Abdelaziz Bouteflika évacué en France pour des raisons médicales

Abdelaziz Bouteflika.
Abdelaziz Bouteflika.

Le chef de l'État, âgé de 79 ans, avait déjà effectué une visite médicale France en décembre 2015 et une autre en Suisse en avril pour des raisons médicales. Cependant, une fois n'est pas coutume, les médias officiels qui relaient l'information sur les soins que subit le chef de l'Etat en France ou ailleurs ne savent à chaque fois où donner de la tête.

L'agence officielle APS, l'Entv et les médias clonés du pouvoir se donnent joyeusement à la contradiction. Le communiqué d'une brièveté proverbiale qu'a pondu la présidence aujourd'hui en plein après midi est un modèle à étudier dans les écoles de communication. Jugez-en. En titre d'abord, il est précisé que "le président Bouteflika se rend à Grenoble pour des contrôles médicaux périodiques". Tout de suite après, en premier chapitre, il est soutenu qu'il "s'est rendu lundi à Grenoble (France) pour une visite privée durant laquelle il effectuera des contrôles médicaux périodiques".

On revient donc d'abord sur la visite privée pour noyer la première information, puis on enchaîne tout naturellement pour redire la même chose que le titre en seconde partie. Comme on ne veut rien dire, on se répète. Ainsi le deuxième chapitre et la copie en partie du premier. Rappelons-nous de la précédente visite médicale à la même clinique Grenobloise. La présidence a publié le 3 décembre 2015 le même communiqué que celui de lundi. En voici un extrait : Le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, s’est rendu jeudi en France pour une "courte visite privée" au cours de laquelle il effectuera ses "contrôles médicaux périodiques", a annoncé la présidence de la République dans un communiqué.(*)

Alors visite "privée" ou soins médicaux habituels ? Si la visite est privée, pourquoi en parler surtout que le pouvoir n'a pas la réputation de grand communicant ? Mais si le chef de l'Etat doit subir des "examens médicaux ordinaires", voire une intervention chirurgicale comme le laisse entendre la presse locale française, pourquoi encore le cacher, sachant qu'il sera bien obligé de garder le lit quelques jours. Il y a comme un secret mal entretenu !!!

Le mystère qui entoure chaque visite médicale du chef de l'Etat à l'tranger ne fait, en vrai, que renforcer l'opacité sur l'état de santé de celui auquel déjà on prédit déjà un cinquième mandat.

Yacine K.

(*) Lire sur la précédente évacuation du chef de l'Etat : Le président Bouteflika hospitalisé dans une clinique à Grenoble

Plus d'articles de : Débats

Commentaires (6) | Réagir ?

avatar
khelaf hellal

Aller se soigner en France en pleine guerre des mémoires, en plein révisionnisme de l'histoire du système colonial en Algérie, ses exactions, ses tortures et ses atrocités pour s'en laver les mains et la transformer en une soi-disant œuvre civilisatrice, à l'heure des hommages rendus aux harkis et aux victimes du terrorisme Daeschien incluant celui qui n'en a rien à avoir, celui hautement légitime et datant de la guerre, comme à la guerre de l'ex- Milkbar d'Alger; des amalgames qui appellent à réfléchir et à revoir sa politique en Algérie. A quoi donc aurait servi cette indépendance pour laquelle un lourd sacrifice a été consenti si c'est pour tomber si bas ?

avatar
Mokrane Chelghoum

Je suis ecoeuré et terriblement peiné de voir mon pays l'Algerie gouverné par un homme comme mer Bouteflika ; sans deja sa maladie recente dite du AVC ; il est incompetent pour etre un president de ce pays. Lorsque je l'ecoute discourir devant le peuple ; il me fait rire et j'ai de la peine pour mon pays ; je me dis ce n'est pas possible une telle mascarade pour mon pays. Il resseblerait à un "marabout" ; un charlatan de religion ; il melangerait les sujets de l'islam avec la politique algerienne, qui sont deux sujets completement separés ; c'est proche de lahbala ! je pleure mon pays sacrifié pour des ignorants pareils.

avatar
Rabah IBN ABDELAZIZ

Si Mokrane, vous n'êtes pas le seul à pensé cela. En novembre 54, j'avais 8 ans et à la libération 62 16 ans. Lorsque hassane II à voulu nous occupé en 1963, je suis précipité à Ali Khodja comme volontaire, en 69 le 01/06/, j'ai quitté cette armée et ce pays, parce que nous étions sous domination des DAF, des MALG et d'autres minables, Un Président faisais ce qu'il pouvais mais les coups bas du boutef était en train de noyauté le pays à sa guise, et il choisis le moment propice 1999 pour occupé le pays lui et toute sa clique marocaines. Aujourd'hui nous avons nos yeux pour pleurnichés. Abas la mafia boutef et consorts.

visualisation: 2 / 4