Houche Abderrahmane, l'infatigable arpenteur des planches

Houche Abderrahmane
Houche Abderrahmane

Acteur et metteur en scène, né en 1956 à Ain Hammam, commune située à 50 km du chef-lieu de la wilaya de Tizi-Ouzou, Houche Abderrahmane, dit Salah, a découvert le monde du spectacle très jeune.

Abderrahmane Houche est un infatigable des planches. Un passionné fou du quatrième art. "L’amour du théâtre a débuté en 1974 lors d’une pièce de théâtre intitulée "La guerre de 2000 ans", de Kateb Yacine, présentée dans une salle à Boumerdes, plus exactement à (l’INHC) Institut national des hydrocarbures et la chimie", raconte Abderrahmane. Depuis, Houche Abderrahmane, que les intimes surnomment tonton Salah, a eu un coup de foudre pour l’art dramatique. Une attirance irrésistible et renouvelée envers les planches qui fait qu'il n'a plus quitter le monde du quatrième art depuis qu'il a croisé le théâtre de l'immense Kateb Yacine.

Sans hésiter, il a rejoint la troupe pour la première fois en tant que comédien apprenti. La première pièce dans laquelle on le voit est "La colonisation de l’Algérie". Elle était dirigée par un metteur en scène de Guinée, installé à Boumèrdes, précise-t-il. "Cette pièce de théâtre a été jouée dans plusieurs villes du pays, notamment au sein des coopératives agricoles dans le cadre du volontariat à l’époque du président Boumediene", se souvient Abderrahmane.

Vers, l’année 1977, Abderrahmane Houche rejoint le village d'Iferhounène, pas loin de Ain El Hammam en tant qu’instituteur d’école, puis s’est tourné rapidement vers la mise en scène et les premières réalisations de sa propre troupe en créant des pièces de théâtre pour enfants. Sa première pièce est intitulée "Bousâad Boutloufa", elle a été jouée dans un concours du Scout Musulman Algérien dans lequel elle obtenu le 1er prix du concours à Tizi-Ouzou.

L’acteur et metteur en scène a par ailleurs activé dans l’organisation du Scout musulman algérien en tant que cadre bénévole et ce, jusqu’a l’année 1988. Entretemps, les enfants de sa troupe grandissaient dans le spectacle. De là Abderrahmane H a fondé sa fameuse troupe Igelilen. DE fil en aiguille il se découvre des talents de metteur en scène hors pair à l'occasion de la présentation notamment de la pièce "Entel afous Yalid Qejir", qui a fait un triomphe en Kabylie (1988 à 1995) et redonné un nouveau souffle au théâtre d'expression kabyle.

Preuve de son succès ? Cette même pièce a raflé la totalité des prix du festival du théâtre amateur de Mostaganem. Inépuisable, plaisante et profonde, cette pièce de théâtre a été présentée près de 600 fois sur les planches de théâtres, a-t-on appris auprès du metteur en scène.

En 2001, le terrible printemps noir et la répression sanglante des manifestations en Kabylie ont poussé le metteur en scène à opérer une rupture de ses activités théâtrales. Il s’est manifesté aussi dans son travail d'exploration des écritures contemporaines au début de l'année 2008, il a alors créé l’école de théatre "Hamid Bentayeb". Sa troupe avait encore une fois subjugué le public du théâtre d'expression amazigh dans une piece intitulée "Oulech El Harga, Oulech" qui a décroché le prix du jury en 2010 à Mostaganem.

L’école en question est devenue aujourd’hui la coopérative Machahou. En outre, il met en œuvre la pièce "Yerra Ya jeddi", "La guerre de 2000 ans" reprise de Kateb Yacine, en 2012, "Tisslith Bu Anzar", 2013, "Tafat deg cheqiq natlam" et enfin en 2015, la pièce intitulée, "Tad saditwaghit" …

Abderrahmane Houche est aujourd'hui considéré à juste titre comme une personnalité marquante de la scène nationale contemporaine. Personnage aux multiples casquettes, l’acteur, réalisateur et metteur en scène a su renouer avec l’esprit d’un théâtre populaire ouvert et généreux.

Abdelmadjid Benyahia

Plus d'articles de : Culture

Commentaires (0) | Réagir ?