La France veut une action internationale sur les communications cryptées

Les communications cryptées est un vrai casse-tête pour les services de renseignement de nombreux pays.
Les communications cryptées est un vrai casse-tête pour les services de renseignement de nombreux pays.

La France veut porter avec l'Allemagne une initiative européenne puis internationale sur le chiffrement des communications, qui complique la lutte contre le terrorisme, a annoncé jeudi Bernard Cazeneuve.

Les communications cryptées donnent du fil à retordre aux services de renseignement de nombreux pays. La raison ? Les services de messagerie électronique sont chiffrés, et difficiles à faire craquer. Par exemple ? L'application Telegram utilisée par des membres de l'Etat islamique et l'un des tueurs du père Jacques Hamel à Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime).

Le ministre de l'Intérieur français a précisé qu'il travaillerait sur le sujet avec son homologue allemand le 23 août, à Paris, "pour que nous puissions sur cette question lancer une initiative européenne destinée à préparer une initiative plus internationale permettant de faire face à ce nouveau défi".

"C'est une question centrale dans la lutte antiterroriste, beaucoup des messages échangés en vue de la commission d'attentats terroristes, le sont désormais par des moyens cryptés", a-t-il ajouté après un conseil de défense, à l'Elysée.

Bernard Cazeneuve a souligné "la nécessité d'y faire face au plan international parce que ce n'est pas un pays seul qui peut prendre des initiatives".

Prié de dire s'il souhaitait que les auteurs de ces logiciels fournissent aux Etats les moyens de déchiffrer ces communications, ce que nombre d'entre eux se refusent à faire, il a répondu : "La France fera des propositions, j'en ai adressé un certain nombre à mon homologue allemand."

Créé par les deux frères qui ont fondé Vkontakte, le réseau social russe le plus populaire, Telegram, est utilisé partout dans le monde par des personnes voulant partager rapidement textes, vidéos et messages vocaux avec un niveau très élevé de sécurité.

Avec Reuters

Plus d'articles de : Algérie-France

Commentaires (0) | Réagir ?