Le candidat François Fillon enfoncé dans des affaires douteuses

François Fillon s'enfonce. Crédit photo : François Navarro.
François Fillon s'enfonce. Crédit photo : François Navarro.

Le candidat de droite à la présidente, François Fillon, a fait "une imprécision de langage" en affirmant jeudi soir sur TF1 qu'il avait rémunéré par le passé deux de ses enfants pour leurs compétences d'avocat, alors qu'ils n'avaient pas encore prêté serment à l'époque, a dit vendredi son entourage à Reuters.

"Le Canard enchaîné" a planté les premières dagues en révélant l'affaire de "l'emploi fictif" de sa femme Pénélope. En effet, pendant huit ans, l’épouse du candidat de la droite à la présidentielle a touché quelque 500.000 euros en tant que collaboratrice parlementaire, sans que la réalité de cet emploi n'ait à ce jour été prouvée. En effet, Christine Kelly, la biographe de François Fillon a confié au "Canard enchaîné" qu'elle ignorait que l'épouse Fillon travaillait. "C'est surprenant. Je n'ai jamais entendu dire que Mme Fillon travaillait. Personne ne m'a jamais parlé de cela." Le scandale tombe très mal. Pénélope Fillon a aussi été embauché par l'ami Marc Ladreit de Lacherrière, patron de "La Revue des deux mondes" avec un salaire de cadre. Soit 5000 euros brut, alors que le directeur touchait 6000 euros. Le patron de la "Revue" a tenté d'esquiver les questions. Sans succès. En 20 mois, elle a engrangé 100 000 euros. Un magot payés "pour deux notes de lectures", selon l'hebdomaire satirique.

Comme une affaire ne suffisait pas, le candidat François Fillon qui revendiquait la transparence, s'est enfoncé encore en évoquant ses enfants.

"Marianne" et "Libération" ont relevé que Marie et Charles Fillon effectuaient encore leurs études de droit au moment où François Fillon, alors sénateur UMP de la Sarthe, a expliqué leur avoir confié des "missions précises".

Pour preuve de sa sincérité et de sa transparence, le candidat de la droite et du centre à la présidentielle, déstabilisé par une enquête relative à des emplois présumés fictifs de son épouse - notamment un rôle d'attachée parlementaire à ses côtés dont la réalité est mal établie - a révélé sur TF1 qu'il avait également rémunéré ses deux aînés lors de son mandat de sénateur (septembre 2005-juin 2007).

"Et je vais même vous dire quelque chose que vous ne savez pas, c'est que lorsque j'étais sénateur, il m'est arrivé de rémunérer, pour des missions précises, deux de mes enfants qui étaient avocats, en raison de leurs compétences", a-t-il dit. Or Marie et Charles Fillon sont devenus avocats après que leur père eut été nommé Premier ministre, respectivement en novembre 2007 et juin 2011, selon l'annuaire du barreau de Paris, ville où ils exercent.

"C'est une imprécision de langage, ses enfants sont avocats", a tenté d'expliquer l'entourage du candidat à Reuters.

François Fillon, qui se trouvait vendredi à Pierrefitte-sur-Seine (Seine-Saint-Denis) pour rendre hommage à Philippe Séguin, son mentor en politique, tiendra dimanche à La Villette, à Paris, le meeting de lancement de sa campagne. Son épouse Penelope sera présente, a dit son entourage à Reuters.

François Fillon a assuré jeudi sur TF1 que le travail de son épouse était réel et qu'il fournirait toutes les pièces nécessaires à la justice pour le prouver. Il a dénoncé une accusation "abjecte" visant à "l'abattre". Sa campagne a tout l'air de prendre eau de toutes parts. Ces révélations pourraient lui coûter très cher. A preuve ? A droite on réfléchit déjà à une candidature de substitution.

Rédaction/Reuters

Plus d'articles de : Algérie-France

Commentaires (1) | Réagir ?

avatar
Mourad BENKALFATE

Tous les moyens pour le discréditer. Mais il vrai quand même que pour un candidat qui prône la transparence dans la gestion des affaires publiques, ce n'est pas si transparent que cela.