Les réactions à la disparition de Fidel Castro (Actualisé)

Fidel Castro
Fidel Castro

Le père de la révolution cubaine Fidel Castro est décédé vendredi soir à La Havane, l'annonce a été faite à la télévision cubaine. Son corps sera, conformément à ses volontés, incinéré dans les premières heures de ce samedi 26/11/2016. L'homme part dans la discrétion ce qui n'empêche pas l'expression de multiple hommages à son parcours de militant et de dirigeant du peuple Cubain.

Mikhaïl Gorbatchev rend hommage à Castro

Moscou - L'ex-dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev a rendu hommage samedi au père de la Révolution cubaine Fidel Castro, décédé à 90 ans, estimant qu'il avait pu fortifier son pays et résister au blocus américain.

Fidel a résisté et a fortifié son pays au cours du blocus américain le plus dur, quand il y avait une pression monumentale sur lui et il a pu (...) mener son pays sur la voie du développement indépendant, a affirmé le dernier dirigeant de l'URSS, cité par l'agence Interfax.

Fidel Castro restera toujours un grand homme politique, qui a laissé une profonde empreinte dans l'histoire de l'humanité, a encore ajouté M. Gorbatchev.

Présidence Française

"Fidel Castro était une figure du XXe siècle. Il avait incarné la révolution cubaine, dans les espoirs qu’elle avait suscités puis dans les désillusions qu’elle avait provoquées. Acteur de la guerre froide, il correspondait à une époque qui s’était achevée avec l’effondrement de l’Union Soviétique. Il avait su représenter pour les cubains la fierté du rejet de la domination extérieure.

La France qui dénonçait les atteintes aux droits de l’homme avait toujours contesté l’embargo imposé par les Etats-Unis à Cuba. Elle s’était félicitée de son ouverture et du dialogue qui s’était rétabli entre les deux pays.

Je l’avais rencontré le 11 mai 2015 au cours de la première visite d’un Chef d’Etat français à Cuba depuis la révolution.

J’adresse à Raoul Castro son frère, à sa famille et au peuple cubain mes condoléances."

Par ailleurs, le président français François Hollande a demandé, dans une déclaration à la presse faite à Antananarivo où il se trouve ce samedi, que l'embargo qui pénalise Cuba soit définitivement levé.

Il faut, qu'il puisse y avoir une ouverture, un échange et que Cuba puisse être pleinement regardé, dans la communauté internationale regardé comme un partenaire, a-t-il plaidé.

Même si j'ai à plusieurs reprises dénoncé les manquements aux droits de l'Homme à Cuba, j'ai toujours considéré que l'embargo était une décison unilatérale inacceptable, a-t-il rappelé.

A Miami, en Floride

A Miami, des grappes d'exilés cubains se sont réunis dans les rues, brandissant joyeusement des drapeaux, dansant et tambourinant sur des poêles et des casseroles.

NICOLAS MADURO (président du Venezuela)

"A tous les révolutionnaires du monde, nous devons suivre son héritage et le drapeau de l'indépendance, du socialisme", a écrit le dirigeant vénézuélien sur Twitter.

"Je viens de parler avec le président Raul Castro pour transmettre la solidarité et l'amour au peuple de Cuba."

ENRIQUE PEÑA NIETO (président du Mexique)

"Je pleure la mort de Fidel Castro Ruz, chef de file de la Révolution cubaine et figure emblématique du 20e siècle", a écrit le dirigeant mexicain sur Twitter.

VLADIMIR POUTINE, président russe, a salué le "symbole d'une époque".

JACK LANG, (ancien ministre)

"Fidel Castro était un géant de la scène internationale. Aux yeux des militants de ma génération, il incarnait l'esprit de résistance à l'impérialisme américain et la volonté de construire par la révolution une société plus juste. (...) Son oeuvre contrastée sera longtemps discutée ou contestée. Mais on ne peut oublier qu'il restera pour des milliers de latinos américains le Libertador, celui qui aura réussi à faire face opiniâtrement à la toute puissance américaine", a écrit l'ancien ministre dans un communiqué.

Robert Fico (Premier ministre slovaque)

Pour le Premier ministre slovaque dont le pays préside actuellement l'Union européenne, "Cuba n'a jamais menacé quiconque et ne veut que vivre sa propre vie. Nombreux sont ceux qui à tort ont haï et continuent de haïr Cuba pour son courage".

Xi Jinping: le camarade Fidel Castro vivra éternellement

Fidel Castro vivra éternellement, a assuré samedi le président chinois Xi Jinping, dans un message lu à la télévision après l'annonce du décès de l'ancien dirigeant cubain.

Le peuple chinois a perdu un camarade bon et sincère, a déclaré M. Xi dans ce message lu à l'ouverture du journal du soir sur la principale chaîne de télévision nationale. Le camarade Castro vivra éternellement, a ajouté le président Xi, également secrétaire général du Parti communiste chinois.

Fidel Castro était un grand homme de notre époque. L'histoire et les gens se souviendront de lui, a estimé le président chinois.

Trump affirme qu'il fera tout pour contribuer à la liberté du peuple cubain

Le président élu des Etats-Unis Donald Trump a affirmé samedi qu'il ferait tout pour contribuer à la liberté du peuple cubain après la mort de Fidel Castro.

Le milliardaire républicain, qui entrera à la Maison Blanche le 20 janvier, a jugé dans un communiqué que le père de la Révolution cubaine décédé vendredi soir à l'âge de 90 ans était un dictateur brutal qui a opprimé son peuple.

L'héritage de Fidel Castro, ce sont les pelotons d'exécution, le vol, des souffrances inimaginables, la pauvreté et le déni des droits de l'homme, a poursuivi Donald Trump. Aujourd'hui, le monde apprend le décès d'un dictateur brutal qui a opprimé son propre peuple pendant près de six décennies.

Le magnat de l'immobilier, qui prendra ses fonctions le 20 janvier, a également déclaré qu'il était pour l'instant opposé à la suppression de l'embargo financier et commercial imposé à l'île depuis 1962. Sa levée dépend du Congrès qui, contrôlé par les Républicains, y est opposé.

Ban Ki-moon

"Sous l'ancien président Castro, Cuba a fait des avancées dans les domaines de l'éducation, de l'alphabétisation et de la santé", a déclaré le secrétaire général de l'ONU.

L'Histoire jugera de l'impact énorme de Fidel Castro

L'Histoire jugera de l'impact énorme qu'a représenté le père de la Révolution cubaine Fidel Castro, décédé vendredi soir, a réagi le président des Etats-Unis Barack Obama dans un communiqué exprimant son amitié au peuple cubain.

M. Obama, co-architecte avec le président cubain et frère de Fidel, Raul Castro, du rapprochement historique et du rétablissement des relations diplomatiques entre les deux anciens ennemis de la Guerre froide, a souligné que son administration avait travaillé dur pour tourner la page de plus d'un demi-siècle de discorde et de profonds désaccords politiques.

L'Histoire sera comptable et jugera de l'impact énorme de cette figure singulière sur le peuple et le monde qui l'entourent, a souligné le président Obama, qui quittera la Maison Blanche le 20 janvier 2017 après avoir amorcé le 17 décembre 2014 un rapprochement sans précédent entre Washington et La Havane.

Le président des Etats-Unis a reconnu que durant près de six décennies, la relation entre les Etats-Unis et Cuba avait été marquée par la discorde et de profonds désaccords politiques.

Pour autant, sous ma présidence, nous avons travaillé dur pour aller de l'avant et bâtir un avenir dans lequel la relation entre nos deux pays ne soit pas définie par nos différences, mais par tout ce que nous partageons en tant que voisins et amis, a souligné le président Obama en saluant le rôle joué par la communauté cubaine exilée depuis plus d'un demi-siècle aux Etats-Unis.

Le peuple cubain doit savoir qu'il a un ami et partenaire aux Etats-Unis, a conclu le locataire de la Maison Blanche qui avait effectué en mars 2016 une visite historique à Cuba.

Agences/LM

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (0) | Réagir ?