Favorable au gel de la production, la Russie participera à la réunion de l'Opep à Alger

La Russie favorable à un gel de la production du pétrole.
La Russie favorable à un gel de la production du pétrole.

Le président russe Vladimir Poutine a jugé vendredi qu'un accord entre les pays producteurs de pétrole pour geler le niveau de leur offre et soutenir ainsi les prix serait une bonne décision, appelant à un compromis à moins d'un mois d'une réunion informelle à Alger.

"Je vais répéter notre position: nous estimons que ce serait une bonne décision pour le secteur énergétique mondial", a déclaré M. Poutine dans un entretien à Bloomberg, publié sur le site du Kremlin.

Réunis en avril à Doha, la Russie et les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) n'étaient pas parvenus à convenir d'un gel concerté de production pour soutenir les cours, en raison notamment de divergences au sein même du cartel. L'Arabie saoudite souhaitait que l'Iran participe à un tel gel mais Téhéran demandait à revenir d'abord à son niveau de production d'avant les sanctions liées au dossier nucléaire.

"Du point de la pertinence économique et de la logique, il serait bon de trouver un compromis et je suis sûr que tout le monde le comprend. La question n'est pas tant économique que politique. Je souhaiterais que tous les acteurs de ce marché, qui ont intérêt à un maintien des prix à un niveau stable et juste, arrivent à une décision nécessaire", a estimé M. Poutine. Etranglé par la crise pétrolière, Vladimir Poutine a révélé qu'il était disposé à vendre 19,5% des actifs de Rosneft, le géant pétrolier russe.

Réunion informelle de l'Opep à Alger

Les 14 pays de l'Opep, dont la Russie ne fait pas partie, ont prévu une réunion informelle en marge d'un forum énergétique à Alger du 26 au 28 septembre. "Si un telle rencontre a lieu, bien sûr nous participerons", a indiqué vendredi le ministre russe de l'Energie Alexandre Novak, cité par les agences russes.

Le ministre, qui avait jugé récemment un gel de production inutile au niveau actuel des prix, a précisé prévoir de rencontrer des ministres d'Iran, d'Arabie Saoudite et du Venezuela.

Un accord de gel de production viserait à convaincre le marché que les grands pays producteurs cessent de lutter pour les parts de marché en augmentant leurs volumes d'extraction. L'abondance de l'offre en résultant a entraîné un effondrement des prix, qui ont rebondi depuis l'hiver mais restent deux fois plus faibles qu'il y a deux ans, affectant violemment les économies des pays producteurs. Cependant l'annonce de la participation de la Russie et un probable consensus sur le gel de la production pourraient faire bondir les prix du pétrole sur le marché mondial.

Avec AFP

Plus d'articles de : Economie-Finance

Commentaires (1) | Réagir ?

avatar
hassina hammache

HASSINA HAMMACHE ING EXPERT

Moi je pense qu’une commission composée par des expert en la matière (économiste et financiers spécialiste en énergie avec le Ministre de l’Energie et le Ministre des Finances) s’impose en urgence pour étudier la proposition du président russe, Vladimir Poutine à savoir le gel de la production du pétrole avant la rencontre de l’OPEP chez nous et pour cerner toutes les éventualités (étudier le chemin critique). Car au jour d’aujourd’hui le monde fonction avec une telle rapidité qu’on puisse s’égarer au cours de route, appliquer ce que j’appelle ma trilogie d’action (PERCEPTION, CONVICTION ET ENGAGEMENT).

Je l’ai déjà expliqué dans un de mes commentaires aujourd’hui est aux compromis conjoncturels (Be to Be) même s’il faut un compromis avec …… car aujourd’hui c’est l’intérêt qui prime, le monde est debout sur un seul pied et le poids est porté par les plus faibles de ce monde.