Qui sera l’heureux remplaçant de Boualem Bessaieh ?

Bouteflika va-t-il encore choisir un de ces dinosaures des années 60 pour remplacer Bessaïh ?
Bouteflika va-t-il encore choisir un de ces dinosaures des années 60 pour remplacer Bessaïh ?

Le chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika, va devoir nommer un autre ministre d’Etat, conseiller et représentant personnel, en remplacement de Boualem Bessaieh (86 ans), décédé jeudi dernier, des suites d’une longue maladie.

Abdelaziz Bouteflika procèdera certainement de la même manière qu’avec Boualem Bessaieh, en choisissant un fidele parmi les fideles, âgé, ou très âgé s’il y en a, qu’importe s’il est malade, pour le nommer à ce poste et le récompenser ainsi pour les services rendus et sa loyauté envers le régime. Par ce geste, le chef de l’Etat récompensera aussi la famille du conseiller qui bénéficiera de beaucoup d’avantages matériels.

Le chef de l’Etat peut être qualifié de tout, mais pas d’un ingrat. En effet, Abdelaziz Bouteflika n’a pas oublié ceux et celles qui l’avaient soutenu pendant ses moments difficiles et sa longue "traversée du désert" ; il a renvoyé l’ascenseur à chacun d’eux, comme il a superbement ignoré, même après leur décès, tous ses détracteurs, fussent-ils des moudjahidine de la première heure.

Certes, Abdelaziz Bouteflika, en tant que chef de l’Etat, peut nommer qui il veut, au poste qu’il veut, mais comme l’Algérie n’est pas une propriété privée, il faut quand même savoir raison garder. Nommer au poste de ministre d’Etat, conseiller et représentant personnel du président de la République un vieil homme mourant, relève tout simplement du copinage, pour ne pas dire de l’irresponsabilité.

Imaginons qu’un directeur d’une entreprise publique recrute une vieille connaissance atteinte d’un cancer au stade terminal au poste de cadre supérieur, juste pour le remercier et permettre dans la foulée à sa femme de percevoir un gros capital décès et une retraite de réversion dorée, le moment venu. Le responsable hiérarchique annulera illico ce recrutement hors du commun et rappellera à son subordonné qu’on ne fait pas de faveur avec les deniers de l’Etat.

Question à un dinar : qu’est-ce qui empêcherait Abdelaziz Bouteflika de nommer comme conseiller et représentant personnel un fringuant quadra ou quinqua, bardé de diplômes, en lieu et place d’un vieillard qui avait oublié jusqu’à la signification du verbe travailler ?

Ahcène Bettahar

Plus d'articles de : Politique

Commentaires (9) | Réagir ?

avatar
hamid djeffer

ce n'est plus un president, c'est un chairman d'un groupe, il ne peux pas parler a son peuple. le parlement, c'est une instutition illegal, c'set des conars, ils ne prennent jamais du passee

avatar
elvez Elbaz

http://www. siwel. info/Emprisonne-par-la-justice-algerienne-pour-delit-de-chretiente-et-de-kabylite_a9583. html

8/2016 - 11:26

SETIF, KABYLIE (SIWEL) — Slimane Bouhafs, citoyen kabyle de Sétif de 49 ans, fervent défenseur des droits de l'homme, président de la coordination de Saint-Augustin des chrétiens en Algérie et soutien de l'autodétermination de la Kabylie, a été arrêté par les autorités algériennes le 31 juillet dernier pour "atteinte à la religion musulmane" après avoir partagé sur les réseaux sociaux des images démontrant l'inhumanité des fanatiques islamistes. Atteint de la maladie de la goutte, en attendant son audience, le 07 août prochain, il est en grève de la faim pour dénoncer son arrestation arbitraire et le harcèlement qu'il subit de par sa chrétienté et sa kabylité.

Ayant eu déjà affaire à la justice algérienne qui l'avait condamné en 2007 alors qu'il était agréssé à l'arme blanche par un islamiste en 2003, Siwel publie ci-après l'appel de sa fille pour aider à libérer son père des griffes de l'injustice algérienne :

Emprisonné par la justice algérienne pour délit de chrétienté et de kabylité

Le militant Slimane Bouhafs a été arrêté le 31/07/2016 aux environs de 16 heures, selon des témoins, par le groupe de la recherche contre le crime électronique..., cela s'est passé au niveau de la ville de Sétif, l'accusé est de confession chrétienne est est originaire du village de Zerkun, commune Vuselam (Bousselam), daira de Bouandes, wilaya de Sétif, en Kabylie orientale.

Un militant des droits de l'homme connu par son engagement, son amour pour la démocratie, son appel à la laïcité dans tous ses articles publiés sur sa page facebook qui porte son nom.

Il a été mis en mandat de dépôt dans la prison de Sétif après un simulacre de procès où ils ont fixé sa première audience pour le 07/08/2016 au niveau de la justice des At Wartilan (Beni Ouartilane), depuis le jour de son arrestation, pour raison d'atteinte à la religion musulmane à travers le partage sur les réseaux sociaux de trois ou quatre images dont le contenu est l'explication de certains points religieux sans rajouter de commentaire ou un avis là-dessus (donc c'est un partage en restant neutre par apport a son point de vu), notant qu'il appelle souvent dans pratiquement tout ses articles à l'amélioration des conditions sociales, économiques, éducatives du pays ainsi qu'à la paix et la tolérance etc... et sa page facebook confirme mes dires.

Il est âgé de 49 ans, s'est converti au christianisme protestant en 1997, baptisé en 2006, a fait une carrière professionnelle très chargée, il a tant donné pour la sécurité de son pays dont il ne défend que son intérêt depuis son plus jeune âge, aujourd'hui, atteint d'une maladie chronique, il ne peut en aucun cas rester en prison car ceci ne ferait qu’agraver son état de santé fragile, sachant que la goutte est une maladie qui a des influences directes sur son mental et son comportement et devient ainsi stressé et angoissé, et ce dernier devait poursuivre un régime alimentaire non protéique, chose qui est impossible en prison.

Sachant que depuis le jour de son arrestation, il est en greve de faim, une personne de sa famille l'a confirmé lors de sa visite le 02/08/2016.

Jusqu'ici, je ne dispose que de ces informations, son avocat nous en donnera plus à partir de demain.

Sa fille, Afaf Bouhafs

visualisation: 2 / 8