Détenus Mozabites : lettre ouverte à Ban Ki-Moon, SG de l'ONU

Deux détenus Mozabites
Deux détenus Mozabites

Rachid Raha, président de l’Assemblée Mondiale Amazighe, interpelle le secrétaire général de l'ONu sur le sort de la trentaine de militants mozabites détenus depuis seize mois sans jugement.

Excellence,

Permettez-nous de vous rappeler que notre ONG vous a interpellé, en tant que Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies, à propos de la question des flagrantes violations des droits humains des citoyens amazighs dans la région du Mzab, juste avant votre visite officielle en Algérie, le 6 mars dernier, qui s’est caractérisée par votre incompréhensible silence sur cette grande question des violations des droits les plus élémentaires des citoyennes et citoyens amazighs de la région du Mzab, déclarée patrimoine universel de l’Humanité par l’UNESCO (voir : Rapport sur la situation dramatique des Amazighs (berbères) du M’Zab en Algérief).

Excellence,

Nous avons le plaisir d’appeler de nouveau votre attention en vous assurant que les autorités algériennes, au lieu de respecter la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, violent délibérément les droits humains au Mzab (et dans d’autres régions amazighophones comme la Kabylie), en continuant à détenir injustement des dizaines de militants des droits humains dont notre représentant le Dr. Kameleddine Fekhar et ses compagnons, victimes de fausses accusations dont celles d’atteinte à l’intérêt national et outrage à corps constitué. Le gouvernement algérien continue à mèner une politique génocidaire à l’encontre du peuple mozabite, en soutenant la communauté arabophone "Chaânba" qui agresse continuellement la communauté autochtone amazighe. N’oubliant pas que ces derniers ont provoqué l’assassinat de plus d’une trentaine de personnes en sus de plus d’une centaine de blessés…

Nous vous informons que Dr. Kameleddine Fekhar et ses compagnons viennent d’entamer de nouveau une nouvelle grève de la faim à partir du 15 novembre, qui pourraient aboutir soit à leur mort, si vous n’agissez pas, soit à leur libération. Sachant que les déclarations d’Ammar Saadani, Secrétaire général du FLN qui vient d’être obligé de démissionner par un président mort-vivant, accuse directement l’implication de l’ancien chef de la DRS, des services secrets militaires, le général major Mohamed Médiène dit Taoufik, dans ces tragiques événements de Ghardaïa de 2013 à 2015.

Au lieu de déployer leurs efforts à protéger les personnes et leurs biens matériels et de traduire en justice les responsables, les agents des autorités algériennes (polices, gendarmes et agents de renseignements) ne cessent de violer tous les instruments internationaux des droits humains et de piétiner toutes les lois nationales et conventions internationales, en se comportant malheureusement comme une force d’occupation, insensible aux appels des ONG internationales (Amnesty International, Human Rights Watch, FIDH…), et aux institutions européennes (Union européenne, Ambassade de Belgique…)…

Excellence,

Nous vous réitérons notre exigence à réagir suite à notre alerte, avant la fin de votre mandat, afin d’exiger la libération immédiate de Dr. Kameleddine Fekhar et de tous les prisonniers politiques mozabites et obligez par conséquent, les autorités algériennes à se conformer au droit international, d’arrêter une fois pour toute leur politique d’agression à l’encontre du peuple amazigh et plus particulièrement du peuple mozabite, et de procéder à la constitution d’une commission d’enquête des Nations Unies sur ce drame humain.

En vous remerciant de votre diligence, veuillez agréer, Excellence, l’assurance de ma considération fort distinguée.

Rachid Raha

Président de l’Assemblée Mondiale Amazighe

Plus d'articles de : Communiqués

Commentaires (0) | Réagir ?