Ramtane Lamamra à Paris pour soutenir la cause palestinienne

La colonisation israélienne des territoires palestiniens ne s'arrête pas.
La colonisation israélienne des territoires palestiniens ne s'arrête pas.

Le ministre d'État, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, représentera l’Algérie, à la Conférence ministérielle sur le processus de paix au Moyen-Orient.

Cette conférence de fin de mandat pour François Hollande, prévue dimanche prochain à Paris, suscite la controverse ou déchaîne les passions dans la rue française. Elle se déroule également dans un contexte sécuritaire particulirement mouvementé, et une France toujours en état d’urgence depuis le 14 novembre 2015.

Pour Ramtane Lamamra, cette conférence sera l’occasion de réaffirmer "la position constante de l'Algérie de soutien à la cause de la Palestine ainsi que sa vision du processus de paix au Moyen-Orient", a indiqué vendredi un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Il a notamment précisé que la rencontre sera une opportunité pour la diplomatie algérienne pour "réitérer son appel à la communauté internationale (…) pour mettre un terme à la tragédie du peuple palestinien frère en lui permettant de concrétiser ses droits nationaux inaliénables, y compris son droit à l'établissement de son État indépendant avec pour capitale El Qods".

Pour l’ambassadrice de France en Israël, Mme Hélène Le Gal, la France a pris l’initiative d’une conférence sur le processus de paix au Proche-Orient pour réaffirmer la perspective de deux États, Israël et la Palestine, vivant côte à côte en paix et en sécurité (…) La France continuera à se mobiliser en faveur de cette solution des deux États", déclarait-elle à actuj.com. Il faut souligner que cette conférence aura lieu en l'absence de Benyamin Netanyahu qui boycotte le rendez-vous, estimant qu'elle sera à charge contre l'Etat d'Israël.

Le processus de paix dans cette contrée est en panne depuis plusieurs années. Aussi, les observateurs accordent peu de crédit à ce rendez-vous de fin de mandat pour plusieurs raisons. Que cela soit pour la France ou les Etats-Unis, ce rendez-vous est celui d'une fin de règne. Ni l'un ni l'autre n'ont plus aucune prise sur l'agenda international, puisqu'aux USA c'est le républicain Donald Trump qui succédera à Barack Obama dans moins d'une semaine et en France, le président actuel n'a plus que deux mois à l'Elysée.

La rédaction

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
Massine Ait Ameur

Beuacoup de Kabyles sont champions pour defendre les causes des autres: La clownerie politique a merveille et cet individu en est un maitre etalon!

avatar
rabah Benali

Bonjour

Chez nous on dit "Djadja ouldelt béda, assardouk oudjghou g'aghou". (la poule a pondu un œuf et c'est le le coq qui a mal au C…). En quoi sommes, nous algériens, plus concernés par le conflit israelo-palestinien que les arabes eux-mêmes. A comprendre les "arabes arabes" comme dirait Fellag. Pas les arabes frelatés de synthèse made in Algéria. Yatt'aklou les arabes et Israel !!! s'ils le souhaitent. Notre problème à nous, c'est libérer notre pays du néo - colon d'Oujda qui nous a perverti jusqu'au fond de notre âme. Rabah Benali.