Crash du vol AH 5017 d'Air Algérie : des pilotes peu formés

Le vol AH 5017 s'est abîmé au Burkina Faso.
Le vol AH 5017 s'est abîmé au Burkina Faso.

Les experts judiciaires ont rendu leurs conclusions aux magistrats instructeurs parisiens, fin décembre dans l'affaire du crash du vol AH 5017, écrit "Le Figaro".

Le 24 juillet 2014, un Mac Donnell Douglas d’Air Algérie affrété par la compagnie espagnole low-cost Swiftair, et reliant Ouagadougou (Burkina Faso) à Alger s’écrasait dans le nord du Mali. Il y avait à son bord, 6 membres d’équipage et 110 passagers.

Ce document des experts contient 250 pages avec des révélations alarmants, selon le quotidien français. Les rédacteurs de ce rapport montrent combien Swiftair a clairement manqué à ses obligations, notamment en matière de formation des pilotes, écrit le journal. Il nous apprend que les pilotes étaient des saisonniers avec des longues périodes d’inactivité. Pire, ils n’avaient pas volé les huit mois précédant le crash, rapporte le quotidien.

La compagnie espagnole Swiftair engagée par Air Algérie "n’a pas respecté ses engagements concernant les formations complémentaires à mettre en place suite à de longues périodes d’inactivité. Ce manquement génère un déficit d’entrainement", pointent les experts dans leur rapport.

Synthèse Sofiane Ayache

Plus d'articles de : Algérie

Commentaires (0) | Réagir ?