"Le système de subventions est intenable", estime un économiste

Le ministère des Finances.
Le ministère des Finances.

Le système actuel de subventions de l'Algérie est non seulement "intenable" mais il connaît aussi une hausse en fonction de la croissance démographique au moment où les ressources pétrolières connaissent une baisse drastique, a avisé l'économiste Alexandre Kateb.

L'Algérie "a un système de subvention qui est intenable, absorbant près de 50% des dépenses de fonctionnement. Il faut passer aujourd'hui à un système de subvention ciblé", a souligné M. Kateb lors d'une émission de la radio nationale. Ces subventions et transferts sociaux représentent 15% du PIB, soit 30 milliards de dollars, a-t-il rappelé.

Ce chiffre augmente en fonction de la croissance économique et démographique au moment où les ressources pétrolières connaissent une forte baisse, a-t-il relevé. A cet effet, il a prôné la rationalisation des dépenses et la nécessité de les rentabiliser, tout en appelant les citoyens à prendre conscience de l'insoutenabilité de ces dépenses.

"On est dans un pays avec un système social extrêmement généreux en volume. Il faut financer ce système de redistribution... L'Algérie est parmi les pays les moins performants en matière de rendement des dépenses d'équipement. L'impact étant faible sur le PIB", a-t-il argumenté. Dans ce sens, il a observé que certains projets prioritaires seraient maintenus tandis que d'autres seraient soit gelés soit retardés.

Toutefois, l'économiste a jugé "utiles" certaines dépenses à l'instar de celles d'équipement et liées aux infrastructures qui ont un effet favorable sur l'économie nationale (routes, systèmes d'approvisionnement en eau potable...).

S'agissant du nouveau modèle de croissance économique, il a soutenu qu'il consistait à faire évoluer graduellement l'investissement productif, à se substituer à l'importation et à libérer l'initiative.

APS

Plus d'articles de : Algérie

Commentaires (0) | Réagir ?