L'Algérie, le Maroc et la Tunisie dirigés par des chefs d'Etat "malades", estiment des députés français (Vidéos)

Bouteflka, Mohammed VI et Essebsi.
Bouteflka, Mohammed VI et Essebsi.

Les députés Jean Glavany (PS) et Guy Teissier (LR) ont dressé un tableau inquiétant de l'état de santé des dirigeants algérien, marocain et tunisiens.

L'Algérie, le Maroc et la Tunisie sont dirigés par des chefs d'Etat "malades", c'est la quintessence des propos tenus par ces députés français qui étaient en mission de diplomatie parlementaire dans ces pays pays et rapportés par la chaîne de télévision parlementaire LCP.

A l'occasion de la présentation de leur rapport d’information sur la coopération européenne avec les pays du Maghreb, les deux députés se sont laissés aller, mercredi, à des confidences et déclarations qui détonnent au sein de l'Assemblée nationale française. Le député Jean Glavany lâche cette phrase après ses voyages dans ces trois pays : "Je suis frappé que tout tourne autour des hommes et de leur fragilité".

La Tunisie dirigée par Nida Tunes et Essebsi âgé de 90 ans, "fragilité extrême". Concernant l'Algérie, les Français n'ignorent rien ou presque de l'état de santé du chef de l'Etat puisqu'il se soigne dans les cliniques de ce pays. Dans son intervention, Guy Tessier a eu cette déclaration sur les rapports compliqués entre la France et l'Algérie : "Dans ce pays, il y a un dysfonctionnement entre le gouvernement et le peuple : le peuple est en demande de France (sic) quand le gouvernement rejette la France et ne manque pas une occasion de vilipender notre pays". Le député estime qu'il y a "un prurit permanent". Il parle même de "répulsion". Il évoque le découragement des investisseurs français et avoue que "c'est très compliqué de s'installer en Algérie".

Sécurité au Sahel

Jean Glavany a déclaré que quand les services français contactent les Algériens pour leur signaler l'infiltration de terroristes en Algérie, "il y a un problème de numéro de téléphone". Puis d'avouer pour atténuer son propos l'amélioration des relations.

Mohammed VI, "un roi malade"

La santé du jeune roi marocain est un secret aussi. Ses absences et le visage qu'il affiche ne trompent personne. Jean Glavany prend un luxe de précaution avant de parler du roi du Maroc. Le Maroc est dirigé "un roi courageux, moderne, visionnaire mais un roi malade", révèle Jean-Glavany. Puis de préciser : un roi "atteint d’une maladie à évolution lente soignée à coup de cortisone"... Il ajoute que "lui aussi représente avec Essebsi et Bouteflika des pouvoirs personnels sur lesquels reposent beaucoup de points d'interrogations".

Yacine K.

Vidéos :

Plus d'articles de : Algérie-France

Commentaires (12) | Réagir ?

avatar
moh arwal

On ècrit notre destinée et non pas notre destinées, Mitterand non pas Mitterant, la vraie armée qui les a combatus et non pas la vraie armée qui les as combattu, Chirac et non pas Chiracs.

Tu veux dire que tes pays font partie des pays

sous développés mais tu écris qu ils dépendent des pays sous développés. Apprends d'abord ä écrire le Français avant de prétendre donner des leçons à tout le monde.

avatar
Caton L'ancien

Le cancre qui veut devenir professeur de français ne peut enseigner que des âneries !

Et dire que c'était un cadre supérieur dans le pays de Chadly Bendjedid, maintenant à la retraite dans sa vraie patrie, celle dont il est incapable d'apprendre correctement la langue.

Avec le "professeur Hakem" d'Oran, on saisit mieux pourquoi l'Algérie est dans cet état, pourquoi l'école algérienne dans son ensemble est sinistrée et pourquoi nous, Algériens sommes mal élevés !

avatar
moh arwal

je vis dans le monde mais je ne suis pas de ce monde ni de l 'algerie de Chadly, de x ou de y, ma patrie est dans mon coeur. My heartland is kabylie

vive la kabylie libre et independante

avatar
moh arwal

je vois que mes aneries provoque une diarrhée aiguë à un certain filsdu bachagha Boualem.

avatar
Caton L'ancien

Le bachagha Boualem, ce n'est pas celui qui a renié son pays l'Algérie, pour se faire le suppôt du colonisateur, comme ce que tu as fait, et qui est parti mourir en Camargue ?

Lui au moins savait parler la langue de sa nouvelle mère patrie, pas comme toi l'analpha-bête multilingue !

avatar
Rabah IBN ABDELAZIZ

Cher MOH, il y à que la vérité qui blesses, et vos écrits sont de celà. Bonne journée à vous.

avatar
Toufik KLOUL

Pardon, mai qu'est-ce qu'on a à foutre de l'avis des députés Français (avec tout le respect que je pourrais éventuellement avoir pour eux), quant à des dirigeants que le syndrome du colonisé ronge jusqu'à la mort...

NB : Je dis bien pourrais (conditionnel)

visualisation: 2 / 5