Rendre au PFLN "son honneur flétri et sa dignité" ?

Yacef Saadi et Zohra Drif.
Yacef Saadi et Zohra Drif.

Cherif Abdelmadjid, Mohamed Abdelmoula, Ouali Aït Ahmed, le Commandant Azzedine, Abdelkader Belarbi, Zohra Drif-Bitat, Meriem Benhamza, Abderahmane Cherif-Meziane, Mouloud Dehlal, Habib Guerfi, Djilali Guerroudj, Mahfoud Rachedi, Hocine Senouci, Saadi Yacef. D’illustrent nom de la Guerre de libération nationale ont signé un texte appelant à rendre au PFLN « son honneur flétri et sa dignité foulée aux pieds ». Ils réclament « le départ immédiat et inconditionnel de Saâdani et de sa bande. Ceci afin de le restituer [le PFLN] dans les formes démocratiques, sans immixtion extérieure, à ses militants sincères et dévoués. ».

Les pétitionnaires demandent l’approbation et le soutien de leurs pairs du combat pour l’indépendance et "de tous les patriotes authentiques qui placent l’Algérie au-dessus de tout". Concédant que le FLN historique est le patrimoine de tout le peuple algérien, ils n’en estiment pas moins que s’il continue à vivre en tant que parti politique, le PFLN, "il est souhaitable qu’il le fasse dans le respect des grands principes moraux qui ont présidé à sa fondation. En d’autres termes que les hommes qui le dirigent soient des exemples de probité."

La dénonciation de sort réservé au PFLN, par Amar Saadani et «sa camarilla de baltaguis» est véhémente. L’actuelle direction du PFLN est vilipendée dans les termes les plus sévères. "Clique de combinards sans vergogne", "prévaricateurs et trafiquants de tous poils", "secrétaire général, tiré d’un marigot grouillant d’affairistes et de mercantis moralement impurs, socialement indélicats, économiquement véreux et politiquement immoraux."

Ainsi, d’après le texte rendu publique, c’est par la ruse, la corruption et à travers des canaux fangeux, que les amis de Saâdani auraient pénétré le corps du PFLN et l’auraient vidé de sa substance vitale. Le dessein aurait été d’infecter le parti au point de qu’il ne soit plus que l’instrument de réalisation d’inavouables "bizness" dont «l’objectif est de pomper dans les ressources financières de l’Algérie le maximum qui puisse être puisé et pendant un maximum de temps. Etablir des liens avec l’étranger de sorte à s’assurer dans l’impunité et l’immunité une retraite paisible, quiète à l’abri de toute poursuite dans une capitale en vue.»

Il est intéressant de lire le témoignage de ces honorables protestataires sur la collusion PFLN/Etat préexistante à l’arrivée d'Amar Saâdani et mise à profit par lui et ses affidés. Ils affirment que les "prévaricateurs (…) mettent à profit toute la mécanique de l’administration nationale et de la gestion de l’économie. Ils recourent (…) à la capillarité, du FLN et sa représentation à tous les échelons des structures étatiques depuis les communes, jusqu’aux plus hauts niveaux de la représentation nationale. [la] collusion entre le monde de l’argent et celui de la politique qui ont conduit à l’intoxication de l’Etat". Cette notion de capillarité est édifiante.

Unis par les serments d’hier et les fidélités d’aujourd’hui, ils en appellent à la mobilisation générale pour la libération du PFLN «de ses dangereux spoliateurs pour qu’il s’imprègne de nouveau des principes qui sont les siens [ceux du FLN historique] et qui ont guidé la marche victorieuse du peuple algérien. Ils réclament «le départ immédiat et inconditionnel de Saâdani et de sa bande. "Ceci afin de le restituer dans les formes démocratiques, sans immixtion extérieure, à ses militants sincères et dévoués, des hommes de conviction qui incarnent une aspiration partagée."

Ce texte signé par d’anciens moudjahides qui, après l’indépendance, ont fait carrière dans l’administration ou l’armée, a pour lui de regrouper des noms qui n’ont pas les appréciations du règne d’Abdelaziz Bouteflika. Y figurent des soutiens inconditionnels comme des détracteurs précoces. Soubresaut des sourdes luttes du sérail, ou simple baroud d’honneur d’anciens usés et vaincu par la nouvelle oligarchie ? La réponse n’est pas évidente à donner.

Hmed At Umeziane

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (13) | Réagir ?

avatar
Caton L'ancien

C'est drôle que tout le monde dénonce la confiscation du FLN par"Saadani et «sa camarilla de baltaguis»", mais personne n'ose rappeler le fait que ce parti a un président d'honneur qui n'est autre que le chef de l'état qui donc consent à la situation à l'intérieur de ce parti.

Ces gens qui dénoncent ont-ils peur de perdre les derniers privilèges qui leurs restent pour ne pas impliquer le président d'honneur de ce parti ?

Pourtant c'est lui qui détient la solution de leur énigme !

avatar
khelaf hellal

Il faut dire aussi qu'ils avaient tout à gagner à se taire durant tout le règne de Bouteflika, il y avait même qui en redemandaient plus après chaque mandat en manifestant par communiqué interposé leur allégeance toute à leur candidat favori : vous vous rendez compte ! Les ex-condamnés à mort de notre glorieuse révolution !Un autre grand bavard et redresseur à ses heures perdues du FLN Salah Goudjil vous l'avez deviné qui est tout de suite rentré dans les rangs et qui a tout de suite stoppé son agitation partisane de redresseur aussitôt qu'il a intégré le tiers présidentiel au Sénat. On ne sait plus en fin de compte qui sont les vrais prédateurs, ni où trouver les quelques membres sains et honnêtes qui restent encore au FLN ? Une promesse de nomination au gotha des hautes institutions et des hauts postes de l'Etat peut les emmener à changer de veste et renier jusqu'à leurs principes de base et leur idéaux révolutionnaires. Il y en a même qui se font oublier et se murent dans un silence sidéral tant que dure la vie de château : " On ne parle pas la bouche pleine !"

visualisation: 2 / 12