Une demande en mariage sur les tréteaux de Batna

Une demande en mariage sur les tréteaux de Batna

La compétition de la 8e édition du festival national du théâtre amazigh organisée à Batna se poursuit du 10 au 17 décembre 2016.

La troupe du Théâtre régional de Batna est entrée en compétition avec une comédie reprise d'Anton Tchékhov, "Une demande en mariage". Le metteur en scène Salah Boubir et le réalisateur, Ali Djabara, estiment que l’écriture d’un texte de théâtre dite, "la comédie" est particulière, complètement différente de celle du roman ou de la poésie. Aussi, "sa caractéristique principale est qu’elle se destinée toujours à une représentation. Bien sûr, on peut lire une pièce, et y trouver du plaisir, mais ce n’est jamais là son but premier", ont-ils précisé. "Un auteur de théâtre sait qu’il écrit pour des acteurs, un metteur en scène, une équipe de concepteurs et ultimement pour un public qui "lira" son texte sous la forme d’une production scénique", ajoutent-ils.

"La demande en mariage", de la troupe du Théâtre régional de Batna (TRB) est une pièce riche en situation qui illustre bien le contraste entre un conflit dû à un malentendu des deux futurs mariés, une demande de mariage refusée pour un malentendu avant qu’elle soit proposée. La pièce raconte, Azzedine Ben Amor dit "Laid" est "sur le point de faire sa demande en mariage, hésitant, intimidé, frissonnant d’émotion, n’osant pas aller au bout de ses intentions, il commence son discours de très loin et tourne autour du pot. Or, au moment de formuler sa demande, la discussion dérape et prend une toute autre tournure, les susceptibilités gagnent vite du terrain et font oublier le but de la visite". Peu, après s’installe une ambiance joyeusement colérique qui nous emporte dans l’univers démesuré de cette comédie. Les personnages de la pièce incarnent parfaitement ces deux conceptions. Les personnages de la piece incarnent parfaitement ces deux conceptions. La pièce est mise en scène par Salah Boubir, réalisateur, celle-ci a été interprétée par Azzedine Ben Amor et Aicha Messaoudi.

Le public a passé un bon moment de théâtre grâce à des comédiens talentueux, une mise en scène efficace, un texte intemporel qui s’adapte encore et toujours à notre époque.

Abdelmadjid Benyahia

Plus d'articles de : Culture

Commentaires (0) | Réagir ?