L’armée algérienne, seconde en Afrique et 26e au niveau mondial

L’armée algérienne, seconde en Afrique et 26e au niveau mondial

L’Armée algérienne s’est classée au second rang africain, derrière l’armée égyptienne et 26 au niveau mondial suivant le classement établi par l’institut Global Fire Power en 2016 (*). Le podium africain est complété par l’armée éthiopienne (42e mondial).

Le classement est dominé par les États-Unis, suivit de la Russie et de la Chine. La France se classe à la cinquième place. Pour les amateurs des comparaisons avec nos voisins nord africain, le Maroc se classe à la 52e, la Libye 72e la Tunisie 76e.

L'Égypte : 12e mondial

Actif 470,000

Réservistes 800,000

Tanks : 4,624

Avions de chasse : 1133

Hélicoptères : 255

Forces navales : 319

Algérie : 26e mondial

Actif : 512 000

Réservistes : 400 000

Tanks : 975

Avions de chasse : 451

Hélicoptères : 210

Forces navales : 69

Maroc : 56e mondial

Actifs : 200 000

Réservistes : 150,000

Tanks : 1 215

Avions de chasse : 282

Hélicoptère : 128

Forces navales : 121

Critères de classement par Global Fire Power

Ce site spécialisé réalise son classement annuellement qui repose sur plus de 50 facteurs pour déterminer le score d'une nation donnée («PwrIndx»). Cela permet à des nations plus petites, bien que plus avancées sur le plan technologique, de rivaliser avec des pays plus grands et moins développés. Des modificateurs sous forme de bonus et de pénalités sont ajoutés pour affiner la liste. Quelques choses à observer en ce qui concerne le classement finalisé:

• Le classement ne repose pas uniquement sur le nombre total d'armes disponibles pour un pays donné, mais se concentre plutôt sur la diversité des armes dans le nombre de totaux pour fournir un meilleur équilibre de la puissance de feu disponible

• Les réserves nucléaires ne sont pas prises en compte, mais les puissances nucléaires reconnues/soupçonnées reçoivent un bonus.

• Les facteurs géographiques, la flexibilité logistique, les ressources naturelles et l'industrie locale influencent le classement final

• La main-d'œuvre disponible est un facteur clé; les pays à forte population ont tendance à se classer plus haut.

• Les pays enclavés ne sont pas pénalisés faute de marine; Les puissances navales sont pénalisées faute de diversité des actifs disponibles.

• Les alliés de l'OTAN reçoivent une légère prime en raison du partage théorique des ressources.

• Le leadership politique / militaire actuel n'est pas pris en compte.

La rédaction

(*) African Countries Ranked by Military Power (2016)

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (4) | Réagir ?

avatar
noureddine mimenoune

Pourvu que le pompage ne s'arrete pas au "Hassi"; par ailleurs on aimerait qu'elle s'occupe aussi de défendre la dignité de la nation contre les félons et leurs larbins ce role n'est pris en charge par aucune structure.

avatar
mohand tawdect

La défense du territoire revient au peuple encadré par une armée d'instructeurs dont le nombre répond à la stricte nécessité . Dans les pays aux libertés restreintes, l'armée est conçue dans une optique de défense et de préservation du pouvoir dominant ; les patriotes sont alors remplacés par des mercenaires obéissants.

visualisation: 2 / 4