Des Rifains enlèvent le drapeau marocain pour installer celui du Rif

Le drapeau de la République du Rif fondée par Abdelkrim hissé par les manifestants.
Le drapeau de la République du Rif fondée par Abdelkrim hissé par les manifestants.

Dimanche, quelque 25 villes marocains ont connu d'imposantes manifestations pour dénoncer la mort violente du Rifain Mohssine Fikri.

La mèche est partie des montagnes du Rif, précisément à Al Hoceima. Pendant les funérailles de Mohssine Fikri, des jeunes Rifains ont enlever le drapeau marocain du toit d'un établissement public pour le remplacer par celui de la République du Rif. Le précédent est une première dans cette monarchie où la chappe de plomb de la peur de la répression policière a fait taire toute contestation.

Lundi soir, l'ambiance était électrique à El Hoceima où une grande manifestation a été organisée. La tension n'était pas tombée mardi soir dans le Rif.

Pris de panique, le roi a dû écourter dès samedi sa tournée africaine et envoyer d'urgence son ministre de l'Intérieur pour éteindre l'incendie populaire.

La mort du jeune marchand victime d'une décision policière n'a pas laissé indifférente la communauté marocaine établie à l'étranger. Plusieurs rassemblements devant les représentations diplomatiques marocaines ont été organisés pour dénoncer la répression policière et la corruption qui sévit dans le pays. Ils exigent aussi la vérité sur le décès de Mohssine.

Certaines réactions de la classe politique inféodée au palais n'ont pas été tendre avec les jeunes manifestants à l'exemple de cette réaction de Khadidja Ziyani du parti de l'Union constitutionnelle. "Ce que je vois sur la photo, Hassan II, paix à son âme, était sincère quand il avait qualifiés d’Apaches (awbach) ceux qu’il visait", s'est enflammée Khadija Ziyani, députée de la Région Tanger-Tétouan.

Sofiane Ayache

Le drapeau amazigh brandi par les manifestants.

Plus d'articles de : International

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
Hamidoo Ould

... "Le peuple marocain est le plus muselé dans le monde et seule la France et les royautés du moyen orient qui maintiennent ce roi à coups de milliards de dollars pour la survie"... c-a- d... TRÈS DIFFÉRENT de la république algérienne et de son peuple (?). Désolé mais vous comparez l'incomparable. Les (frères) marocains n'ont aucun souhait d'être comme nous. Malgré leurs faibles ressources naturelles, ils vivent - de loin - mieux que nous, car nous, notre argent va ailleurs, et nous sommes plus misérables (malgré notre fierté mal placée). Les marocains sont des bosseurs, contrairement à nous, qui, en raison (ou à cause) de cette fausse richesse, nous sommes devenus un peuple qui ne travaille pas. Nous sommes devenus des fainéants, en pensant posséder ces hydrocarbures qui nous épargneraient les efforts. Le Maroc exportent (vers l'Europe, l"Amérique et le Moyen Orient) des tomates, des oranges, des poivrons, des pommes de terre et plein de produits locaux (que nous, nous importons à coup de millions). Y a qu'à voir les étales en France et ailleurs ou aucun produit algérien ne figure. C'est le résultat d'une bonne gestion des affaires du pays et du travail des marocains qui n'ont pas de pétrole sur lequel compter. Ils ont le tourisme (célèbre dans le monde entier), ils ont de belles infrastructures bien finies (contrairement à nos autoroutes qui ont avalé des milliards et qui sont dans un état lamentable pour cause de mauvaise gestion et de bakchiche. Leurs hôtels sont d'un gd luxe. Allez regarder les complexes "touristiques" algériens, dans quel état ils se trouvent. Vous parlez de souffrances, de misère, de prostitution, de drogues dont ils souffrent, parcequ'en Algérie, c'est le paradis ? (!!) ... Mon Dieu, (Algériens) ; ouvrons les yeux.

avatar
deradji nair

Le peuple marocain est le plus muselé dans le monde et seule la France et les royautés du moyen orient qui maintiennent ce roi à coups de milliards de dollars pour la survie de peur qu'ils ne leur arrivent de la meme sorte un jour comme Benali, Gadafi et un jour Siisi. Le moment est propice et c'est une grande occasion de donner un grand coup de pieds dans la ruche pour balayer ce grand dictateur et sa suite devant lequel les meilleurs de ce pays (juges, avocat, gradés militaires et politiciens) se mettent à genou pour lui baiser la main comme au temps des rois fainéants. Le peuple frère marocain souffre le martyrs et ses enfants subissent les plus grandes humiliation qu'à Tawain et certains pays sud américains où la prostitution, la drogue, la pédophilie et meme des tournages de films porno se font avec l'accord de ces responsables. Je suis vraiment aberré que des gens si intelligents, bien éduqué et surtout très en avance que certains pays en éducation se maintiennent les bras croisées comme à l'école attendant El Kadri alors que leur majorité vivent dans la détresse. Qu'attendent-ils pour dire oust à ces responsables qu'ils leur font plus de mal que de bien. J'espère de tout coeur que ce peuple si intelligent se réveille et il n'est guère de mon intention d'un printemps arabe comme en Libye ou en Syrie mais bien d'un printemps Marocain, oui purement marocain pour sortir de ce cercle vicieux de la royauté vers une république démocratique et populaire et j'en suis sure que les Marocains y arriveront à faire mieux que quiconque avec celle ci et d'y vivre 100 fois mieux. Je leur souhaitent une bonne chance. P/S ; j'avais connu par simple occasion un avocat marocain qui était en famille dans les années 70 et s'est trouvé en difficulté et que j'avais fais des mains et des pieds pour lui rendre service tout en abandonnant le mien et qui j'espère qu'il soit toujours en en vie pour lui rappeler toute son amertume envers cette royauté et auquel j'avais dis de l'apprendre plutot à ses enfants et le jour viendra où beaucoup de choses arriveront pour changer la figure de ce pays qui est aussi notre comme l'Algérie y est la leur et que nos peuples se solidifient plus pour relever les grand défit dans le développement et le bon voisinage. Je dis bon courage à cette révolution si bien sure il y n aura une pour libérer nos frère du joug de la misère que lui apporte cette royauté.