Mohand Salah Messaoudène : un grand ami de la nature vient de nous quitter

Mohand Salah Messaoudene, enseignant chercheur à l'université, lors d'une sortie en montagne.
Mohand Salah Messaoudene, enseignant chercheur à l'université, lors d'une sortie en montagne.

Mohand Salah Messaoudene, enseignant chercheur à l'université, est décédé des suites d'une crise cardiaque en plein randonnée dans le Djurdjura.

Mohand Messaoudene, qui est décédé des suites d'un arrêt cardiaque lors d'une randonnée pédestre vers le lac Tamda Ouguelmim, situé à plus de 1700 d'altitude dans le Djurdjura. Agé de 62 ans, le défunt originaire du village Iguersaffene (commune d'Idjeur), qui occupait la fonction de directeur de l'Institut national de la recherche forestière (INRF) à Tizi-Ouzou, avait organisé hier (vendredi), une randonnée scientifique vers Tamda Ouguelmim, au profit d'un groupe d'une quarantaine d'étudiants et d'enseignants, a indiqué à l'APS son ami, Lounes Meziani, qui a participé à cette tragique expédition.

Lors de cette randonnée dont le parcours a débuté de la commune de Mechtras, en présence de guides du Parc national du Djurdjura, Mohand Messaoudene s'était plaint d'une douleur à la tête puis au thorax. "Les deux médecins qui accompagnaient les randonneurs ayant compris qu'il s'agissait d'un infarctus, ont essayé rapidement de le secourir, mais en vain", a témoigné M. Meziani.

"Il a rendu l'âme au lieu-dit Tizi Tvaoualt (col des cèdres) à 1900m d'altitude, au milieu des cèdres, un arbre qu'il a toujours protégé et contribué à son repeuplement" a-t-il rappelé, ému par la perte de son ami. Le corps sans vie du défunt a été transféré par la protection civile de la localité des Ouadhias vers la polyclinique de cette même ville, a-t-on appris de ce corps constitué.

Ami de la nature, fin connaisseur de la forêt, Mohand Salah Messaoudène était un enseignant chercheur à l'Université de Tizi-Ouzou respecté pour sa rigueur scientifique et la passion qu'il savait transmettre. Il est décédé alors qu'il arpentait comme il le faisait depuis des années les sentiers escarpés de la montagne. Les hommages en l'honneur de ce chercheur pleuvent sur les réseaux sociaux.

Mohand Salah Messaoudène était un ingénieur en agronomie, qui a pu décrocher son doctorat en sciences forestières. Il était directeur de recherche, enseignant d''écologie et foresterie à l'Université de Tizi Ouzou. "Je l'ai connu sur le plan professionnel. Il a longtemps travaillé à l'Institut national de la recherche forestière (INRF), station régionale d'Azazga. Il a hautement contribué à la recherche fondamentale et appliquée dans le domaine qui est le sien, à commencer par la grande problématique de la régénération du chêne-liège, arbre emblématique de la Kabylie et des massifs de l'est algérien. il a participé à des dizaines de séminaires scientifiques, nationaux et internationaux, sur les forêts méditerranéennes. Il a plusieurs publications, sous forme de thèse et d'opuscules académiques, sur les dangers qui pèsent sur la forêt algérienne du fait des incendies et de la gestion approximative. Il a beaucoup aidé l'administration des forêts dans la recherche sur les ressources génétiques et l'établissement de la cartographie des arbres semenciers", se rappelle Amar Nait Messaoud, fin connaisseur des forêts algériennes, ingénieur forestier et responsable à la direction des forêts de Bouira.

Amar Nait Messaoud ajoute : "Il a été un homme très engagé dans la défense de la nature et de l'écotourisme en Kabylie. Il a encadré des dizaines d'étudiants, avec qui il n'hésitait pas à sortir sur le terrain et à traiter des problématiques environnentales in situ. C'est un grand randonneur. Les forêts de Yakourène, Akfadou, Tikjda, Tala Guilef en garderont longtemps les traces."

"Merci pour tout ce que tu nous a fait découvert à travers les differentes randonnées. Je retiendrai à jamais tes enseignements . Merci da mohand. Ruh di talwit ilebda.mes condoléances à sa famille", écrit Jugurtha Ath Yamsawd.

Meziane Djouzi pleure un ami très cher. "Nous étions ensemble au centre des enfants de chouhadas d'Aghribs dans les années 1965-1970". Son enterrement aura lieu demain dimanche au village d'Iguersaffene, a-t-on appris auprès de ses proches.

L.M.A.

Plus d'articles de : Décès

Commentaires (0) | Réagir ?