Accusations et éclats de voix à la session ordinaire de l'APW de Batna

L'assemblée de la wilaya de Batna.
L'assemblée de la wilaya de Batna.

Jeudi s'est tenue la troisième session ordinaire de l'Assemblée populaire de wilaya de Batna (APW) de l'année 2016 en présence de Sellamani Mohamed, le wali, le président de l’assemblée Khemissi, des membres de cette instance ainsi que des directeurs de l’exécutif, chefs de daïras et maires de l’ensemble des communes.

La session qui devait être celle du débat a vite fait de tourner au pugilat verbal entre des membres de l’auguste assemblée et son président.

Sur le papier donc, l’ordre du jour devait concerner essentiellement les chiffres avancés dans le bilan des activités 2017. Différents aspects de la vie des 1.200.000.00 habitants de la wilaya ont été abordés. Comme la consolidation des résultats acquis en matière de développement et socioéconomiques des 61 communes de la wilaya de Batna. Mais rien ne s’est déroulé comme prévu.

Une fois le budget de l’APW adopté, plus d’une quinzaine d'élus ont lancé les hostilités en plein session de l'APW. La raison ? Ils dénoncent la tenue d'une réunion ordinaire dans une période qu’ils estiment agitée. Ces mêmes membres non convaincus par la pertinence de la session ont quitté la salle après avoir voté uniquement l’adoption du budget de la wilaya. La polémique s’est installée après l’échange de propos accusateurs entre le président de l’assemblée et les trois premiers membres (élus) intervenants, MM. Mekki, Boubechiche et Brima Abdelkrim, premier adjoint du président de l’assemblée. En toile de fond de ce pugilat verbale : la défaite du président de l’APW aux élections pour le Sénat.

En effet, une quinzaine d'élus protestent accusent le P/APW du changement de comportement après sa défaite aux élections pour le Sénat. De sources internes nous ont confié qu’il n’a pas été soutenu par les membres de l’APW. De fait, le P/APW est accusé de prendre seuls des décisions sans tenir compte de ces membres de l’assemblée. Les frondeurs ont souligné que les consultations et le suivi des projets ne sont plus discutés avec les élus.

Un élu a soulevé la question du nouveau siège de l’APW pratiquement achevé, seulement le président de l’assemblée refuse de s’y installer, selon les protestataires, avec les membres, sachant que les bureaux se trouvant actuellement au siège de la wilaya ne suffisaient pas.

Echanges de propos violents, éclats de voix accusations et menaces ont émaillé cette session pas si ordinaire que ça de l’APW. D’autorité et à chaud, le président a pris la décision de mettre fin à leurs fonctions au sein des commissions (adjoint du président et autres présidents de commissions). En vain. Car la loi est claire dans pareille situation. "Un changement pareil doit être effectué devant une commission", a souligné un président de commission.

Pour calmer les esprits, le wali Salamani Mohamed, a pris la parole. Un tantinet patelin, il a rappelé aux élus leurs devoirs. "Comme vous devriez le savoir, nous sommes tous ici pour travailler, les citoyens attendent de vous des décisions pour améliorer leur vie". Il a invité les élus à retrousser leurs manches. "Fini le temps des malentendus !", lâche-t-il à des élus toujours rouges de colère.

La 3e session ordinaire de l'APW de Batna a eu à examiner les comptes rendus de la rentrée scolaire, universitaires (1 et 2,) l’enseignement et la formation professionnelle, l’agriculture, l’ADE et le secteur de l’hydraulique pour l’année 2016 /2017. Ils ont fait l’objet de nombreuses interventions du reste des élus.

Abdelmadjid Benyahia


Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
Kamel Mehri

Salut à tous,

Je rêve ou quoi ? Auguste assemblée. Mais vous VIENDRE de quelle contrée ? Vous devriez dire, « FUNESTE » assemblée, oui. . . De Bouzourane à Bouakkal en passant par Kechida

avatar
paule cazals

Les habitants de la wilaya se comptent en dinars ?

A partir du moment où un budget est voté tout le reste est superflu... peanuts.