Recyclage des déchets en Algérie : un marché de 38 milliards DA en quête d'investisseurs

Le traitement des déchets : un marché et un enjeu écologique.
Le traitement des déchets : un marché et un enjeu écologique.

Le ministre des Ressources en eau et de l'Environnement, Abdelkader Ouali, a appelé jeudi de Mascara les investisseurs à saisir l'opportunité qu'offre le marché de recyclage des déchets en Algérie estimé à 38 milliards de dinars.

Lors de l'inspection du projet de traitement des déchets au niveau de la cimenterie Lafarge à Oggaz, le ministre a indiqué que l'investissement dans le recyclage des déchets en Algérie peut rapporter une valeur financière importante de 38 milliards DA, soulignant que ce domaine est inexploité actuellement.

"En plus de sa contribution à l'amélioration des conditions de vie des citoyens à travers l'élimination des déchets, l'investissement dans le secteur de l'environnement offre la possibilité de recyclage et de récupération de nombreux matériaux actuellement jetés dans la nature, tels que le fer, le plastique, l'aluminium et le papier. Des matériaux jusqu'à présent importés au prix fort", a-t-il déclaré.

M. Ouali a salué l'initiative du groupe "Lafarge" d'éliminer les déchets en utilisant les fours de la cimenterie, ce qui a permis, durant les deux dernières années, d'éliminer 106 tonnes de médicaments périmés recueillis dans 12 wilayas du pays, en coopération avec le ministère chargé de l'Environnement et le Syndicat national algérien des pharmacies et officines (Snapo).

L'élargissement de cette initiative fait l'objet d'un autre projet du même groupe proposé à la direction de l'environnement de Mascara.

A ce titre, M. Ouali a instruit le directeur général de l'Environnement au ministère de réfléchir sur la possibilité d'étendre ce processus d'incinération des déchets non recyclables à toutes les usines de ciment du territoire national et de procéder à une campagne de sensibilisation auprès des pharmaciens et centres de soins pour la collecte des médicaments périmés et leur orientation vers ces entreprises.

Le ministre a affirmé que le secteur de l'environnement en Algérie "progresse bien après l'investissement de plus de 22 milliards de dollars dans le domaine de raccordement aux réseaux d'eau potable et d'assainissement de toutes les régions du pays et de la réalisation de centres d'enfouissement technique (CET) et de décharges publiques, en plus de la création d'instances spécialisées dans l'environnement".

M. Abdelkader Ouali a inauguré, au cours de sa visite dans la wilaya, un centre d'enfouissement technique dans la commune d'El Keurt, réalisé dans le cadre de la coopération entre l'Algérie et la Belgique. A cette occasion, il a reçu des explications sur les différents projets dont a bénéficié le secteur, avant de visiter le projet du jardin urbain dans la forêt de "Zkour" dans la commune de Mamounia.

Le ministre a inspecté également le projet de désenvasement du barrage de Bouhanifia où il est procédé au relevage de plus de 6 millions de mètres cubes de vase. Un projet dont le taux d'avancement a atteint 85%. Sur place, M. Ouali a reçu des explications sur les études de réalisation de trois nouveaux barrages, un dans la commune d'Ain Fekkan, d'une capacité de stockage d'un million de mètres cubes, l'autre à Oued El Abd, dans la commune de Oued El Abtal et le troisième "Echaref", dans la commune de Zahana.

Il faut cependant nuancer ces déclarations, car le traitement et recyclage de déchets est un réel enjeu économique et écologique pour l'Algérie. Si les autorités n'ont pas encore pris toute la mesure de la sensibilité de la question, les citoyens non plus ne font pas grand cas de l'impact écologique de leur déchet. Aussi louables soient-elles, ces déclarations restent sans grand résultat sur le terrain, tant le gouvernement ressasse depuis des années sa volonté de lutter contre les déchet.

L.M.A./APS

Plus d'articles de : Algérie

Commentaires (0) | Réagir ?