Algérie/UE : l’article de Politico "ne reflète en rien" la position de l’UE, estime un porte-parole

Ramtane Lamamra avec Mme Federica Mogherini
Ramtane Lamamra avec Mme Federica Mogherini

Les relations entre l’Union européenne (UE) et l’Algérie sont "fortes et durables", ont affirmé mercredi les services diplomatiques de l’Union, soutenant que l’article du média politique américain Politico publié jeudi dernier "ne reflète en rien" la position de l’UE à l’égard de l’Algérie.

"L’article de Politico ne reflète en rien la position de l’UE, ni sa politique à l’égard de l’Algérie", a déclaré à l’APS, Nabila Massrali, une des porte-parole du service européen pour l’action extérieure (SEAE).

"Les relations entre l’UE et l’Algérie sont fortes et durables, notamment dans le domaine de l’énergie", a-t-elle ajouté, réfutant les informations rapportées par Politico qui cite une source européenne anonyme selon laquelle l’"UE attend un changement de régime en Algérie" et s’inquiète de "blocages politiques".

Interrogé sur l’article publié par ce journal américain sur les relations algéro-européennes, le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Ramtane Lamamra a refusé de "commenter tous les propos qui peuvent émaner de personnes éprouvant de la haine vis-à-vis de l’Algérie", affirmant que "ces propos sont en contradiction avec la réalité algérienne".

Dans une mise au point adressée à ce journal et publiée mardi, l’ambassadeur d’Algérie à Bruxelles, Amar Belani a affirmé que la relation qu’entretient l’Algérie avec l’UE dans le domaine de l’énergie "se place assurément au dessus des supputations subjectives et incongrues puisées auprès d'une source européenne, réputée proche du dossier et qui a, bien entendu, préféré le confort bien commode de I'anonymat".

Qualifiant les informations rapportées par Politico d’"incongruités spécieuses", le représentant de l’Algérie auprès de l’UE a dénoncé, par ailleurs, "l’énormité risible et fantasmatique d'une Algérie qui pourrait se retrouver sous la coupe de Daech ou d'Al Qaida".

"Je peux vous assurer que le gouvernent algérien négocie aux mieux des intérêts bien compris du peuple algérien dans le cadre d'une relation forte avec I'UE, basée sur l'équilibre des intérêts, et contribuant substantiellement à la sécurité des approvisionnement en énergie de l'UE en contrepartie de la garantie pour l’Algérie de ses parts de marché et la rentabilité de lourds investissements qu'elle consent à cet effet", a-t-il ajouté.

Il a assuré, en outre, que le partenariat "fiable" entre l'Algérie et I'UE dans le domaine de l'énergie a connu de nouveaux développements "qualitatifs" depuis la signature du mémorandum en juillet 2013.

Ce partenariat, a-t-il poursuivi, "se caractérise par I'intensité et la régularité des échanges de haut niveau à l'entière satisfaction des deux parties", citant pour preuve les propos tenus par les hauts responsables européens sur la réussite du Forum d’Affaires Algérie - UE dans le domaine de l'énergie que la capitale algérienne a abrité en mai dernier et qui a regroupé plus de 500 entreprises européennes et algériennes.

"La profondeur et la régularité de cette coopération s'est illustrée encore récemment par le déplacement à Bruxelles, du 11 au 13 juillet 2016, de 18 experts algériens du secteur de l'énergie pour examiner avec les experts européens les voies et moyens de consolider cette relation stratégique à long terme", a-t-il conclu.

APS

Lire aussi à ce sujet notre article : http://www.lematindz.net/news/21591-bouteflika-ferme-la-porte-au-developpement-economique-de-lalgerie.html

Plus d'articles de : Algérie

Commentaires (1) | Réagir ?

avatar
ryan gormaz

incongruités plutot d'un pouvoir dépassé sur le plan internationnal, après l'angoisse du bulletin de la banque mondiale, et le ridicule démenti non argumenté du gouverneur de la banque d'algérie au tour de la derbouka diplomatique de sonner le toscin d'une faillite totale des relations "union européenne" pouvoir actuel d'alger.

Au fait l'énergie ne s'est jamais négociée avec l'union européenne, ce sont des projections globales européennes de ses besoins énergitiques que l'union européenne essaye de collationner, les marchés et contrats se font avec des compagnies sous houlette US et ensuite par état, la france n'est pas l’Allemagne, et l’Italie n'est pas la grande Bretagne dans cette union européenne elle meme à bout de souffle (G bretagne sur la voie du divorce irrévocable, la Grèce suivra certainement,...) , au fait depuis quand l'algérie a signée ses accords de vente de gaz avec l'union européenne?

un non sens débile que confirme l'assurance (sonnante et trébuchante de Nabila Massrali, une des porte-parole du service européen pour l’action extérieure (SEAE), un petit service sans envergure diplomatique et n'ayant aucun pouvoir de décision sur les orientations politico-stratégiques de l'union européenne.

D'ailleurs ce communiqué de la bonne dame des bonheurs du pouvoir algérien est trahie impudemment et maladroitement par l'ambassadeur d'Algérie à Bruxelle en se fendant d'une bourde pour les initiés en assurant:""Je peux vous assurer que le gouvernent algérien négocie aux mieux des intérêts bien compris du peuple algérien dans le cadre d'une relation forte avec I'UE, basée sur l'équilibre des intérêts, et contribuant substantiellement à la sécurité des approvisionnement en énergie de l'UE en contrepartie de la garantie pour l’Algérie de ses parts de marché et la rentabilité de lourds investissements qu'elle consent à cet effet", a-t-il ajouté. ".

Finalité toute cette rapiidité et cette artillerie lourde sortie par le pouvoir pour contrer finalement un organe de presse, bon dieu quio est cette source de "Politico" qui fait trembler l'Algérie pour ses lendemains avec l'union européenne?

Panique sérieuse, après la sortie de la Banque mondiale, du pouvoir d'Alger, qui semble vérrouillé en cible prioritaire pour l'Année 2017/2018, la fin des harocots, et oui tout à une fin.

Persister à démentir des organisations internationales puissantes par des déclarations spécieuses du pouvoir d'Alger aboutira à son auto suicide.

Là est la terrible situation de discrédit final du pouvoir actuel, inconsistent, incohérent et brouillon, pas plus.