus de la culture.

Amirouche Malek, initiateur et organisateur du café litteraire et philosophique

Plus d'articles de : Communiqués

Commentaires (0) | Réagir ?