Photos choc du littoral. Sos plages en danger !

La saleté règne sur l'envitonnement.
La saleté règne sur l'envitonnement.

La rive mostaganemoise est vue comme une poubelle à ciel ouvert par beaucoup de gens chez nous. Et dire qu'il y a encore des responsables qui parlent de tourisme !

Le constat fait par ce reportage photos est terrible, angoissant et alarmant : en surface et au fond, les mêmes déchets marins faits de sachets, de cannettes et des bouteilles de bière et de vin et autres emballages en plastique, des bouts de chiffons, des objets divers…

Des écosystèmes marins risquent de disparaitre à jamais avec eux une faune et une flore marine disparaîtront si personne ne fait. Parce que le plastique est responsable de la destruction de la biodiversité : des millions de sacs plastiques jonchent des centaines de kilomètres de côtes du littoral algérien, et tuent des milliers d’animaux marins chaque année. Ils étouffent, étranglent ou empoisonnent de nombreuses espèces marines tels que la sardine, le thon, qui les ingèrent car ils les confondent avec des proies ou en les absorbant avec le plancton. Pour un élément de plancton, d’après des spécialistes, on trouve souvent 40 éléments plastiques de même taille et "les particules en matière plastique ingérées par les organismes marins introduisent dans la chaîne alimentaire des toxines que nous retrouvons ensuite dans nos assiettes", L’horreur. Il est impossible de revenir en arrière !

Les sacs plastiques sont interdits dans certains pays. En revanche, la législation sur le sac plastique en Algérie est presque inexistante, ignorée ou pas une priorité … Normalement, les sacs plastiques non biodégradables ne devraient plus être distribués gratuitement aux caisses ! La vente de sacs, cabas réutilisables, déjà utilisés par une minorité dans les supermarchés devra être généralisée et encouragée. Mais les sacs "sortie de caisse" sont toujours là avec les dégâts que l'on sait sur l'environnement.

Jusqu'à quand ? Où va-t-on comme ça ?

Les consommateurs ont un grand rôle à jouer concernant l’utilisation de sacs plastiques : ils doivent adopter une consommation responsable en refusant les sacs plastiques, et en amenant systématiquement leurs sacs cabas avec eux pour faire leurs courses. Ou utiliser des sacs biodégradables ou compostables.

Si personne ne fait rien, nos rives et nos plages, déjà très polluées et sales ressembleront à des poubelles. C’est déjà commencé. Et si une politique radicale et citoyenne n'est pas entreprise assez rapidement, la catastrophe sera irréversible sur tous les plans : santé, environnement et esthétique.

De Mostaganem, Si Merabet Nour Eddine

Le triste décor qu'offrent nos plages.

Le décor est le même pour tout le littoral algérien.

Plus d'articles de : Algérie

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
Atala Atlale

"Enadafa mine el imane" expression relative à la foi (religieuse) essai de traduction : La propreté relève de la foi.

La majorité se dit musulmans mais entre l'acte et la parole...

Je plains les gens qui habitent en bord de mer et qui aspirent à mettre les pieds dans l'eau au coucher de soleil ou au matin pour scruter l'horizon ou tout simplement se relaxer de cette situation dans laquelle est arrivé notre - naguère beau - pays. Comment Messieurs Dames, avec une population juvénile de 70 % on n'arrive pas à mettre ce pays en marche alors que dans d'autres pays européens à la population vieillissante il règne une qualité de vie où il fait bon vivre, partout dans leurs littoral, villes, campagnes, villages. Les rues, les chemins bien entretenus. Qu'avons-nous fait au Bon Dieu pour mériter un tel sort ? Il faut traiter ce problème et vite, ne pas hésiter à montrer chaque jour cette saleté qui nous étouffe et demander aux responsables locaux de s'expliquer devant la caméra !

avatar

"Qu'avons-nous fait au Bon Dieu pour mériter un tel sort ?" Lui, n'y est pour rien vous savez ?!!! Notre saleté (et tout le reste) est le "fruit" de ce que nous avons dans la tête... (et ce qu'il y a dans cette tête est bien profond).