Le général Smaïn Lamari et Ben Bouzid étaient derrière le mariage d'Abassi Madani

Abassi Madani marié par le général Lamari
Abassi Madani marié par le général Lamari

Lorsque le chef du cabinet du président Ahmed Ouyahia a déroulé le tapis rouge à l'ancien chef de la horde islamiste armée Madani Mezrag pour le consulter sur la future constitution, beaucoup de gens non avertis étaient surpris et choqués de voir l'un des maîtres d'Alger ouvrir ses bras à un sanguinaire dont la tête était mise à prix durant la décennie noire pendant laquelle 250 000 Algériens ont perdu la vie.

Ces gens naïfs ignoraient qu'au sommet de l'État, la relation avec les islamistes est plus que conviviale et chaleureuse, on dirait même familiale jusqu'au point de chercher une épouse au chef de ceux qui ont mis à feu et à sang l'Algérie. Autrement dit, Abassi Madani.

Cette révélation est faite par l'ancien dirigeant du FIS Ahmed Merani sur le plateau de la télévision Ennahar dans l'émission "Zad fi Mazad". Ce dernier a déclaré que, lorsque Abassi Madani était en résidence surveillée après sa sortie de prison, la mère de ses enfants l'a quitté pour rejoindre sa progéniture à l'étranger et c'était le défunt général Smain Lamari qui lui avait cherché et trouvé une seconde femme. Comme cette future épouse du cheikh était enseignante, l'ancien patron de la direction du contre-espionnage au sein du DRS a chargé Aboubaker Ben Bouzid de la contacter et de demander sa main pour l'islamiste en résidence surveillée et c'est ce qu'avait fait l'ancien ministre de l'Éducation nationale.

En ce moment, les citoyens algériens attendaient des réformes de l'école sinistrée mais ils ignoraient que notre valeureux ministre était chargé d'autres missions plus importantes que l'avenir de leurs enfants qui sont les fiançailles et les mariages d'un chef islamiste. Pauvre est notre Algérie !

Selon toujours le quotidien Ennahar, Ahmed Merani a déclaré qu'au début des années 90 Abassi Madani rêvait d'être plus qu'un président, il espérait devenir le guide suprême de la révolution à l'instar d'El Khomeiny en Iran, contrairement à Ali Belhadj qui n'avait pas d'ambition politique.

En Kabylie, lorsque la nature prend l'image d'une carte postale sous la neige avec des vues époustouflantes, nos sages nous avertissaient par ces paroles : "Attention ! Lorsque la neige fondra, vous découvrirez tous les excréments couverts par ce beau manteau blanc".

Qu'allons-nous découvrir encore de plus immonde dans cette patrie martyrisée lorsque la vérité remontera en surface ?

Rachid Mouaci

Vidéo

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (16) | Réagir ?

avatar
amar1

vous etes anti musulman nous algeriens sont dans la majorité musulman et pro FIS respect pour abassi Madani et ali benhadj demain si le FIS revient il remportera haut la main les elections, vous ne voulez pas admettre que l algerie est MUSULMANE

avatar
oziris dzeus

ce type savait que le poste en question était la destinée d'un autre et que lui et son fils n'étaient que l'alibi pour l'accomplissement de cette destinée, fallait il ce chiffre de 250 000 de vies perdues juste pour que se réalise cette destinée,

avatar
moh arwal

Tu es un ignorant l' algerie n 'est pas terre arabe arabe c est la terre de Jugurtha le roi des amazighs, retourne chez toi enn arabie.

visualisation: 2 / 9