Le général-major à la retraite Abdelmalek Sassi est décédé

Le ministère de la Défense
Le ministère de la Défense

Le général-major à la retraite et ancien responsable de la direction des relations extérieures et de la coopération au ministère de la Défense nationale, Abdelmalek Sassi, est décédé lundi à Paris à l'âge de 75 ans des suites d'une longue maladie, a-t-on appris auprès de ses proches.

Lycéen, il rejoint l'Armée de libération nationale (ALN), dans la wilaya III historique à l'âge de 15 ans. Il fut envoyé par le colonel Amirouche en Orient pour une formation militaire aux côtés notamment des Benmaalem, Ait Abderrahim et autres.

Natif du village Ath Sassi à Ighil Ali, dans la wilaya de Béjaïa, le défunt a intégré, dès l'indépendance, les rangs de l'Armée nationale populaire (ANP) au sein de laquelle il a occupé plusieurs fonctions dont notamment celle de responsable du secteur opérationnel de Tindouf.

Il était également attaché militaire au niveau de l'ambassade d'Algérie en France avant de prendre les destinées de la direction des relations extérieures et de la coopération au MDN jusqu'à sa retraite en 2004.

APS

Plus d'articles de : Décès

Commentaires (8) | Réagir ?

avatar
ryan gormaz

Kabyle ou pas Kabyle un larbin de Bouteflika et de Gaid Salah est un larbin et point final. he boutonneux à 17 ans a rejoint l'ALN

Hamrouche, ce général lui c'est à 15 ans, et puis quoi encore il faisait la popote au maquis.

Délirant non

avatar
moh arwal

Ils sont allés étudier au moyen orient à 15 et 17 ans, , au retour Boukharouba les a porclamés heros des guerres qu' ils n'ont pas fait, comme lui.

avatar
rabah Benali

Bonjour,

Même pas la popote Aaa Rayan !!!, à 15 ans, "hautement politisé et aguerri dèjà au nationalisme", Amirouche l'a envoyé chez les danseuses du ventre du Caire (en Orient) nous dit - on. En 62, il est rentré dans les bagages de la mafia des frontière, et le tour est joué. Estampillé "heros de la révolutionnnnne" une place aux premières loges de la mangeoire était assurée. Le reste est connu. Rabah Benali

avatar
moh arwal

j ai lu ton commentaire seulement après avoir ecrit et envoyö le mien, je me rends compte que nous avons dit exactement la même chose. Nos esprits se sont joints est ce le fait du hasard?

je ne le crois pas, je dirais plutot que lorsque une chose est vraie elle l'est toujours, partout et dans tous les esprits qui savent l' identifier.

avatar
rabah Benali

Bonjour,

Que le dieu et tous les "Imravthan" auquels ce "géneral" puisse croire benissent son âme. Qu'ils lui fassent une place bien douillée dans leur paradi, les 72 houris vièrges prévues par "la loi de Moumouh" comprises si possible Le reste, cette information est un détail d'un fait divers d'une histoire frelatée. Y a-t-il de plus banale, ordinaire et classqiue qu'un militaire "Bouteflekistan", élevé au grade le plus suprème possible, passe l'arme à gauche dans un hopital de fafa. Fafa qu'il a sensé avoir "combattu" dans sa jeunesse une "Likoule de dense du ventre d'Orient". C'est pour quand le tour du nain à la charrette pour que cette Algérie détroussée même de son âme, puisse passer enfin à l'essentiel et aux choses sérieux ?? Rabah Benali.

avatar
elvez Elbaz

Le "regretté" Sassi était un monsieur bien et d une modestie authentique d un vrai montagnard kabyle.

visualisation: 2 / 3