Le MDS dénonce la commune d'Oran qui a débaptisé la rue Fernand Iveton

Oran a changé le nom d'une rue portant le nom du moudjahid Fernand Iveton.
Oran a changé le nom d'une rue portant le nom du moudjahid Fernand Iveton.

Cet acte malheureux, ébruité par quelques journaux surtout électroniques (dont sont tirées les citations ci-après), a pris la forme, cette fois-ci, d’une atteinte crasse et sournoise au patrimoine mémoriel et culturel de la cité.

Une atteinte commise conjointement par la commune d’Oran et la section locale de l’Organisation nationale des Anciens moudjahidine. Sous prétexte de débaptisation des noms, entre autres, des artères de ses quartiers historiques (Ed-Derb et Sidi-El-Houari), ces "institutions" n’ont pas hésité à dégommer des noms tels celui de glorieux chouhada du quartier (à l’instar des frères Guerrab), celui de l’illustre imam El-Houari, saint-patron de la ville, celui de Fernand Iveton, militant communiste algérien d’origine européenne mort en martyr sous la guillotine en 1957, etc.

Cet acte déplorable ne peut être cependant attribué à la seule ignorance de l’histoire de notre pays. Sans quoi, ses instigateurs ne se seraient pas donné la peine de parsemer la liste des nouveaux “nominés” (généralement d’illustres inconnus dont au moins "un parent d’un responsable") de noms de glorieux moudjahidine («tel celui [du] défunt combattant oranais Abdelhamid Serradj"). Et ce, tout en prenant le soin particulier de laisser transparaître le dédain dans lequel ils les tiennent en leur dédiant … "des ruelles inhabitées et des passages montagneux, dont celui menant vers la montagne...". Un soin qui trahit que cet acte ne peut être que le fait soit de simples fonctionnaires et élus carriéristes et avides soit de véritables militants antinationaux soucieux d’utiliser les institutions de la République qu’ils ont fini par investir avec la bénédiction du pouvoir en place pour poursuivre leur œuvre de dévitalisation de notre pays et de notre société. Dans les 2 cas,

Cet acte est condamnable et c’est pourquoi nous tenons :

  • à joindre nos voix à toutes celles qui s’élèvent pour dénoncer cet acte répréhensible et tous ceux qui lui ressemblent à travers le pays,
  • à soutenir les initiatives citoyennes engagées pour contrecarrer ces actes de vandalisme bureaucratique. Dont cette première dont nous venons d’être informée : signer et faire signer la pétition que vous pourrez lire à la page web suivante : Ministre des Moudjahidin Algérie : Non à la débaptisation de la rue Fernand Iveton à Oran
  • à espérer vous compter parmi nous dans ce combat pour préserver ce qui reste à préserver de notre algérianité.

Donnons un coup d’arrêt aux actes visant à "guillotiner la mémoire de notre peuple" !

Le MDS-Oran

Plus d'articles de : Communiqués

Commentaires (1) | Réagir ?

avatar
Massine Ait Ameur

Mais soyons serieux toute l'Algerie a ete debatisee pour en faire une republique arabe bananiere. Au lieu d'une republqiue Algerienne de souche Amazigh, vous avez un autre resultat, celui des ces fossoyeurs venus d'Ailleurs qui veulent effacer notre memoire. J'espere que ce patriote mort sous la guillotine des colons francais retrouveras sa rue quand meme.