Trois soldats tués et six autres blessés durant une opération antiterroriste en Tunisie

Les forces armées tunisiennes en opération
Les forces armées tunisiennes en opération

Trois soldats tunisiens sont morts lundi matin dans l'explosion de mines durant une opération au mont Sammama (centre-ouest), considéré comme un des principaux maquis jihadistes du pays, selon des sources sécuritaires.

Au moins six autres soldats ont été blessés, ont précisé ces sources sécuritaires à un correspondant de l'AFP. Ils ont été transférés à l'hôpital régional de Kasserine.

L'attaque a eu lieu à l'aide d'explosifs, a de son côté déclaré le porte-parole du ministère de la Défense, Belhassen Oueslati, sur la chaîne de télévision Wataniya, ajoutant qu'au moins deux terroristes avaient aussi été blessés. Selon cette TV publique, des combats étaient toujours en cours à la mi-journée.

La radio privée Mosaïque FM a ajouté que les explosions s'étaient produites au passage d'un véhicule militaire lors d'une opération de ratissage dans la région de Douar Ben Njeh, près de Kasserine. Ces décès interviennent le jour de l'entrée en fonctions du gouvernement d'union tunisien, qui a fait de la lutte contre le terrorisme l'une de ses priorités.

La Tunisie est confrontée depuis sa révolution de 2011 à une progression d'une mouvance jihadiste responsable de la mort de plusieurs dizaines de policiers, de militaires mais aussi de civils et de 59 touristes étrangers en 2015.

Les forces de sécurité et l'armée traquent les groupes extrémistes armés retranchés dans les zones montagneuses, notamment aux monts Chaambi et Sammama, considérés comme les principaux repaires jihadistes, notamment de la Phalange Okba Ibn Nafaâ, groupe lié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Deux "cellules terroristes" liées à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), dont l'une préparait des attaques contre des centres commerciaux ou encore des locaux de partis politiques, ont été démantelées, en mai dernier, dans le nord-ouest de la Tunisie. Neuf personnes au total ont été arrêtées.

Fin juillet, un militaire était déjà mort dans l'explosion d'une mine dans le centre-ouest de la Tunisie. Quelques jours plus tard, deux jihadistes présumés avaient été abattus lors d'opérations de ratissage près de Jendouba (nord-ouest).

Avec AFP

Plus d'articles de : International

Commentaires (0) | Réagir ?