La distribution gratuite de Corans dans la rue interpelle en Suisse

L'association Lis est très active en Allemagne, en Suisse et en France.
L'association Lis est très active en Allemagne, en Suisse et en France.

"Lis!", l'action de distribution gratuite de corans dans les rues joue un rôle central dans la radicalisation de jeunes gens en Suisse. Elle constitue une plateforme de rencontres, affirment des experts. Les moyens manquent toutefois pour une action en justice.

Quel est le rôle joué par l'association "Lis!" ? La question dérange, tant à la police, auprès des autorités municipales qu'au Service de renseignement de la Confédération. Et les réponses varient peu: "Nous ne pouvons pas nous exprimer à ce propos". Du reste, distribuer gratuitement aux passants le Coran ne contrevient à aucune loi, à l'image de la Bible. La question de la légalité peut en revanche se poser pour l'organisation qui la distribue, dont le nom apparaît toujours plus en lien avec le processus de radicalisation des djihadistes.

"Lies!" (en allemand) a été fondée en Allemagne par le germano-palestinien Abou Nagie. Elle s'est depuis étendue à toute l'Europe, avec des ramifications aussi en Suisse. Les spécialistes sont plus loquaces que les autorités, à l'instar de Lothar Janssen, président de l'Institut suisse pour l'évaluation de la violence, qui ne prend pas de gants. "'Lis!'" joue un rôle considérable dans l'entrée dans le radicalisme. Et ce partout où il est présent", déclare-t-il à l'ats.

Il s'agit là de l'état actuel des recherches, incontesté parmi les spécialistes. "Ces gens distribuent certes le coran de manière sympathique, mais ils sont tout sauf gentils. Ce sont des manipulateurs", illustre M. Janssen. Il ne faut en effet pas se voiler la face: "Lis!" est très clairement un mouvement salafiste, courant fondamentaliste de l'islam sunnite. Il collabore étroitement avec le Conseil central islamique suisse (CCIS), Lothar Janssen en est persuadé. "Ils mettent en place un terrain favorable à la radicalisation des personnes instables."

Légalement, ils sont cependant intouchables. "Personne n'arrive à les confondre, il n'y a aucun moyen de les interdire", déclare Lothar Janssen. Ils progressent de manière très intelligente et s'appuient sur les droits fondamentaux garantis par la démocratie.

Il n'y a rien d'illégal dans leur action. Pour les traduire en justice, il faudrait prouver qu'ils incitent à la haine. Confronter l'organisation à ces reproches est difficile. Elle dispose certes d'un site internet, mais les appels sur les numéros de téléphones allemands qui y figurent restent sans réponse.

Réseaux

"Il vaudrait mieux interdire cette organisation", estime le journaliste et co-auteur d'un essai François Ruchti. Mais légalement, c'est très difficile. Avec l'ancien cadre des renseignements suisses Jean-Paul Rouiller, il a analysé les trajectoires de dix djihadistes suisses.

Lors de leurs recherches, les deux auteurs ont constaté que de nombreux adeptes du djihad de Suisses et d'Allemagne avaient fréquenté l'organisation "Lis!" avant leur voyage en Syrie ou en Irak. L'organisation compte de nombreux partisans du djihad violent, explique François Ruchti à l'ats.

Les sympathisants de l'EI peuvent très facilement y connaître des personnes qui leur fourniront des informations et des contacts pour le voyage. L'organisation joue le rôle de plateforme de rencontre et de mise en réseau.

Une relation directe entre l'action de distribution de corans et l'EI ou d'autres organisations terroristes n'a pas pu être officiellement prouvée, selon le co-auteur du livre "Le Djihad comme destin. La Suisse pour cible? Enquête sur les réseaux islamistes".

Liberté de religion

Contrairement à Hambourg, où les autorités de la ville ont interdit l'action "Lis!", pour le moment, il ne se passe apparemment rien en Suisse. Comme le montre l'exemple de la ville de Winterthour.

En février, les autorités ont arrêté une des figures centrales de la scène salafiste en Suisse, qui est également le fondateur présumé de l'antenne suisse de "Lis!". Fin juin, la ville de Winterthour a annoncé faire l'examen d'une interdiction de l'action de distribution de corans.

Interrogée par l'ats à la mi-septembre, la police de la ville de Winterthour confirmait que l'affaire est toujours au même point. Saisie d'une nouvelle demande d'autorisation pour des actions de distribution cet automne, les autorités ont ainsi donné leur feu vert, a dit vendredi à l'ats un porte-parole de la police municipale confirmant une information de la Neue Zürcher Zeitung.

Il n'existe aucune preuve tangible permettant d'assimiler cette action à un acte criminel ou pouvant l'encourager. A la mi-septembre déjà, la police avançait que l'autorisation sera probablement accordée, car du point de vue légal, c'est la liberté de religion qui prévaut.

L'association "Lis!" est notamment active à Zurich, Berne, Bâle et en Suisse romande. Nul ne sait combien de livres ont été distribués en Suisse. Plus d'un million d'exemplaires ont été distribués en Allemagne, selon le site internet de l'association.

AFP

Plus d'articles de : International

Commentaires (3) | Réagir ?

avatar
tinhinan memmis

Distribuer gratuitement le Coran aux passants en Suisse ou ailleurs est une stratégie diabolique des islamistes pour propager leur idéologie totalitaire. Ils utilisent hypocritement les espaces de démocratie et de liberté lorsque ces derniers servent leurs desseins machiavéliques pour que l'islam domine le monde.

L’acte de gratuité pour eux est un investissement aux bénéfices secondaires à long terme, lorsque la manipulation et l'hypnotisation des esprits fragiles en quête de repères aurait fait ses effets et obtient ainsi des sujets malléables et corvéables, soumis au dictat d'une idéologie haineuse guerrière et violente. Lorsque les personnes seront acquises à leur cause de détenteur de vérité (qu’il na y a de dieu qu’Allah, et dans sa vie titanesque à parler une seule fois à quelqu'un qui s'appelle Mohamed et il est arabe et que depuis, il ne s'est jamais adressé aux hommes?!!),

Ses personnes ou plutôt ses peuples, conquis, ne se sentiront pas prise au piège, de l’endoctrinement et le formatage de l’esprit. Ils sont incapables de prendre conscience de l’influence de la pensée sectaire sur leur vie. Ainsi ses personnes sont capables de renier toute leur existence passée, leur appartenance culturelle et leur identité. L’influence est telle, qu’ils sont capable de renier leurs proches et même de les assassiner.

La dominance du sacrée dans cette idéologie efface aux yeux de celui qui prend le coran dans sa main le caractère violent et belliqueux contenus dans ses messages. Il suffit de parcourir le Coran pour se rendre compte des messages haineux, racistes et mortuaires. Le terme « tuez les !» qui est un appel au meurtre est cité quasiment dans toute les pages du livre ! Il y a aussi beaucoup de doubles messages aux limites schizophréniques, de châtiment, de représailles, d’expiation et de culpabilité, mais l’anomalie la plus criante reste le statut de la femme dans les textes coraniques. Tantôt c’est le diable, impure qui éloigne l’homme, (le mâle) de son créateur, Allah, tantôt c’est la vierge qui l’attends au paradis quand celui-ci aura commis son forfait en tuant les mécréants et les apostats. Ces derniers en particulier, payent de leur vie pour avoir pris conscience au bon moment pour se libérer de la secte et ses percepts moyenâgeux.

A ceux qui refusent d’admettre que l’islam comme le christianisme, le judaïsme et l’ensemble des pensées appelées (religions) sont des idéologies, sont créés par l'homme pour se rassurer et surmonter sa peur et son angoisse face à la mort. Or, contrairement à d’autres sociétés les musulmans qui sont sous le joug de l’Islam, les islamistes ou les fanatiques (fous de dieu) continuent de croire que l’islam n’est pas une idéologie et elle de surcroît la vraie religion de dieu (Allah) et que les autres sont fausse et perverties.

Ils refusent de reconnaitre qu’ils sont obnubilés par le caractère sacré de leur religion, constance et immuabilité pour l’éternité sont écrites dans leur livre sacré et sont intouchables. Ils refusent toute autocritique ou remise en question de ce qui les enchaine. Celui qui a l’esprit érudit et réussit à échapper à l’aveuglement qu’exerce sur lui la religion et émet des critiques du Coran ou de l’islam est taxé de renégat d’apostat et mérite le châtiment ultime.

La démocratie Suisse est certes majeure et immunisée par la laïcité, mais elle reste cependant fragile, face à ce genre de périls. Surtout que le danger est sournois et attaque comme toute idéologie totalitaire de l’intérieur aux parties fragiles les esprits. Ne jamais perdre de vue, que le but avoué et cachée de l’idéologie Islamiste est de soumettre le monde à l’Islam, parce qu’elle ne croit pas à la différence. Ses adeptes sont convaincus, Coran à la main que c’est Allah qui les guide dans leurs conquêtes, pour dominer le monde. N’oublions pas que « le Djihad » c’est à dire la conquête pour les musulman est un devoir sacrée inscrit dans le coran. Au moyen âge Un des conquérants musulmans, pour donner du courage à ses troupes disait : « je ne m’arrêterais de couper les têtes des mécréants, pour propager le message d’Allah que lorsque le sang arrive au poitrail de mon cheval.

avatar
Hend Uqaci Ivarwaqène

C'est pas comme ça que ça s'attrape !

Tout ce dont je peux vous assurer c’est que l’Islam n’est pas contagieux. La preuve ? J’ai vécu vinta avec des musulmans, j’ai lu le coran de droite à gauche de bas en haut et demyati, et je ne l’ai jamais attrapé.

Pourquoi craignez-vous que les Suisses, eux, le choppent ?

avatar
urfane

Pas d'accord avec toi @ Hend! Le gène de la contagion ne descend pas du ciel. il est inoculé par la culture subjacente. La tienne, Kabyle; si 'l'on en juge par le croquis philosophique que tu affiche, a admis le volet cultuel de cette religion (ça aurait pu être une autre) comme voie de salut de l'âme tout en gardant ses fondements et sa liberté culturels. Moi aussi, avant l'école républicaine, on m'a gavé, à 4 ans, de coran a coup de bâton "n'remmane" sur la plante des pieds à tel point que les 2 "hisb" ingérés sont encore là et qu'il m'arrive de les réciter à mes amis quand la bière a atteint son but. bref, c'est pour dire que le cheval de bataille des religions, c'est la culture...