Anis Amri, un Tunisien recherché après l'attaque sur le marché de Noël à Berlin

Anis Amri recherché.
Anis Amri recherché.

La police allemande est à la recherche d'un Tunisien nommé Anis Amri, après la découverte d'une pièce d'identité sous le siège du chauffeur du camion qui a foncé dans la foule lundi soir à un marché de Noël à Berlin, rapporte mercredi le journal Der Spiegel sur son site internet.

Daech qui a revendiqué l'attaque du marché de Berlin n'a pas donné, pour la première fois, le nom de l'auteur. Pour autant, l'enquête semble avancer. Un document est retrouvé dans le camion portant le nom d'Anis Amri, né à Tataouine en Tunisie en 1992. L'homme pourrait aussi utiliser de fausses identités, indique le Spiegel. Selon le quotidien Bild, il est connu de la police comme un individu potentiellement dangereux, faisant partie d'un important réseau islamiste.

L'attaque sur le marché de Noël qui était installé au pied de l'église du Souvenir a fait 12 morts et 45 blessés. Elle a été revendiquée par l'Etat islamique, comme celle de Nice qui a fait 86 morts le 14 juillet dernier. Le poids lourd était conduit par un Tunisien vivant en France.

Le demandeur d'asile pakistanais arrêté lundi soir peu après le drame a été relâché mardi. Un autre suspect, interpellé aux premières heures de mercredi, a été remis en liberté quelques heures plus tard, a rapporté RBB, le groupe de radio-télévision Rundfunk Berlin-Brandenburg.

La police cherche aussi à reconstituer les derniers instants du véritable chauffeur du camion, un Polonais retrouvé mort dans la cabine du véhicule. Le poids lourd de 25 tonnes qui a foncé sur les cabanes en bois du marché, appartient à une entreprise polonaise de transport.

Selon le quotidien Bild, le chauffeur polonais était vivant jusqu'au début de l'attaque. D'après un enquêteur cité par le quotidien à grand tirage, une lutte a pu se produire entre les deux hommes, ce qui fait que l'auteur de l'attaque pourrait avoir été blessé.

Le président de la fédération de la police criminelle allemande, la BDK, a déclaré mardi soir à la télévision que la police comptait effectuer une arrestation sous peu. "J'ai relativement bon espoir que nous puissions, peut-être demain ou dans un proche avenir, présenter un nouveau suspect", a déclaré André Schulz lors d'une émission sur la chaîne de télévision publique ZDF.

Le président de la conférence des ministres de l'Intérieur des différents Länder allemands, Klaus Bouillon, estime pour sa part que des mesures de sécurité renforcées sont nécessaires.

"Nous voulons renforcer la présence policière et la protection des marchés de Noël. Il y aura des patrouilles supplémentaires. Les policiers auront des fusils mitrailleurs", a-t-il déclaré au quotidien Passauer Neue Presse de mercredi. "Nous voulons avoir accès aux marchés plus difficiles, ceux où il y a des véhicules garés."

L'attaque de Berlin a relancé le vif débat sur l'immigration qui agite la classe politique allemande depuis l'accueil d'environ un million de réfugiés en 2015. Le ministre bavarois de l'Intérieur, Joachim Herrmann (CSU, conservateur), a déclaré mercredi à la radio que le risque d'attentat islamiste était plus élevé en raison de l'afflux de migrants.

Avec Reuters

Plus d'articles de : International

Commentaires (0) | Réagir ?