Le tourisme peut sauver l’Algérie !

LeTassili N'Ajjer, le rêve que tout touriste souhaite faire.
LeTassili N'Ajjer, le rêve que tout touriste souhaite faire.

Si l'Algérie avait su tirer profit de ses potentialités naturelles, le tourisme aurait été sa plus grande chance! Encore plus porteuse que le pétrole, l'agriculture ou l'industrie. Fausse ou vraie, cette affirmation mérite aujourd'hui réflexion et étude. Certes, quiconque lit cela parmi mes compatriotes dirait que j'étais pris dans une ivresse de naïveté ou vivais carrément dans un autre monde.

Or, en ces temps durs où l'on nous martèle sans cesse de nous serrer la ceinture, penser à ce créneau peut sérieusement nous sauver et, pourquoi pas, permettre à l'Algérie un décollage économique sur le long terme. Tous les atouts sont là : un littoral merveilleux s'étendant sur près de 1200 km, un climat méditerranéen doux et agréable, des plages, des plaines, des montagnes et des paysages magnifiques, des lieux pittoresques et des sites historiques de valeur, un riche arrière-pays qui regorge de belles surprises, un désert des plus beaux de la planète, etc.!

Qu'est-ce qui manque donc pour que "la machine touristique" s'emballe ? Pourquoi gâche-t-on ces trésors que, pourtant, nombre de nations nous envient ? N'est-il pas honteux que nos revenus en matière de tourisme représentent moins de 8% du P.I.B alors qu'à titre d'exemple, le Maroc, destination touristique par excellence, est classé à la 29eme place au niveau mondial et compte investir davantage afin d'arriver à 20 millions de touristes à l'horizon 2020 ? Et puis, pourquoi nous rangeons-nous presque en queue de peloton dans ce même classement bien que nos conditions sécuritaires soient maintenant beaucoup plus favorables qu'auparavant ? La réponse ne se fait pas attendre : le manque de volonté politique ! Nos responsables n'ont développé aucune stratégie nationale efficace en ce domaine dans le cadre d'"une alternative totale au Tout-Pétrole". Presque rien fait aussi pour la formation des jeunes, des moniteurs et des cadres spécialisés dans l'accueil, l'accompagnement et l'orientation des touristes (bureau d'études du marché, prise en charge, marketing, publicité, etc.). Encore moins pour amener les Algériens à saisir le sens réel du tourisme et s'interroger comment ces derniers l'envisagent. Seraient-ils "fiers" et repoussants par exemple, du point de vue mentalité ou comportement, envers le touriste étranger? Ont-ils des difficultés à bien s'y prendre avec lui ? Qu'est-ce qui peut les déranger chez lui : la mixité, la liberté, la modernité, l'incompatibilité des traditions, la peur de la corruption des mœurs de leur société par l'argent de la devise, etc.? Qu'en est-il de notre diaspora, nos émigrés ? Enfin, quel regard posent-ils sur leurs voisins Tunisiens et Marocains en ce qui a trait à ce point précis ?

L'Arc de Trajan, une merveille à découvrir.

Bref, il convient de s'intéresser à "la psychologie de l'Algérien d'aujourd'hui" dans une réforme globale et intelligente incluant les perspectives touristiques. Ensuite vient le problème du faible budget alloué au secteur et le peu de placements financiers dans les infrastructures. Là, il va falloir miser sur l'Etat et l'arsenal des impôts pour réactiver "le triangle éducatif-universitaire-touristique", une sorte de plaque tournante avec pour vecteur principal le diptyque "éducation-investissement".

La Grèce et même la Tunisie sont déjà pionnières. Il est vrai toutefois que nul pays n'est à l'abri d'excès d'incivisme, à la différence près, que chez nous ces excès-là tendent à devenir le trait caractéristique. D'où l'urgence de ce travail de proximité auprès de nos concitoyens, de pédagogie, d'approches mercantiles novatrices, etc. Autant dire, «un commerce d'avenir» par lequel on tente de «fidéliser la clientèle touristique», moyennant des avantages de toutes sortes.

Kamal Guerroua

Plus d'articles de : Politique

Commentaires (12) | Réagir ?

avatar
omar Demdoum

le pecheur D. Z utilise les eexplosifs pour attrapper la sardine alors que chez le VOISIN lui il utilise le filet..... donc la sardine D. Z est contaminee... comme tout le reste.....

avatar
chilmoune

Mr kamel guerroua votre question est juste et logique et je vous comprend parce qu'on peut sauver notre pays juste avec des chose simples sans recourir au petrole / gaz... Mais malheureusement elle est irrealisable ou impossible avec un peuple fanatique, faineant, sale, menteurs, voyous..... d'abord on ne possede meme pas un tourisme interne comment voulez vous faire du tourisme externe ? vous garez partout dans un espace public et un energumene vous menace de payer le parking et vous voulez faire du tourisme ? Quand les touristes vont venir vous leur dites que vous etes arabe ou francais ou amazigh ?

Tant que le probleme identitaire algerien n'est pas regle on restera des eternels sous dev. Prenez deux ministre le top des instruits, quand ils sont dans les lieu officiels ils parlent en arabe fousha mais juste apres quand ils vont dejeuner ils communique en dardja ? et tout le probleme de l'algerie est la justement ? et pour terminier je dirai avant de penser au tourisme il faut d'abord a reformer l'ecole qui est otage des islamiste qui sont la negation du tourisme de tout genre sauf celui des les lieux saints hadj+omra pour enrichir les chouyoukh amis de abdeka ? thanmirth

visualisation: 2 / 11