Yennayer, Jour de l'an amazigh : notre part d'universalité

Yennayer Ameggaz
Yennayer Ameggaz

Le signe le plus éloquent, et le plus symbolique à la fois, du fossé qui sépare la société par rapport aux institutions officielles, censées la représenter, est sans doute contenu dans ce déni historique qui frappe le Jour de l'an amazigh, Yennayer, lequel, plus d'un demi-siècle après l'indépendance du pays, n'arrive pas à être célébré officiellement, c'est-à-dire en l'instituant comme journée chômée et payée, à l'instar du 1er janvier et du 1er Moharrem. Car, l'autre "officialité", consistant à faire prendre en charge certaines célébrations folkloriques par l'administration de wilaya ou par le ministère de la Culture, ne pourra jamais réparer une injustice historique aussi grave ni faire réconcilier complètement l'Algérien avec son histoire, sa mémoire et sa culture.

C'est pourquoi, les différents appels à la reconnaissance officielle et intégrale de cette journée, lancés par des hommes de culture, des segments de la société civile et des organisations politiques, trouvent légitiment leur place dans cette volonté de promouvoir le sens et la dimension de citoyenneté algérienne, en les alimentant par les repères historiques les plus solides et les plus ancrés dans la mémoire collective.

Ce premier jour de l’an berbère est l’un des puissants dénominateurs communs dans la symbolique culturelle et historique de notre pays, et même à l’échelle nord-africaine. En effet, ce sont tous les coins d’Algérie, aussi bien dans les chaumières rurales et les villages de montagne, que dans les médinas historiques, qui fêtent Yennayer dans un faste qu’aucune instance officielle n’a dicté aux communautés, contrairement à certains jours chômés et payés mais passés dans une morosité et un silence révélateurs. Yennayer est ainsi la fête populaire dans son essence même ; car, malgré les vicissitudes de l’histoire de notre pays, dans un bassin méditerranéen livré à toutes les convoitises et à tous les tourments guerriers et de conquêtes, les populations algériennes, berbérophones et arabophones, ont gardé, préservé et prolongé dans la profondeur de leur inconscient collectif une fête qui nous renvoie au neuvième siècle avant Jésus-Christ, lorsque un Algérien de l’époque, Chachnaq, alla prendre la couronne de l’Egypte pharaonique. De ce fait, Yennayer, a eu le destin de devenir l'un des éléments du patrimoine immatériel le plus fédérateur de la mémoire berbère nord-africaine. Si le calendrier des fêtes légales ne le prend pas encore en charge, ce n’est pas en tout cas faute d’être assumé et revendiqué, aussi bien par les populations que par une grande partie du monde associatif. Des partis politiques qui défendent l’identité algérienne dans son intégralité l’ont également intégré dans leurs programmes.

Coïncidant avec les jours les plus froids de l’année, le nouvel an berbère réclamait naguère des plats et faisait dire des poésies en rapport avec la saison et avec la vie sociale et économique. Le dîner de Yennayer, où la basse-cour de chaque foyer se trouve "soulagée" de quelques volatiles, convoquait frères, neveux, sœurs, grands-parents, enfin presque toute la "lignée" vivante de la famille. Aux morts, il est dédié des paroles de bénédiction et des…parts de nourriture bien identifiées dans l’écuelle collective. Les contes récités par les vieilles femmes à propos de la mythologie de Yennayer ameutent tous les enfants de la maison. La sévérité des hivers d’antan - épaisse couche de neige, grêle, vent, tonnerre - ajoutait sa note de mystère et de charme à ces soirées de fête et d’éphémère opulence.

De génération en génération, les cérémonies de célébration de Yenneyer perdaient de leur faste et de leur solennité, jusqu’à faire sentir le danger de l’oubli. Cependant, les luttes pour la consécration de l’identité amazighe au cours des années quatre-vingt du siècle dernier ont fait remonter à la surface l’ensemble des rites et des rendez-vous festifs que la société avait l’habitude de célébrer. Yennayer était propulsé à une nouvelle vie par la dynamique sociale et culturelle qui gagnera la Kabylie. Des villages et des associations organisent des fêtes collectives, des galas et des soirées pour convoquer une nouvelle fois la mémoire historique.

En fait, Yennayer est célébrée traditionnellement dans toute l’Algérie sans que l’événement ait bénéficié d’un traitement médiatique. Bien au contraire, pendant le règne du parti unique, tout a été fait pour escamoter cette vérité historique. Lorsqu’il arriva aux médias d’en parler, c’était pour en caractériser la Kabylie dans un "folklorisme" de mauvais aloi, sentant l'exotisme de pacotille.

Si les bruits assourdissants et les couleurs tarabiscotées, par lesquelles les autorités prennent en charge les différentes manifestations culturelles budgétivores du pays, imposent leur présence dans les médias lourds, à commencer par la télévision, Yennayer présente une différence de taille. Loin du cachet solennel et de l’officialité ringarde, le nouvel an berbère est principalement pris en charge par la société, aussi bien dans son aspect domestique, historique et intimiste, que dans son aspect festif et "intellectuel", puisque des journées d’études lui ont été déjà consacrées. Des montagnes de Kabylie aux pics acérés des Aurès, des Ouled Naïl à Beni Senous (Tlemcen), les populations se plient, dans un élan primesautier, naturel et authentique, à la tradition en organisant cérémonies ludiques et agapes pour accueillir le jour qui appose la marque la mieux sigillée dans la mémoire ancestrale des peuples de l’Afrique du Nord.

A Benis Senous, le Carnaval d’Irad, organisé chaque année par les fractions de la tribu, et auquel j'ai eu le privilège d'assister directement au début des années 1980, fait rencontrer dans la communion, parents, alliés et autres convives. Cette portion du Haut Tafna, dominant le superbe lac du barrage de Beni Bahdel, se transforme, à l’occasion de Yennayer, en une arène où le ludique se mêle à l’histoire pour mieux fertiliser la mémoire collective sans que cela fût décidé par un quelconque décret.

Depuis plusieurs années, des partis, des associations et des hommes de culture ont tenu à revendiquer un statut officiel pour cette journée, de façon à la déclarer chômée et payée. Ce serait la réparation d'un déni historique castrateur de l'histoire et de la mémoire algériennes.

En assumant leurs calendriers respectifs - dans les institutions politiques et dans la vie quotidienne - Iraniens, Chinois, Pakistanais et d'autres peuples encore, nous donnent un bel exemple de l'effort de préservation de l'identité que ne saurait effacer aucune forme d'universalité. On ne pourra logiquement s'insérer dans cette dernière qu'en lui apportant une part de nous-mêmes, de nos richesses et nos valeurs.

Amar Naït Messaoud

Plus d'articles de : Analyse

Commentaires (4) | Réagir ?

avatar
moh arwal

Assegwas ammeggaz 2967 a tous les imazighene berberophones et arabophones

avatar
oziris dzeus

Dans le journal tv algérien un soir de janvier 2005 ou 2006 un reportage est diffusé sur le 12 janvier et il à été dit que ce jour est le nouvel an amazigh

et par miracle le lendemain ennayer est devenu haram alors qu'aucun imam depuis 15 siècles n'avait une tel fetwa et il n' y a pas de hadith l'interdisant sur ce sujet,

c'était juste la haine qui a fait parler de faux religieux dont la seul esprit qui les animent est celui de la haine,

ennayer n'est pas une fête dictée par les réseaux sociaux commandés par la france tout de même,

et il se trouve qu'il est célébré partout en algérie, et pas seulement dans les 4 wilayas,

comment se fait il que ces haineux tolèrent chaque semaine,

donc 52 fois par an,

le week end un samedi qui correspond au shabbat

et pas un jour ennayer une fois par an,

visualisation: 2 / 4