Le parquet suisse a classé l'action en justice contre le général Khaled Nezzar

Le général à la retraite Khaled Nezzar.
Le général à la retraite Khaled Nezzar.

Le parquet suisse a prononcé une ordonnance de classement dans la procédure judiciaire instruite par d'anciens militants du Fis dissous contre le général en retraite, Khaled Nezzar, a appris mardi l'APS d'une source proche de l'intéressé.

Après cinq ans d'instruction, la justice suisse "a rejeté les plaintes des activistes de l'ex-parti extrémiste FIS (dissous), portées par l'ONG Trial, qui avaient intenté une action contre le général Nezzar".

Le procureur fédéral a, en effet, prononcé une ordonnance conformément à l'article 319 du Code de procédure pénale suisse, qui stipule que "le ministère public ordonne le classement de la procédure lorsqu'aucun soupçon justifiant une mise en accusation n'est établi, lorsque les éléments constitutifs d'une infraction ne sont pas réunis, lorsque des faits justificatifs empêchent de retenir une infraction contre le prévenu, lorsqu'il est établi que certaines conditions à l'ouverture de l'action pénale ne peuvent pas être remplies", explique la même source.

Ce classement intervient après cinq années d'une longue procédure d'instruction, précise-t-on encore.

Les plaignants, "actionnés par les mêmes cercles anti-algériens à partir de certaines capitales européennes, avaient été poussés à mener une action de propagande ‘retentissante’, alors que leurs méfaits continuent à discréditer l'Islam et à jalonner les soulèvements dans les pays arabes", souligne la même source.

L’ancien ministre de la Défense, Khaled Nezzar avait déjà introduit un recours débouté en juillet 2012 devant le Tribunal pénal fédéral. En octobre 2011, il a même été placé en garde à vue pendant 36 heures suite à la plainte déposée par deux anciens militants du parti dissous soutenus par l'ONG Trial.

Rédaction avec APS

Lire aussi : Khaled Nezzar répondra devant la justice suisse

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (10) | Réagir ?

avatar
moh arwal

Avoir déserté l'armée coloniale pour rejoindre l'armée de libération nationale n'est pas en soi, une trahison que je saches, mais plutôt, un acte patriote.

Le problème est ailleurs. Il s'agit de désigner ceux qui ont amené ou poussé même, Nezzar et tous les autres hauts gradés DAF, aux commandes de L ANP.

Qui les a promis officiers supérieurs (capitaines, commandants, colonels generaux, et même genéraux majors) en quelques années, sans qu' ils aient tiré un seul coup de feu contre l'armée ennemie durant la guerre de liberation

Nezzar& co etaient manipulés et recevaIent des ordres de quelque part. Des politiques assurément.

Je me souviens que le bras droit de Chadly (Hamrouche) avait dit à Nezzar :" Si Khaled a toi de jouer ".

Je me souviens aussi que feu colonel Chabani (allah iramou) a été fusillé par Boumediene parce qu' il s 'était opposé a la nomination des DAF à des postes de haute responsabilité liés a la politique.

Au final donc, du Boumediene d'Oujda jusqu'ä Bouteflika d'el Mouradia, en passant par Chadly de Mers el kebir, tous les présidents y compris Zeroual (sauf Boudiaf) se sont servi des DAF.

Alors soyons honnêtes, et admettons qu' il a eu les sanguinaires només Belhadj, Zouabri, Chouchane Abassi Madani, Mezak Madani etc. parce qu il y a eu des politicards qui les ont générés pour favoriser le dicton " diviser pour régner" afin de prendre et tenir le puvoir et malheurseument celà perdure depuis la fin des années 50, soit peu aprés la disparition des seuls dirigeants unificateurs, :Ben M'Hidi et Abane Ramdane (Allah irhamhoum) .

Il est évident que pour être equitables dans le jugement du général Nezzar il faudrait tenir compte du fait qu îl n'a pas fait tout seul et qu il n'aurait même pas pu faire, cette guerre d'éradication, qui n'a abouti a la victoire militaire que grace a l'appui indispensable et trés précieux du peuple.

Grace aussi et surtout au NIET des kabyles, qui se sont farouchement opposés

à la dictature islamo-barbare que le FIS (fils du tiran taghout) et taghout lui même, ont tous les deux (père et fils) imposée au pays.

Le vrai mal de notre pays n'est pas apparu en 1991 par la guerre d' éradication il s est seulement aggravé car il existait dejà avnt 1962 et en particulier suite à la confiscation de l'indépendance par l'armée des frontières teleguidée par Nasser via Ben Bella et le trio mafieux criminel (Boussouf Boumedienne Bouteflika) qui ont violé la legalité en renversant le GPRA par un putch et en marchant sur les cadavres de centaines voire de milliers de moujahidines authentiques et heroiques de la glorieuse ALN,.

On ne peut pas condamner Nezzar sans impliquer les grands tireurs de ficelles qui l'ont poussé au pouvoir, à commencer par Boumediene qui les a nommé offciers supérieurs d'encadrement et s'en est servi pour faire tomber le GPRA et rentrer de force a Alger. De même que Chadly qui s' est appuyé sur eux pendant tout son règne sans oublier Boutef leur principal alliés contre Zeroual.

En conclusion, pour moi Ils se sont tous mis d accord pour abattre l'ALN , le GpRA le congrés de la soumame et la democratie avec. et pour fermer le cercle de la diactature ils ont inventé le FIS pour nous tenir dans l'ignoranc eet en etat de servitude.

ils ont obligé le peuple a les servir au lieu de le servir.

avatar
Meziane AMLIKHCHI

Moi, je dis seulement qu'il est complice de la création de son... illégitime fis! Et il est autant responsable que les fossoyeurs du fis. L'Algérie porte encore les stigmates des supplices!!! La chaîne Al-Magharibia attend avec impatience le résurrection du fils et du saint esprit abassi madani.

visualisation: 2 / 6