Rentrée scolaire : une enseignante de Barika poste un pavé idéologique sur Internet (Vidéo)

Que va décider la ministre de l'Education nationale devant de telles dérives ?
Que va décider la ministre de l'Education nationale devant de telles dérives ?

A l'occasion de la rentrée scolaire, une enseignante d'une école primaire de Barika a posté une vidéo aux effets de bombe idéologique. Elle s'est filmée dans sa classe en s'adressant à ses élèves.

"La langue arabe est la plus riche des langues", "cette année ma langue sera l'arabe et je ne m’exprimerai qu’en cette langue" ! "La langue aimée de Dieu ?", "c'est l'arabe qui est la langue du paradis". Une batterie de questions-réponses qui suitent l'endoctrinement le plus imbécile, l'enfermement, l'intégrisme linguistique le plus primaire, le tout dans un lieu, l'école, destiné au savoir.

En un peu plus de trois minutes, cette jeune enseignante a résumé le drame de l'école algérienne. En plein pays chaoui, cette jeune femme censée transmettre le savoir, apprendre aux élèves l'amour des langues, tamazight, l'arabe, le français, l'anglais, etc., le respect de la différence, l'ouverture vers les autres fait dans le zèle, érigeant une seule et unique langue, l'arabe, dans la tête des mômes au-dessus de toutes les autres.

Cette courte vidéo qui a enflammé les réseaux sociaux est symptomatique de ce qui se passe dans les écoles algériennes. Cette scène nous rappelle aussi cet énergumène en kamis qui a interdit aux filles habillées en jupes d'entrer dans leur établissement scolaire. Tout ça a eu lieu dans un lycée de Draria, sur les hauteurs d'Alger.

Il est manifeste que le ministère de l'Education est face à une montée de l'intolérange religieuse et idéologique. Les auteurs semblent assurés d'une certaine impunité. Car, au mépris donc de la loi qui interdit ce genre de scène, l'enseignante de Barika a fait montre d'une irresponsabilité indiscutable en se permettant non seulement de se filmer avec ses élèves mais aussi à fait du militantisme zélé sur des élèves.

Ces deux scandales interpellent sur la situation du secteur de l'Education gangrené par les islamo-conservateurs. Comme première mesure, le ministère de l'Education a ouvert une enquête sur l'enseignante.

Yacine K.

Plus d'articles de : Politique

Commentaires (19) | Réagir ?

avatar
Aguellidnz

En voilà un (le faux baricar) !

Quant à l'enseignante, au visage très chawi, elle me rappelle notre "enseignant en terminologie, à l'USTHB, il y a plus que 30 ans, qui nous faisait l'apologie d'une langue qui n'avait de place, dans notre cursus, que... allez, en va pas la léser, 1/50ème! du temps total de la formation.

Encore un souvenir: un jeune garçon, je lui demande:"tu viens d'où?" de Barca me rétorqua-t-il. T'es chawi donc? "non, je suis arabe". En regardant, encore une fois, le fond de ses yeux bleus, j'avais "envie" de me tirer une balle dans la tête. (ç'aurait été trop pour lui de lui expliquer quoi que ce soit).

avatar
Hachemi Alloul

Entre deux extrémismes les fanatiques d'un coté et les brobros de l'autre. Nous sommes tous fières de notre identité, que nous devons tous preserver et épanouir, mais la conjoncture actuelle incite à beaucoup plus d’intelligence et de prudence. Toute exclusion de l'autre est synonyme d'une haine. Apparenté aussi l'Algérie à la langue arabe sa relève de l'hypocrisie et de l'anéantissement de soi même et d'un passé qui sert de sève pour édifier son futur. Celui qui renie mon identité renie mon existence. Sans les enseignements du passé authentique nous nous baignerons dans un futur flou. Le seul enseignement probant est celui uniquement basé sur l'ouverture d'esprit sur l'universalité, la tolérance, la cohabitation, le respect de son prochain qui parle différemment. Ce sont ses valeurs que permettent de former des hommes de demain " chaque enfant qu'on enseigne est un homme qu'on gagne". Le pluralisme linguistique et culturel est une providence du ciel c'est une grande richesse c'est ça qui fait la fierté de notre immense pays. Nous devons tous œuvrer pour respecter et preserver toutes ses dimensions et leurs donner l’intérêt qui leurs reviennent de droit. La suprématie des uns sur les autres doit se faire que par le travail et l'intégrité.

visualisation: 2 / 11