L’anthropologue Malek Chebel inhumé chez lui à Skikda

Malek Chebel
Malek Chebel

L'anthropologue des religions Malek Chebel, décédé samedi à Paris, a été inhumé aujourd'hui dans sa ville natale de Skikda, dans le nord-est de l'Algérie, a constaté une journaliste de l'AFP.

Plusieurs dizaines de personnes ont accompagné le défenseur de "l'islam des lumières" à sa dernière demeure, dans le cimetière situé à la périphérie de Skikda (600 km à l'est d'Alger), où il était né en 1953. "Il a dédié sa vie à diffuser l'islam dans son acception moderne (...) C'est l'ambassadeur de l'islam et de l'Algérie", a déclaré l'imam.

Dans la matinée, le cercueil du défunt avait été exposé à la Maison de la Culture de la ville. Parmi les personnalités présentes, figurait le ministre de la Culture Azzedine Mihoubi qui a salué en Malek Chebel une "figure qui, par ses pensées et ses oeuvres, a brillé pendant près de trois décennies".

Azzedine Mihoubi a déclaré que son ministère réfléchissait à la création d'une fondation au nom de l'anthropologue qui "comprendra des penseurs nationaux et étrangers (...) en vue de promouvoir et poursuivre" sa pensée et ses projets. "La mort de Malek est une perte pour Skikda où il revenait souvent, pour l'Algérie et la France", a déclaré Zohra, une amie qui l'avait connu à Paris. "Dommage qu'il ne soit pas très connu dans son pays", a-t-elle ajouté.

L'anthropologue avait acquis sa notoriété en France où il s'était installé en 1980 après avoir obtenu une licence en psychologie clinique à Constantine, dans l'est algérien. Ce brillant intellectuel, réputé pour son ouverture, s'était employé à développer une image libérale de l'islam, étudiant des thèmes qui pouvaient paraître iconoclastes, comme la sexualité arabe. Il voulait contribuer par ses études à voir l'Orient et l'Occident s'éloigner des "lieux de confrontation" où les extrémistes veulent les conduire.

Avec AFP

Plus d'articles de : Mémoire

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
Sylvain QUERANY

Je suis anarcho-libertaire par conséquent anti clérical donc ma devise: Ni dieu ni maitre, abolition de l'armée, et les religions, les 2 qui oppriment les peuples.

avatar
rabah Benali

Bonjour. C'était, c'est et demeurera un grand Homme.

Bien que le religieux quelqu'il soit ne soit pas ma tasse de thé, c'était considérablement enrichissant de l'écouter. Mes condoléances à sa famille et à ses proches. Rabah Benali