Batna : plaidoyer pour la réhabilitation de la mémoire Chebbah Mekki

Saci Abdi (au centre), Ali Abdou (à droite) à Batna. Crédit photo. M. Bentalha.
Saci Abdi (au centre), Ali Abdou (à droite) à Batna. Crédit photo. M. Bentalha.

Le département de tamazight à l’université de Batna a abrité mardi matin un colloque scientifique sous le thème "L’identité dans le texte théâtral" en marge de 8ème édition du festival national du théâtre amazigh.

La première conférence avait pour objet le "carnaval de Ayred" chez les Béni Snous de Tlemcen, le professeur Ali Abdoun, après avoir décrit le déroulement de ce carnaval, a proposé une comparaison entre Ayred et les autres carnavals amazighs "personnages d'animaux sont fréquemment utilisés et surtout le lion qui est toujours présents, dans le carnaval d’Achoura de Tkout, le lion essaie de séduire le personnage de Mariama, tandis que chez les Bénis Snous, c’est un personne de lionne qui est sur le point de mettre bas qui est mis en scène, dans la région de Oued Righ la scène jouée par les personnages masqués est celle d’un lionceaux qui tente de prendre la place du lion dominant".

La deuxième conférence a été animée par Saci Abdi sur le thème de "la mythologie dans le théâtre amazigh", le conférencier a insisté sur le fait que la mythologie amazighe qui a largement influencé la mythologie grecque et égyptienne, est l’une des plus riches et les plus anciennes du pourtour méditerranéen.

Pour Saci Abdi, le théâtre n’avait aucun secret pour les Amazighs et qu'ils n'avaient pas attendu le XIXe siècle pour le découvrir, en témoignent les nombreux théâtres dont regorge l’Afrique du nord comme : Timgad, Tipaza, El Jem, Dougga , Guelma ...etc.

La troisième conférence a été animée par Nabil Houini de l’université d’Alger. Sebti Mallem a présenté, quant à lui, un portrait de Chebbah Mekki, l’un des géant du théâtre algérien. Cette conférence a été suivie par plusieurs interventions qui ont appelé à réhabiliter la mémoire du fondateur du théâtre révolutionnaire algérien et ont émis le vœu de voir un jour une fondation porter son nom. Le journaliste et homme du théâtre Hmida ayachi a promis de revenir l’année prochaine pour faire des lectures en tamazight et en arabe des mémoires de ce grand homme de théâtre.

La compétition officielle s’est poursuivie au théâtre malgré la défection de la troupe Numidia d’Oran qui n’a pas pu faire le déplacement pour des raisons financières, a-t-on appris des organisateurs.

La pièce montée par le théâtre régional de Batna et intitulée "Asli d Taslit" a été jouée à 19 heures au grand bonheur du public batnéen.

Jugurtha Hanachi

Plus d'articles de : Algérie

Commentaires (0) | Réagir ?