Décès de Nabile Farès : l’hommage des éditions Koukou

Nabile Farès
Nabile Farès

Nabile Farès, écrivain et psychanalyste, est décédé ce matin à l'âge de 76 ans, dans un hôpital parisien, des suites d'une longue maladie.

Né à Collo en 1940, fils de Abderrahmane Farès, président de l'Exécutif provisoire de Rocher Noir après les Accords d'Evian, Nabile Farès avait rejoint l'ALN en 1956, à Tunis. Après des études de philosophie, de sociologie et de psychanalyse, il a enseigné en Espagne, en Algérie et en France. Au début des années 80, il a été maître de conférences à l’université d’Alger, puis à l’université Stendhal à Grenoble où il a enseigné la littérature comparée.

Jusqu'à ces derniers mois, il exerçait encore en France comme psychanalyste. Il est l'auteur de deux thèses : "Littérature orale et anthropologie" et "Langue, culture et symbolique, la théorie anthropologique au Maghreb, études de littérature francophone ".

Romancier, dramaturge et poète, Nabile Farès est l'auteur de nombreux ouvrages, notamment une trilogie marquante, intitulée La découverte du nouveau monde ("Le champ des oliviers" en 1972, "Mémoire de l’absent" en 1974, "L’Exil et le Désarroi" en 1976). "Il était une fois, l’Algérie" est son dernier roman édité en 2011 en l'Algérie.

Son prochain ouvrage "Maghreb, étrangeté et amazighité", dont la sortie était prévue début septembre 2016, est une analyse anthropologique et psychanalytique de la littérature française dite «coloniale» et de la littérature francophone maghrébine,

Reconnu pour sa rigueur dans les milieux intellectuels et universitaires de par le monde, il est resté ignoré et marginalisé dans son propre pays, en raison, sans doute, de son engagement en faveur de la démocratie, des droits de l'Homme et des libertés. Sa solidarité active avec les prisonniers d'opinion en Algérie a toujours été sans faille, notamment ceux du Printemps berbère (1980) et les fondateurs de la Ligue algérienne des droits de l'homme (1985).

La disparition de Nabile Farès, l'un des auteurs-phares de la littérature maghrébine postcoloniale d'expression française, signe la fin d'une époque. KOUKOU Editions salue sa mémoire et s'incline devant le parcours d'un intellectuel aux convictions fortes, et à l'engagement sincère et sans concessions.

Alger, le 30 août 2016.

Arezki Aït Larbi

Directeur de KOUKOU Editions

Bibliographie de Nabile Farès

Œuvres romanesques et poétiques

  • Yahia, pas de chance, Paris, éd. Seuil, 1970.

  • Le Chant d'Akli, Paris, P.-J. Osvald, 1971, rééd. L'Harmattan, 1981.

  • Un passager de l'Occident, Paris, éd. Seuil, 1971.

  • Le Champ des oliviers, Paris, éd. Seuil, 1972.

  • Mémoire de l'absent, Paris, éd. Seuil, 1974.

  • L'Exil et le désarroi, Paris, éd. François Maspero, 1976.

  • Chants d'histoires et de vie pour des roses des sables, Paris, éd. L'Harmattan, 1978.

  • La Mort de Salah Baye ou la vie obscure d'un Maghrébin, Paris, éd. L'Harmattan, 1980.

  • L'État perdu, Paris, éd. Actes Sud, 1982.

  • L'Exil au féminin : poème d'Orient et d'Occident, Paris, éd. L'Harmattan, 1986.

  • L'Ogresse dans la littérature orale berbère, Paris, éd. Karthala, 1994.

  • Le Miroir de Cordoue, L'Harmattan, Paris, éd. 1994.

  • Le Voyage des exils, dessins de Kamel Yahiaoui, Paris, éd. La Salamandre, 1996.

  • Les Exilées, histoires, dessins de Kamel Khélif, Paris, éd. Amok, 2001.

  • La Petite Arabe qui aimait la chaise de Van Gogh, dessins de Kamel Khélif, Paris, éd. Amok, 2002.

  • Il était une fois l'Algérie, Tizi-Ouzou, éd. Achab, 2011.

  • A une heure incertaine poèmes de Primo Lévi, Lecture Nabile Farès, mise en musique Raymond Boni, 2013.

Créations théâtrales (1980-2015)

  • Dialogues d'immigrés en France

  • Histoire de Malika et de quelques autres

  • La Nuit de Benjamin,

  • Textes écrits contre un pays défunt

  • Corps tombés de guerres obscures

  • La Vie d'Héphaïstos

  • Complainte des enfants du xxie siècle

Plus d'articles de : Mémoire

Commentaires (0) | Réagir ?