"Penelopegate" : des policiers au Sénat pour enquêter sur les enfants Fillon

François Fillon. Crédit photo : François Navarro.
François Fillon. Crédit photo : François Navarro.

Des policiers se sont rendus au Sénat vendredi matin pour se faire remettre des documents concernant les enfants aînés de François Fillon, a-t-on appris de source parlementaire.

Dans un communiqué, la présidence du Sénat a confirmé que Gérard Larcher avait autorisé ce vendredi "la communication des documents dont les services du Sénat disposent". "Cette communication sera assurée par le Secrétaire général de la Questure dans les plus brefs délais", ajoute le texte.

Le Parquet national financier (PNF) a demandé aux policiers chargés d'enquêter sur les emplois présumés fictifs de Penelope Fillon d'étendre leurs investigations aux activités de Marie et Charles, qui ont tous deux été rémunérés par leur père au Sénat, comme François Fillon l'a lui-même révélé sur TF1, avait-on appris jeudi de sources proches du dossier.

La révélation de leur emploi par leur père au Sénat pour des "missions précises", avait suscité la polémique, François Fillon expliquant les avoir embauchés car ils étaient avocats, alors qu'ils n'avaient pas encore prêté serment à l'époque. François Fillon a été sénateur de la Sarthe entre septembre 2005 et juin 2007.

Le procureur financier, Eliane Houlette, a transmis jeudi à Gérard Larcher une demande d'information concernant les emplois occupés par Marie et Charles Fillon auprès de François Fillon d'octobre 2005 à juin 2007, ainsi que "la réglementation relative au statut, aux modalités d'emploi, de gestion et de rémunération de collaborateurs de sénateurs", précise la présidence du Sénat dans un communiqué.

Aucun des deux enfants Fillon n'a toutefois été convoqué par les enquêteurs à ce stade, assurait jeudi à Reuters Me Antonin Lévy, qui défend le candidat de la droite pour la présidentielle.

Toute perquisition au Sénat ou à l'Assemblée nationale doit être autorisée par le président de la chambre concernée. Mardi, des perquisitions ont été menées dans le bureau de l'ancien Premier ministre à l'Assemblée nationale.

Reuters

Plus d'articles de : Algérie-France

Commentaires (0) | Réagir ?