Amar Ezzahi inhumé en présence de ses fans au cimetière d'El Kettar à Alger

L'inhumation dans la communion avec l'artiste.
L'inhumation dans la communion avec l'artiste.

Le maître de la chanson chaâbi Amar Ezzahi, décédé mercredi après midi à son domicile, a été inhumé jeudi après-midi au cimetière d'El Kettar à Alger, en présence d'une foule nombreuse.

De son vrai nom Amar Aït Zaï, né 1er janvier 1941 à Ain El Hammam (Tizi-Ouzou), C'est en écoutant Boudjemaa El Ankis, dans les années 60, qu'il aima le chaâbi. Sa première rencontre avec la musique fut avec une dame Allemande qui lui apprenait le piano...

Amar Ezzahi se fera un chemin dans le chaâbi après la rencontre en 1963 avec cheïkh Lahlou et Mohamed Brahimi dit cheïkh Kebaïli qui le conseillèrent et l'encouragèrent tout en lui remettant des anciennes qacidate et l'initièrent au rythme de la chanson de ces textes. La suite, il la fera avec Kaddour Bachtobji qui l’accompagnera durant près de deux décennies, avec lequel il a commencé à travailler en 1964. Il écoutera d’une oreille attentive les compositions de Mahboub Bati. Ezzahi put alors développer sa pratique musicale. Autodidacte, il apprendra le chaâbi sur le tas.

Son premier enregistrement date de 1968, "Ya djahel leshab" et "Ya el adraâ" furent les deux premières chansons de son premier 45t qui le propulseront parmi les meilleurs chanteurs de sa génération. La musique et les paroles étaient de Mahboub Bati. En 1971, il enregistre trois 45t et en 1976, deux 33 tours. II compte trois chansons à la radio et quatre autres à la télévision. Comme Sali trache qelbi, Dik echemaâ et autre Mahajti b’dhya chemaâ.

Sa première cassette "Ya rab El I bad" sort en 1982, s’en suit après quelques enregistrements en studio, entre autres "Ya Dif Allah", "El Djafi", "Hadjam El Ouala3ine", "Ya Kadi nass El Ghram", "Nabiwni Radou Ledjouab…." et la célèbre "Zennouba".

Modeste, réservé, se confiant rarement, fréquentant souvent le café ''El Kawakib", Ammar Ezzahi, l'un des plus brillants interprètes du chaâbi des années 70, disparaît pratiquement de la scène artistique à partir de 80 et n'est présent que lors des fêtes familiales. Il réapparaît le 10 février 1987 dans un récital à la salle Ibn Khaldoun à Alger, où il interpréta entre autre «El Kaoui, Ghadder Kassek Ya Ndim, Taleb Tiri Aalla, Mekka ya El Haoui, El Harraz» avant de s'effacer à nouveau.

Depuis 2000, Ezzahi n'a plus réapparu en public et est rarement retourné à El Kawakib «l’Etoile de la Rampe Vallée», par suite de problèmes de santé. Le chanteur le plus populaire et le plus talentueux de sa génération est maintenant considéré comme une véritable énigme dans le monde de la musique.

Totalement retiré du circuit des médias depuis plusieurs années, Ezzahi laisse ses nombreux admirateurs sur leur faim. Sans doute, décèlera-t-on, ce trait de caractère dans l’une de ses premières chansons. «Ô lune, je n’ai pas besoin que tu te poses dans mes bras Je n’ai pas besoin que les étoiles me gratifient d’une danse nadawia» Une complainte comme il en a tant chanté.

C’est que l’homme a horreur des mondanités et du superflu. Modeste, simple et généreux, intolérant face à la verbosité et aux excès, il a fait du chaâbi sa raison de vivre. Sa renommée, il la doit à son immense talent qu’il met à la disposition des humbles gens comme lui. S’il refuse de se produire devant le grand public, il trouve en revanche un immense plaisir dans les réunions familiales intimes, car, dit-il, «chanter devant un petit parterre d’amis et de connaissances vaut toutes les sensations du monde»

Orphelin de mère et de père, Ezzahi a longtemps vécu avec sa seule tante. Celle-ci est décédée il y a quelques années, créant un vide dans la vie de Ammar qui a ainsi retrouvé très vite cette solitude qu’il l’a toujours poursuivie et qui a fait de lui un être presque introverti. Le chaâbi, ce compagnon inséparable, l’a-t-il sauvé et soulagé ? Probablement. Car Ammar a quitté si vite l’enfance.

Au contact de la musique, il sut qu’il avait trouvé ce qu’il cherchait, un moyen d’exprimer ses émotions, un univers à découvrir qui le protégerait de tout. De la peur, de la solitude, de la tristesse. Jeune donc, il vouait une grande admiration à Boudjemaâ El Ankis, qu’il a d’ailleurs imité à ses débuts. L’élève et le maître se sont par la suite côtoyés, appréciés. El Ankis ne tarit pas d’éloges sur son cadet.

Amimar a toujours été du côté des humbles, des "zaouali" comme il se définit lui-même. Il a ainsi animé sans compter des fêtes gratuitement pour les petites gens aux revenus modestes.

C’est sans doute parce qu’il est l’un des Zaoualiya, que Ammar s’est paré de cette popularité que nul ne peut lui contester. Il l’a arrachée par son talent bien sûr, mais aussi par son acharnement à atteindre l’objectif qu’il s’était fixé. Il savait que pour entrer dans les univers musicaux si variés, il lui fallait des clefs et que seul un travail de tous les instants pouvait les lui donner. Ammar a bossé durement en solo.

Le petit Ammar a fait du chemin pour appartenir désormais à la lignée des grands maîtres qui se disputent l’héritage musical d’El Anka.

D’ailleurs avec El Ankis et El Hachemi Guerrouabi, il était l’un des derniers monuments du chaâbi. Mais Ammar, à l’inverse de ses collègues, n’aime pas la publicité sur sa personne. Il a ainsi une sainte horreur des salons officiels, préférant la discrétion aux paillettes des usines à rêves.

"Il pensait que la presse n’a pas de raison à s’intéresser à lui. Ainsi, il refuse les interviews. S’il refuse de communiquer avec la presse, «ce n’est pas par susceptibilité, mais parce qu’il est convaincu qu’il n’a rien qui puisse justifier la médiatisation", assure son compagnon El Kobi.

Son dernier concert remonte à presque une décennie, lorsqu’il avait fait un tabac à la salle Ibn Khaldoun. Il avait signé son grand retour après une longue éclipse. Depuis, il s’est retiré jusqu’à ce que les enfants de son quartier lui organisent, au crépuscule de ce siècle, une fête en son honneur pour célébrer ses 59 ans.

C’est avec son mandole qu’il s’exécuta et chanta avec les tripes les meilleurs morceaux du richissime patrimoine culturel algérois entre autres "Youm el djamaâ" et "Djari ya djari".

En 2002, le chanteur sera hospitalisé en urgence à l’hôpital de Baïnem pour une hyperglycémie. Il se rétablira, alors que ses fans dans tous leurs états. Avec un seul orchestre, il faisait un carton. Ammar est humain, profondément humain. Il animait des fêtes de mariage, parfois gratuitement et il ajoutait même parfois de sa poche des cadeaux pour les futurs mariés. Beaucoup de jeunes tentent de l’imiter, mais ils n’arriveront jamais à l’égaler, car il est unique dans toute l’acception du terme.

Il continuait à animer les fêtes familiales restreintes. Ses fans le suivent dans les fêtes de famille, et enregistrent sa musique, qu'ils copient et vendent à plusieurs milliers d'exemplaires, en attendent de lui le cadeau tant espéré : qu’il se décide enfin à leur offrir un concert public...

Ses fans Depuis la mort d'El Hadj Mohamed El Anka, connu comme "le Cardinal", Ezzahi a été largement considéré comme son successeur dans une lignée de grands maîtres du châabi, bien qu'il évite les médias et en dépit de forte concurrence des disciples d'El Anka.

APS

Plus d'articles de : Mémoire

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
Atala Atlale

Des funérailles grandioses dignes d'un Chef d'État aimé par son peuple. Je pense à Boudiaf et Boumédienne.

Beaucoup d'hommes politiques devraient réfléchir à ce qu'un homme aimé peut susciter comme affection, respect.

QUE DIEU ACCUEILLE AMAR EZZAHI EN SON VASTE PARADIS.

avatar
RAIS HAMIDO

allah yarham koul chiakhna taa echaabi!!!!!