Les Verts face au Zimbabwe : gagner pour chasser les doutes

Equipe nationale. Photo Archives
Equipe nationale. Photo Archives

C'est cet après midi (17h) que l'équipe nationale entame son aventure en coupe d’Afrique des nations. Une entrée en lice qui devra, dores et déjà, nous renseigner sur les réelles aptitudes de cette équipe. Aller au bout de la compétition comme souhaité et "exigé" par Mohamed Raouraoua ou rentrer à la maison plutôt que prévu comme craint par de nombreux supporters, gagnés par un scepticisme inhabituel suite a la zone de turbulence traversée par les Fennecs ses derniers mois.

A Franceville, l'équipe nationale aura en face d'elle un adversaire, certes, largement à sa portée, mais la méfiance devra être de mise dès lors que les protégés de Georges Lekeens ont souvent du mal à maîtriser tous les paramètres en terre africaine, entre autre, l'arbitrage, la chaleur, l'humidité et l’état des pelouses.

Pour cette première sortie, il faudra surtout éviter revivre le triste souvenir de la CAN 2010 lorsque le Malawi a balayé les Algériens sur le score net et sans appel de 3 a 0. Une mésaventure encore vive dans la mémoire des inconditionnels des Verts. Face au Zimbabwe, les Verts n'ont donc pas d'autres choix que de s'imposer pour chasser les doutes, car les doutes, ce n'est pas ce qui manque dans le camps des Algériens ces derniers temps.

Longtemps au sommet du classement des nations africaines, les Verts après une entame calamiteuse des éliminatoires pour la prochaine coupe du monde n'ont plus la sérénité nécessaire, ni les assurances avant une compétition majeure comme la CAN. La faute est due à une instabilité et des changements au niveau de la barre technique ; à des joueurs blessés, en méforme ou en manque de jeu ; à une ambiance parfois malsaine au sein du groupe comme cette rébellion des cadres de l'équipe qui ont tout fait pour renvoyer leur coach, Rajevac, un mois a peine après son recrutement. Le tout a négativement influé sur cette équipe qui ambitionne pourtant de soulever le trophée au Togo.

Cette ambition passe d'abord par un succès face au Zimbabwe aujourd'hui à Franceville. Car le résultat de cet après midi conditionnera la suite du parcours dans un groupe pas si facile que ça avec la présence du Sénégal que d'aucuns considèrent comme le favori de l'épreuve, et des voisins Tunisiens qui nous mènent souvent la vie dure dans ce genre de compétitions. De statut de favoris, les Algériens ne sont plus qu'outsiders. La raison est que beaucoup d'interrogations se posent tout de même sur cette équipe notamment sur ses errements défensifs. Depuis la retraite des Madjid Bouguerra, Antar Yahia, et la méforme de Halliche et Belkalem, les différents sélectionneurs des Verts peinent à trouver la bonne paire en défense centrale.

Cette fin d'après midi, Lekeens devra composer avec ce qu'il a sous la main, à savoir Aissa Mandi qui sera associé au jeune Rennais, Ramy Bensebaini. Soit une charnière centrale qui va jouer pour la première fois en match officiel. Sur les côtés, le coach n'a pas plus de certitudes non plus. Si le Napolitain, Ghoulam, installé à son poste depuis des années, assure et rassure, l'autre flanc sera sans doute occupé par le tout nouveau Belkhiter qui manque terriblement d'expérience à ce niveau. Une défense donc inédite qui aura du mal à inspirer la pleine confiance au gardien, Mbolhi.

Dans l'entre jeu aussi, les plans du sélectionneur sont faussés puisqu'on devra faire sans un des titulaires indiscutables, Saphir Taider, blessé et qui a déclaré forfait la veille du départ de la sélection au Gabon.

Un pépin de plus après le forfait de Boudebouz et les défections du capitaine Medjani et Féghouli. Des solutions de rechange existent pourtant avec notamment un Guedioura en forme et le chouchou du sélectionneur, Mehdi Abeid, qui sera positionné comme sentinelle, juste devant Nabil Bentaleb. Heureusement que devant, le gros du contingent est là. Les clés du jeu seront confiées certainement au virevoltant Yacine Brahimi qui a retrouvé son meilleurs niveau. C'est lui qui devra faire briller le meilleur joueur africain, Ryad Mahrez, lequel sera sans doute l'atout majeur de cette équipe, aux côtés du très sobre mais efficace Hilal Soudani et surtout du buteur maison, Islam Slimani.

Une ligne avant qui fait peur et sur laquelle reposent nos espoirs les plus fous. Le 4 3 2 1, schéma choisi par Lekeens pour défier le Zimbabwe semble le plus adapté pour cette entrée en lice, car s'il faut absolument rester solides derrière, il ne faut surtout pas renier l'identité de jeu d'une équipe technique et résolument offensive.

Rédaction sportive

Plus d'articles de : Sport

Commentaires (0) | Réagir ?